18 Commentaires

Washington préparait déjà la carte islamiste pour la Tunisie


Dès lors, outre Ennahda, les diplomates américains accordent une attention particulière à l’Alliance nationale pour la paix et la prospérité (ANPP), la jeune formation de Skander Rekiki, un ingénieur formé aux Etats-Unis aux techniques du « storytelling », la communication politique à l’américaine, qu’il veut importer en Tunisie…

Révélations. Six ans avant la chute de Ben Ali, Washington préparait déjà la carte islamiste pour la Tunisie.

Le 23 octobre prochain, les tunisiens seront appelés à élire une assemblée constituante. Une centaine de partis politiques sont en lice, dont 92 créés dans la Tunisie post-Ben Ali. Le parti de Rached Ghannouchi, Ennahdha semble bien positionné et se prononce pour le maintien des élections à la date annoncée. Il faut dire que ce parti a le vent en poupes. Ses atouts : sa popularité et le soutien discret de… Washington. En effet, les Etats-Unis entretiennent des relations avec les islamistes tunisiens dit « modérés » depuis des années, c’est-à-dire avant le départ forcé du dictateur ; un départ souhaité, faut-il le rappeler, par les américains.

Redwan Masmoudi, l’homme du rapprochement

C’est grâce à cet ingénieur tunisien installé aux Etats-Unis, que les premiers contacts ont pu être établis entre des diplomates américains et des représentants de mouvements islamistes tunisiens. Financé entre autres par le département d’Etat américain, Masmoudi fonde en 1999, le Centre for the Study of Islam & Democracy (CSID), genre de think thank qui prône le dialogue entre laïcs et islamistes.

Dès 2005, il commence à mettre en relation des diplomates américains avec des leaders islamistes. Il réussit même à introduire, en 2006, une envoyée spéciale américaine dans la résidence surveillée de Hamadi Jebali, actuel secrétaire général du parti Ennahda.

Parmi les autres personnalités tunisiennes importantes approchées par Washington par le truchement du CSDI, on peut citer Slaheddine Jourchi, vice président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme, Saïda Akremi, représentante des avocats au sein de la Haute Commission pour la réalisation des objectifs de la révolution, ou bien encore, Zied Toualatti, l’une des figures importantes d’Ennahda

Le voyage « politique » de Hamadi Jebali à Washington

Invité à participer à un forum organisé par le CSDI,-encore lui- le 9 mai à Washington, le secrétaire général d’Ennahda revient de ce voyage le planning bien calé.

En effet, selon nos informations, Jebali a pu décrocher des rendez-vous décisifs avec Joe Libermann, une voix écoutée au Sénat américain, ainsi qu’avec deux anciens candidats aux présidentielles, le républicain John Macain et le démocrate John Kerry. Auparavant, il a pu de se rendre au département d’Etat pour s’entretenir avec Margaret Nardi, directrice de l’office of Maghreb affairs. Que du beau monde.

Washington veut un AKP bis en Tunisie

Rached Ghannouchi se veut l’homme de l’apaisement et du consensus et répète à l’envi que son parti Ennahda veut rassembler les tunisiens sans exclusion aucune. Un discours qui séduit forcément les américains, d’autant que Ghannouchi ne cache pas sa sympathie pour le Parti pour la justice et le développement ou l’AKP turc- un modèle pour Ennahdha- et son inspiration des expériences des partis chrétiens-démocrates européens.

Mais pourquoi se contenter d’un seul parti islamiste, quand on peut en avoir deux. Sans doute aussi se serait pour Washington un moyen de faire jouer la concurrence au cas où l’un des deux tourne casaque. Dès lors, outre Ennahda, les diplomates américains accordent une attention particulière à l’Alliance nationale pour la paix et la prospérité (ANPP), la jeune formation de Skander Rekiki, un ingénieur formé aux Etats-Unis aux techniques du « storytelling », la communication politique à l’américaine, qu’il veut importer en Tunisie.

Par ailleurs, l’un des fondateur de l’ANPP- cela ne s’invente pas- est l’avocat Moncef Barouni, patron de l’association tuniso-américaine et ex-président de la chambre de commerce tuniso-américaine.

Conclusion ? Alors que Paris essayait se sauver les meubles de Ben Ali, Washington lançait déjà en 2005 son casting pour le remplacer.

Rédaction Algerie-Focus.Com

18 commentaires sur “Washington préparait déjà la carte islamiste pour la Tunisie

  1. les Américains défendent leurs intérêts et nous défendons l’intérêt de notre pays, sans complexe d’infériorité car nous avons confiance en nous même et en notre projet, qui est loin d’être le projet d’un parti islamiste ou d’un autre pays autre que notre cher Tunisie. Nous somme un parti politique démocratique qui s’inspire des valeurs de notre identité et des valeurs de l’humanité sans être au solde de quiconque car nous somme fier d’être tunisiens, mais ouvert aux autres civilisations dans un respect mutuel. Ces pseudo- révélations journalistiques ne sont qu’une page d’un compagne de dénigrement envers un Parti qui a montré du challenge malgré son jeune age pour confronter les difficultés que rencontrent notre peuple et participer à trouver les solutions adéquates…l’histoire montrera ceux qui sont depuis des années ne vivent que grâce au soutien de l’étranger et à mon avis ils se reconnaissent bien!!!!!

    • Si Lazhar,

      Sauf votre respect, l’ANPP (et pour avoir assisté à de nombreuses séances de présentation du programme) n’a jusque là jamais caché son ambition de faire de la Tunisie un pays économiquement tourné vers les Etats-Unis sur le modèle des pays du Golfe.

      Comment, en jetant un oeil sur votre programme, et compte tenu des liens qui existent entre une partie (je ne tomberai pas dans la généralisation) des membres fondateurs du parti et les Etats-Unis, ne pas donner raison à cet article paru il y a près de trois mois dans kapitalis : http://www.kapitalis.com/fokus/62-national/3905-tunisie-un-nouveau-parti-islamiste-a-lamericaine-.html ???

      Comment, en voyant l’éloignement que prône votre bureau politique par rapport au commerce euro-méditerranéen et en particulier avec la France, ne pas donner raison à l’article qui vous fait aujourd’hui réagir si violemment ?

      Tout ce qui a été décrit plus haut par ce que vous présentez comme des « pseudo-révélations » sont des faits avérés, et si l’interprétation peut prêter à confusion, les FAITS, et uniquement les FAITS, sont absolument vrais. Pourquoi l’ANPP n’a jusqu’à aujourd’hui jamais condamné les pratiques barbares (et je ne parle pas de violences mais de pratiques qui n’ont pas lieu d’être sur la scène politique) d’Ennahdha sur le terrain s’il existe tellement de différences entre vos deux partis?

      L’image de votre parti est celle d’un parti islamiste, chose que je répète aux proches de l’ANPP depuis plusieurs mois déjà, et vous ne pourrez vous en défaire. A vous maintenant de vous poser les bonnes questions et, au lieu de jeter votre énergie sur un journaliste, chercher plutôt à savoir ce qui vous a donné, depuis les prémices de l’idée de la fondation du parti à sa concrétisation aujourd’hui, cette image.

      J’espère un jour pouvoir en discuter plus longuement avec vous.
      A bientôt

      • Merci Si Mouez pour votre sens du dialogue respectueux et cordial, je tiens à vous préciser que nos positions ainsi que notre programme n’a jamais fait référence ou présenter une sympathie avec une puissance étrangère, nous considérons que notre pays sur le plan économique ainsi qu’ au niveau de sa politique étrangère à besoin d’une neutralité et non d’une politique d’alignement, sans ignorer l’importance de son milieu culturel et géographique, et par conséquence ce qui parait dans un journal ou un autre reste au niveau des analyses journalistique ni rien ni plus, car tout ce que j’ai lu reste sans fondement, faire ses études aux Etats Unies ou dire que tel chose ou autre et meilleurs dans un pays ou un autre à mon sens n’est pas un crime!!!
        Merci tout de même de me rappeler un principe cher qui est l’autocritique
        cordialement Lazhar Abaab

  2. C’est un parti factice qui n’a aucune existence dans la lutte contre la dictature, oui aujourd’hui l’aliénation est de plus en plus opportunistes, il existe des partis tunisiens dont ENNAHDA qui ont un historique dans le lutte pour les libertés et les droits civiques; les tunisiens ne sont pas dupes face à ces impostures.

    • Pour éviter les jugements intempestifs: A ma connaissance il y a actuellement plus de 100 partis qui, en tant que tels, n’ont jamais combattu la dictature. Certains l’ont même soutenu pendant de nombreuses années, je pense principalement à Ettajdid, le MDS, le PUP et j’en passe. L’ANPP, né après le 14 janvier, comme une centaine d’autres partis, n’a pas combattu la dictature mais ne l’a pas soutenu non plus. Or il se trouve que certains de ses fondateurs étaient dans d’autres partis tel que Ennahdha, « qui a combattu la dictature », et peuvent donc se prévaloir d’un passé militant. A moins qu’un militant qui quitte son parti parce qu’il est en désaccord avec la ligne politique ou la direction, perd du coup sa qualité de militant. En fait c’est la règle dans les partis islamistes ou communistes « hors du parti point de salut ».
      Parti factice: si vous voulez, mais alors tous les partis sont factices et il n’y a qu’un seul qui soit digne, selon vous, d’exister et de diriger, c’est ennahdha! Mais on ne peut pas faire la démocratie avec un seul parti, nous avons connu çà avec le RCD, il faudrait donc permettre à d’autres de se constituer légalement, de se faire connaître auprès des gens et peut être de grandir un jour. Ce sont les urnes qui décideront de l’avenir de tous ces petits partis.
      Mais je sais ce qui vous gêne et sûrement la direction d’ennahdha aussi: ce qui gêne c’est que ce parti semble avoir lui aussi la sympathie des américains ce qui n’est pas de la faute de ses dirigeants et qui, du coup, risque de concurrences ennahdha. Je sais depuis longtemps, que ce mouvement n’accepte pas la concurrence, surtout si elle vient de partis ou d’éléments adhérents ou se réclamant de la même sphère idéologique, et c’est la cas d’au moins une dizaine de fondateurs de ce parti ANPP. Ils ne sont pas présentement islamistes mais ils le furent dans une autre vie.
      Dernier point enfin: ennahdha a surtout agi, au moins depuis 1987, pour prendre le pouvoir par tous les moyens, y compris le coup d’Etat. Quant à savoir ce qu’elle en aurait fait, Dieu seul le sait, mais j’en ai une petite idée. Mais laissons aux tunisiens, qui ne sont pas dupes, de trancher dans moins de trois mois!

    • Si Bilel
      l’histoire et l’action pour notre pays jugera si notre parti est factice ou non de tout façon nous nous attendons pas de jugement de la part des gens sectaires notre seul référence c’est le jugement des Tunisiens. Effectivement ne sont pas dupes sur l’histoire de chacun et aucun des partis politique n’a la monopole de lutte pour les libertés et les droits civiques, au moins nous dans l’Anpp on a l’esprit libre et critique, sans commettre ni violence ni alignement à aucun pays étranger!!!

      • Ma réponse est plus bas, vous dérivez sur un discours vraiment sectaire, et justement vous n’acceptez pas la critique, je n’appartiens à aucun parti, comme beaucoup de tunisiens, le hic, c’est que j’ai horreur de l’imposture et la manipulation; je me suis battu depuis toujours pour avoir droit à ma liberté de penser, à mon libre choix et à la rigueur et l’exigence de mon esprit critique, des valeurs qui semblent malheureusement vous échapper, ceci dit, bon chance à votre petite entreprise, mais l’exigence de transparence et de morale politique sont des valeurs éthiques fondamentales; les tunisiens qui sont un peuple intelligents sont dans l’attente de vérité. Ce n’est pas grave de reconnaitre que vous êtes la chose du département d’état, je ne vois pas ce qui vous choque dans mon appel à votre honnêteté intellectuelle pour assumer votre vérité et vos prétentions, sans sombrer dans le ridicule et d’affirmer pompeusement que vous n’êtes aligné à aucun pays étranger ou d’accuser les autres de terrorisme et de violence; je pensais vraiment que cette suffisance , et ces pratiques qui tiennent du terrorisme intellectuel, sont belle et bien dépassées avec la chute de BUSCH et de BEN ALI.

  3. Au contraire, le gouvernement des Etats-Unis espèrent que ces nouveaux « dictator-free » pays du Moyen Orient choisissent un nouveau mode démocratique de gouvernement, une qui est non islamique et laïque. Cet article est très mal Ecrit avec des preuves faibles.

  4. JE SUIS TUNISIEN ,on a toujours le choix ,mais la question qui se pose, quelle est la raison de choisir a la place de nous ? y a t il un chemin qui est (à ne pas suivre d’une façon correcte )?pour quoi nous sommes guidés dans nos choix ? je pense qu’on a entre les mains ce qu’il faut pour avancer, (islam) pour moi signifie la paix ,les trois frères peuvent s’unir par la paix , le choix de leur père :אַבְרָהָם : إبراهيم :Abraham:!

  5. Il y a longtemps que les E.U dialoguent avec les partis islamistes de par le monde. Leur approche est pragmatique, ils savent que les islamistes, qu’on le veuille ou non, constituent une force importante dans le monde musulmans et il vaut donc mieux la reconnaitre et faire avec. Deja le president Clinton avait entame le dialogue avec le FIS algerien, et la politique americaine a l’epoque etait: si les algeriens veulent etre gouverne par des islamistes, eh bien tant mieux (ou tant pis) pour eux ; a la seule condition qu’ils ne menacent pas leur voisins et respectent la legalite internationale… Pour les americains: « we can do business » avec les islamistes…

  6. Je n’ai jamais prétendu qu’ENNAHDA soit le seul parti tunisien résistant ou digne de ce nom, il existe d’autres partis, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit; de plus, ceux des nadhaouis qui ont quitté leur parti ne perdent pas de leur qualité de militant, c’est bien vous, avec tout mon respect et sur cette question qui êtes dans ‘l’intempestif »; que des militants résistants viennent à militer dans ce parti factice, sorti des forges de la C.I.A, ne suffit pas de lui donner une intégrité et une moralité au dessus de tout soupçon.Ne pas avoir collaboré avec la dictature, à l’instar d’ETTAJDID et quelques autres est une chose, ne pas l’avoir combattu, par contre, je connais très bien la démarche idéologique de monsieur MASMOUDI, pousse au questionnement, un questionnement somme toute assez légitime, connaissant la façon de faire de l’administration US, avec mes respects.

  7. Bilel vous mélanger en calomnie sans fondement et critique objectif, vos affirmation son d’un autre age celui qui pense pas comme c’est pion de tel puissance ou d’un autre, mon ami le douteux c’est celui qui se cache derrière un pseudo pour diffamer telle personne ou tel parti, je vous rappelle que Benali est parti, un peu de courage , parler à visage découvert le minimum de chose pour donner un peu de crédibilité à vos dires

  8. Décidément les USA choisissent toujours les plus médiocres; c’est tout à fait logique; pour leur dicter leur politique, leur programme social et économique.Citez- nous un responsable d’Ennahda capable d’analyser la situation de la Tunisie et celle de l’éconmomie mondiale. Ils ne fonctionnent que dans les slogans démagogiques et dans la totale stérilité. De toute manière, le temps est révolu de décider du sort du peuple tunisien et de ses dirigeants. Nous aspirons profondément à la démocratie , càd à la direction de notre propre destin.

  9. Malheureusement, il est vrai qu’il a étudié aux Etats-Unis, mais il agit comme un véritable Trabelsi. La façon dont il abuse de ses voisins et partenaires est intolérable.

    http://www.facebook.com/profile.php?id=100002699889560&sk=wall

  10. Les US ont un objectif qu’il est naif de ne pas décoder: la destabilisation des pays arabes.. car leur stabilité et leur démocratisation va tout droit vers le tsunami attendu de 1. La mort des Royauté corrompues du Golfe? 2. la force d’une Ligue arabe aux côtés des démocraties arabes..3. Un marché commun arabe pour une autosuffisance et la fin de l’aide conditionnée des arabes..dans, ce système le scénario des pouvoirs islamistes est le meilleur. Rappellez vous ghannouchi qui a soutenu l’entrée des armées US après la première guerre du Golfe… et les multiples soutiens aux FIS et aux islamistes tunisiens par Zartman…de plus arrêtez d’être aussi ignares que les US (ils ont démontré leur imbécilité en irak!!! ) La Tunisie ne doit pas réussir sa révolution… elle doit juste s’embrouiller dans ses difficultés… et la révolution sera un primtemps de jasmin…

  11. un grand bravo pour ton article, c’était très intéressant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :