1 commentaire

Qaradhaoui et Ghannouchi associés à l’enrôlement des djihadistes tunisiens en Syrie


TERRORISTESPlusieurs sources concordantes estiment à plus de six mille le nombre des jeunes tunisiens, entre 17 et 30 ans, partis en Syrie .Il y a des enfants qui sont partis avec leurs parents, des filles engagées pour rendre le séjour des djihadistes plus agréables ,tout en respectant la Chariaa , dit-on . Les médias ont présenté le père d’un handicapé moteur, qui est parti au djihad sur une chaise roulante, mais la pression de l’opinion a été si forte que les chefs de guerre l’ont laissé rentrer. Le chiffre, quoique approximatif, peut donner une idée sur l’ampleur d’un fléau qui échappe à toute estimation.

Africanmanager

Ahmed Manaï: Qaradhaoui et Ghannouchi associés à l’enrôlement des djihadistes tunisiens en Syrie

28-03-2013 :
Africanmanager

Ahmed Manaï, président de l’Institut tunisien des relations internationales (ITRI) et membre de la commission des observateurs arabes en Syrie, vient de livrer, au journal La Presse ,sa version de connaisseur de la genèse de cette logique infernale sous laquelle croulent des milliers de jeunes tunisiens partis au djihad en Syrie en laissant leurs familles, rivées devant les écrans de télévision suivre l’évolution dramatique dans ce pays frère.

Plusieurs sources concordantes estiment à plus de six mille le nombre des jeunes tunisiens, entre 17 et 30 ans, partis en Syrie .Il y a des enfants qui sont partis avec leurs parents, des filles engagées pour rendre le séjour des djihadistes plus agréables ,tout en respectant la Chariaa , dit-on . Les médias ont présenté le père d’un handicapé moteur, qui est parti au djihad sur une chaise roulante, mais la pression de l’opinion a été si forte que les chefs de guerre l’ont laissé rentrer. Le chiffre, quoiqu’approximatif, peut donner une idée sur l’ampleur d’un fléau qui échappe à toute estimation.

Les Tunisiens enrôlés dans les rangs de la rébellion syrienne, sont souvent en première ligne des combats. Ces jeunes sont pris entre le besoin matériel – ils sont pour la plupart diplômés chômeurs – le tapage médiatique, l’encadrement psychologique des imams locaux ou venus spécialement de l’extérieur, et des réseaux très actifs qui les prennent en charge jusqu’au champ de bataille.

On ne sait presque rien de leur vie sur le front, à part quelques vidéos de propagande, les témoignages de prisonniers dans les geôles de Bachar  qui disent tout sur les réseaux et sur l’état moral de ces jeunes , après leur incarcération . Le retour médiatisé de quelques uns d’entre eux (Abouzaid Ettounsi , la fille Hanan qui a déserté le foyer familial vers Alep , et y revenir vite , le djihadiste handicapé moteur Hamza Rejeb ) nous fournit quelques éléments d’information sur leur vécu au quotidien .Les parents et amis parlent de quelques appels téléphoniques souvent encadrés , et qui ne révèlent pas grand-chose pour les parents inquiets et les observateurs toujours impatients d’en savoir plus .

C’est une atmosphère de kermesse sanglante où se croisent les grands élans militants, et les plus profondes déceptions , perceptible chez les recrues comme chez les parents ,qui laisse entrevoir de complicités haut placées : une mère a révélé que le passeport de son fils , qu’elle reconnait dans une vidéo de propagande en plein champ de bataille en Syrie , est toujours dans sa garde-robe . Pourtant,son fils est bel et bien parti de l’aéroport de Tunis . L’ex-ministre des Affaires étrangères Rafik Abdesslem, déclare, en janvier 2013, que ces djihadistes « ne nous demandent pas notre permission avant de partir et nous ne sommes pas habilités à les empêcher de circuler librement ». Ce qui concorde avec les propos de Rached Ghannouchi qui, tout en niant l’implication de son parti, s’est contenté de donner conseil aux jeunes de ne pas partir, et avec les déclarations de Ali Laarayedh , qui soutient que, juridiquement, son gouvernement ne peut pas empêcher les jeunes qui veulent aller au djihad , de le faire.

Ahmed Manai a souligné le caractère stratégique d’une rencontre qui a eu lieu à tripoli , le 11 décembre 2011 , et qui a réuni Youssef Qaradhaoui, Rached Ghannouchi et le ministre des Affaires étrangères du Qatar ainsi que le numéro 2 des Frères musulmans en Syrie, tous venus en principe sceller la réconciliation des Libyens. Abdelhakim Belhaj , le gouverneur militaire de Tripoli, a également participé à cette réunion, au cours de laquelle, a été décidée l’adhésion à l’accord Ghoulioune-Abdeljelil d’armer et d’envoyer des combattants tunisiens et libyens en Syrie.

Manai note que c’est l’accord Bourhane Ghalioune- Mustafa Abdeljelil, du mois d’octobre 2011, qui a jeté les fondements de la coopération militaire entre les deux révolutions libyenne et syrienne, et que le salafisme djihadiste tunisien et le parti Ennahda ont adhéré à ce mouvement.

Ahmed Manai affirme que l’engagement des Tunisiens a commencé par la Libye, plus proche géographiquement, donc plus facile d’accès, et où la résistance au régime de Kadhafi a duré longtemps. Les premiers groupes de combattants constitués en Libye, iront par la suite combattre en Syrie, sous l’œil bienveillant des nouvelles autorités révolutionnaires. L’organisation du recrutement, de l’entraînement, du financement et de l’envoi des jeunes djihadistes en Syrie, est intervenue plus tard, remarque-t-il .

L’une des questions capitales se rapporte au libre choix de ces jeunes : Est-ce qu’ils ont fait le pas en toute connaissance de cause, ou est-ce qu’ils ont été poussés, contre leur gré , à s’y engager ?

Il y a d’abord l’endoctrinement qui se fait par voie de prêches , ensuite le recrutement qui se fait plus discrètement , mais en deux temps : d’abord, visionner ,seul ou en petits groupes les vidéos de propagande sur les atrocités commises par le gouvernement de Bachar , puis assister aux séances de lavage de cerveau , avant le grand tri qui mène droit aux camps d’entrainement ,dans le Sud tunisien et le plus souvent en Libye .

Ces réseaux bénéficient de complicités solides, et de grands moyens . A tel point que le risque d’obstacles majeurs, ou de grande attente qui pourraient pousser les recrues à faire marche arrière, est presque nul.

Plusieurs fois sollicités, les services du ministère de l’Intérieur, se murent dans un mutisme troublant. Le nouveau ministre de l’Intérieur, relayé par un communiqué de la présidence du Gouvernement, annonce, devant l’ANC, la création d’une cellule de crise et l’ouverture d’une enquête sur les filières de recrutement. Mais une source proche de la brigade des affaires criminelles confie au journal La Presse de Tunisie, que ses enquêteurs sont aux trousses de ces réseaux depuis quelques mois déjà et ont même réussi à en démanteler quelques-uns. Mais le problème, selon cette même source , est que le ministère refuse de donner suite à ces affaires, car elles impliquent des dirigeants du parti Ennahdha et ont de vastes ramifications étrangères .

http://www.africanmanager.com/149060.html

Un commentaire sur “Qaradhaoui et Ghannouchi associés à l’enrôlement des djihadistes tunisiens en Syrie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :