25 Commentaires

Tunisie: l’Appel des mille !


Dans le journal Le Temps daté du vendredi 20 août 2010 a paru l’Appel des Mille pour soutenir la candidature de Mr Ben Ali pour 2014. Où sont passés ces mille personnes, ceux qu’elles représentaient et des centaines de milliers d’autres aussi ? On ne les entend plus. Mais il serait opportun que les gens d’août 2010 s’expriment de nouveau.M.T.

Le Temps/ Vendredi 20 Août 2010

Riadh Jemaâ, Tahar El Kateb, Imed Rekaya, Badreddine Ben Slimène, Asma El Harri, Nader Assesse , Thouraya Maajoul, Beya Ouertani, Ali Akremi, Ouahid Masmoudi, El Hédi Zouari, Lamia Bouziri, Hanen Akrout, Hamadi Kallel, Ismaël Trabelsi, Rabeb Ben Aïssa, Nizar Nasri, Hassen Dérouiche, Saber Chamkhi, Abir Belgacem, Jaâfar Salhi, Sadok Bouzid, Ouahid Becheïkh, Tijani Mehouachi, Abdelhamid Ben Saleh, Abdelfatteh Ammous, Ali Fraj Béchir Negra, Jalel Khedhiri, Béchir Chaouachi, Hassine Feydi, Anouar El Bardi, Monji Chikhaoui, Mongi Boulahmi, Chokri Haj Slama, Ahmed Meftah, Mustapha Mdaïni, Mohamed Mabrouk, Mohamed Mhamedi, Imed Ben Ammar, Daoued Saleh, Mohamed Tahar Chihaoui, Khaled Bouzouita, Farouk Ammar, Boubaker El Ich, Mohamed, Adel El Alimi, Mohamed El Haq, Ben Younès Abderrahmen, Ben Gara Hamadi, Rouissi Hatem, El Aâter Mustapha, Trabelsi Khemaïes, Chérif Khemaïes Saâda Fethi Mejri Mohsen El Hedhli Imed Abdel jaoued Chiheb Thabet Najoua Farhat Boudhiaf El Hédi Mokh Abdelwaheb Rbiï Nacim Mlika Bouden Mohamed Sahbi Bahroun Monia Bouricha Karbouh Filel Rhaïem Nesrine Karoui Ahmed Mejdoub Amel Bouzouita Anis Ouahhani Isam Bouchrara Zaïneb Laâlioui Abderraouf Chaouch Abdellatif Abbès Béchir Melloul Mohamed Hbib Aïssa, Lamia Darghouth, Monia Dharbi Taïeb Mahmoud Amel Znaïdi Mohamed Hédi Jlassi Sofiène Malelli Houssem Mejri Sana Adhabi Thouraya Daouess Samira Denguir Abderrazzak Rouatbi Olfa Zribi Rim Zouari Ijed Moussa Cherifa Lakhoua Lektar Amel Saffar Mohamed Firas Theraya Samir El Ouenzerfi Amel Ben ZakkourDhia MadhourImen MethlouthiImen Makhlouf Amine CharfeddineMohamed Manoubi FerchichiInès RahmaniDalenda ChoukSelma ManjourWidad Boulifa Mariem Bousraïeh Ben Khelifa Zouheïer Nébiha Jaïet Hasna Naghssousi Ahlem El Yousfi Najoua Bergaoui Kamel MahdaRim Maâouia Salem Triha El Moncef Khouaja El Mehdi Ali Krikech

Médecins, Pharmaciens et cadres de la Santé

Hassen Arbi Mohamed Fadhel Ghouil Malika Ghorbel Noureddine, Majeri Samir, Zarrouk Wafa, Imam Hend Chebbi, Hafedh Ben Miled, Senda Mhenni, Lamia Ben Yaghlène, Amine Mhenni, Najet Mhenni, Mohamed Habib Hermène, Emna Chérif, Ahmed Ghattas, Néjib Khélifi, Hédia Ammar Abdelkrim Farhat Aïcha Abbès Ghalia Souad Khaddhar Abdelmajid Soltani Mohamed Sadek Boudiya, Islam Ben MarkezMonia Omrani, Hanène Smadhi, Fatma Messouadi Moncef Fenniche Naziha Meddeb Olfa Msolli Turkia Zitouni Monia Abidi, Hanène Ben Khélifa Arbia Ichi, Najla Mchala, Abderraouf Boughdiri, Saïda Dabboussi, Adel Chenouffi, Moufida Becha, Samia Ghomri, Héla Mekki Walid Souissi Fattouma Kacem Dr. Mohamed Mokdad Fatma Jaziri, Salma Dridi, Mohamed Hédi Mouley, Moufida Bouzouita, Amal Jomaâ, Samia Nekra, Zouhour Ben Amor, Najoua Bouzagrrou, Besbes Rakia, Keskes, Jouida Cheikhrouhou, Ben Mosbah Monia,
Derouich Faïza, Jerdek Henda, Khémiri Leïla, Sellami Terzi, Ferdaous Bouazizi, Rim Zébiba, Néziha Cheïkh, Amal Mzah, Saida Balti, Samira Abidi,

Mouna Belaïbia, Lamia Saâdoun, Rim Zébiba Néziha, Cheïkh Faïza, Hajji Amal, Jelassi Lamia, Hanafi Afifa, Charfi Hallouma, Rouissi Saida, Ben Hafsa Sihem, Belaâbed Ichraf, Berrich Fatma, Ben Arfa Souad, Haouachi Sarra, Briki Monia, Ben Lellahom Khadouja, Souissi Malika, Loussif Fatma, Dridi Jalila, Mzoughi Fatma, Gharbi Faten, Mlika Dorra, Bousnina Emna, Barkaoui Ghannouchi, Anissa Laâbidi, Souad Zaïbi, Neila Chaouachi, Leila Mrabet, Rim Ben Aïssa, Sonia Sidia, Saliha Maâlaoui, Amal Ben Nasser, Héla Abassi, Fadhila Chemlali

Parlementaires

Nassima Ghanouchi, Chadhlia Boukhchine, Monia Daghmouri , Bouzouita Naïma , Mezgheni Zahra, Mhirsi Debira, Ines Châari, Dalel Krichen, Ikram Makni, Cherifa Ben Jemiâ, Sarra Chaabouni

Médias

Faycal Baâtout, Sabri Brahem, Raouf Khalsi, Hafedh Ghribi, Abderraouf Mkadmi, Saleh Hajja, Mansour Mhenni, Ahlem Msalhi, Hédi Mechri, Arbi Samet, Zied Hajja, Mohamed Mejri, Lamia Harathi, Insaf Yahyaoui, Afif Frigui, Imène Rouissi, Habiba Ben Salem, Amel Zaïbi, Kmar Kaâbi, Rafika Fathallah, Chérifa Oueslati, Sihem Zrelli, Sonia Ftouhi, Zeineb Jari, Jamila Jâafer, Fatma Titech, Souad Belaïzi, Najoua Ben Ameur, Maha Belouhchet, Saida Bouabdallah, Rim Chaouachi, Souad Ben Ameur, Imen Abdellatif

Intellectuels

Slaheddine Hamadi, Mohamed El Hédi El Jaziri, Abdelkader Ben Saïd, Najet Ouerghi, Adel Jeridi, Ali Mbaziâa, Hatem Fatnassi, Habib Ben Fdhila, Abderrazak Berejeb, Hatem Boualègue, Amor Saidi, Hédi Jaballah, Dr Mohamed Bédoui, Amor El Kouz, Chamsseddine El Ouni Jilani Mejri, Mohamed El Ghozzi, Slah Bouzaiane, Hassine El Kahoua, jiDhouha Bouterraa, Adel Nagati, Slaheddine Boujah, Mohamed Hassine Fantar, Brahim Darghouthi, Leila Mekki, Sassi Hmam, Massouda Boubaker, Néji Ben Janet, Mahfoudh Jarahi, Béchir Mechergui, Mohamed Sboui, Hayet Meddeb Gasmi, Dr Khaled Ghribi, Souad Methnani, Sassi Jebil, Mohamed Hachemi Blouza, Naceur Toumi, Moncef Hamidi, Ali Marzougui, Hend Soudani, Ameur Jeridi, Aissa Baccouche, Abdelhamid Mouâda, Mabrouk El Ghrab, Amel Safta, Ali Aïssa, Chokri Mezah, Abdelwaheb Chérif, Wided Ayech, Mounira Riahi, Ali Ayed, Souha Ben Salah, Mohamed Amine El Mouelhi, Sondos Dhaher, Faïza Sghaier, Najet Saali, Dhouha Jouini, Ahlem Louhichi, Imen Bel Hamdi, Leila Mhamed, Hajer Hamami, Lamia Mediouni, Manel Nasr, Ibtissem Ouaari, Allala Nouairallah, Habiba Nacha, Ali Gharbi, Amor Laabidi, Salah Dams, Kamel Rouin, Mohamed Mohsen Hani, Zine Harbaoui, Mokhtar Amri, Fethi Landolsi, Dalenda Louati, Leila Jomni, Dhouha Ben Tahar, Saïda Chaouachi,Tahar Harabi Har Belhaj, Hatem Arfaoui, Mohamed Nizar, Meddeb Jamila Mejeri

Associations et organisations

Saïda Agrebi, Mohamed Ben Sedrine, Fathi Boussofara, Hédi Zitouni, Habib Bakay, Lotfi Zakraoui, Lotfi Hedhili, Dorra Mansour, Mohamed Chaibi, Nooman Ben Ameur, Yassine Hriz, Rafika Sassi, Nabila Marouane, Rafika Jdaï, Taoufik Rezgui, Larbi Lahmar, Hédi Ben Souissi, Chedly Tarhouni, Jamel Ben Slimane, Abdelwaheb Khalaf Mohsen Ben Slimane, Abdelkader Ben Taleb, Salah Sellami, Mohamed Ben Amira, Ezzeddine Saoudi, Ouafa Ayadi, Kamel Ben Saïd, Mohamed Salah Frej, Samia Fatoum, Sami Brini, Mohamed Guadeh, Samar Boulila, Hafedh Lajmi, Hassine Romdhani, Amel Methnani, Slah Khiari, Taoufik Ben Abdelhédi, Mohamed Chaouri, Moslem Fathalli, Sihem Lahmidi, Ammar Aissa, Yosra Guadeh, Fathi Fersi, Mohamed Sahbi Chafra, Abderrazak Kaabi, Nouri Messaoudi, Maher Mohdhi, Lahdhili Guadeh, Fakhri Guarah, Sondos Guadeh, Ayachi Amri, Chedli El Hamdi, Chedli Kasbabi, Hédi El Abed Farah Romdhani, Sélim Semihi, Mohamed Kalaï, Hend Haroum, Kamel Chaouachi, Adel Barrak, Salah Sfaxi, Hamed Ghzel, Kacem Bousnina, Abdelkrim Hamrouni, Rachid Ben Ayed, Abdelwahed Lajmi, Mohamed Salah Mansouri, Bouthaina Bettahar, Abdelaziz Chamsi, Mariem Jafali, Rabeh Kraidi, Mohsen Dridi, Saloua Terzi, Ben Attia Faycal Zaâlani Faouzi Meddeb Ibrahim Houla Khaled Arfa Chedli Ben Ghiafa Farès Bouguerra Sami Errassine Ali Radaoui, Dr. Mejda Ezzamri, Noureddine Hmam, Chedli Ben Younès, Dr. Abderraouf Khil, Fethi Attia, Kamel Abidi, Dr. Saleh Kachbouri, Moëz Souabni, Hassène Manaï, Dr. Néjia Ben Soussi Dr. Moncef Ben Brahim, Dr. Habib Boujneh, Belsem Zmonter, Hbara Jafel, Abderrazzak Khdhir, Mongi Bouaziz, Sonia Abdellatif, Kaouther Ben Dlala, Houda Ben Romdhane, Soumaya Hayouni, Riadh Abdennour, Kaïs Chaâbane, Mohamed Ayari, Imène Mansouri, Fatma Kouki, Faten Miloudi, Ghofrane Mami, Sofiène Sayah, Hanène Bouallègue, Rabiaâ Garfa, Wafa Mhimdi, Atef Bedhiafi, Imed Hechmi, Mohsen Belarbi, Arbia Cherni, Taoufik Mhamedi, Khadija Ben Tamrout, Slehedddine Ghrisi, Jaouher Jamoussi, Hiba Derouiche Mkaddem, Samia Ben HmedLeila Hosni, Dr. Sana DridriMohamed Fadhel Ghouil, Malika Ghorbel, Noureddine Majeri, Samir Zarrouk, Wafa Imam, Hend Chebbi, Hafedh Ben Miled, Karim Ellouz, Amine Turki, Moëz Ben Hssine, Chokri Chedli, Saida Mohsni, Dr. Moncef Ben Brahim, Dr. Badreddine MissaouiMohamed Tarek GhediraAhmed Ben SlamaZohra TurkiSouha BakkarBahija FehriMouna FouratiDr. Lobna Ben Ila, Faïza Kethiri, Dr. Khadija Souissi, Jamila Ayadi, Mourad Saouafi, Ahlem El Bzari, Ahmed Karoui, Chiheb Yahmadi, Zohra Abrougui, Mohamed Oueslati, Mustapha Bouchnak, Habib Habouli, Othmen Mahouachi, Ezzeddine El Ebri, Hssine Aouili, Mohamed Ben Saâd, Ali Hafsi, Bennour Mchafer, El Abed Chihaoui, Mounir Ben Ali, Khaled Koubaâ, Adel Alya, Nefaâ Aribi, Saber Boumaïza, Béchir Ben Hadda, Mondher Abidi, Néziha Sfar Mezni,, Mohamed Touzri, Mohamed Marzouk, Zine El Abidine Ben Othmane, Fethi Bhar, Sassi Jerbi, Hichem AyariRiadh Debou, Mohamed Raouf Tounsi, Hiyem Zgoli, Anis Maâzoun, Imed Eddine Chaker, Abdelhafidh Haj Kacem, Mohamed Hédi Ayadi, Mondher Barbouch, Mohamed Fouzaï, Mongi Hamidi, Mongi Kaddachi, Moncef Mefteh, Abdelhamid Ben Saïd, Abderrezak Belghith, Jomaâ Hlioui, Monia Ben Abbès, Themna Tebib, Bouraouia Agrebi, Abdessalem Haddad, Ali Zammel, Miloudi Dhib, Mohamed Hédi Brahimi, Béchir Khlifa, Mohamed Helal, Rachid Soufi, Mohamed Chouchane, Ahmed Ben Khelifa, Rachid Oueslati, Belgacem Frej, Mohamed Noureddine Sfar, Néji Borkane, Naceur Abdelkefi, Néjib El Ayachi, Nouri Bardaâ, Mohamed Hannachi

Cadres et responsables agricoles

Mabrouk Bahri, Mohamed Ghedira, Monia Ben Amor Jilani Rezgui Slimane Bibani Mohamed Mouldi Jebali, Ali Hlioui, Mohamed Arbi Bouguerra, Naceur Zoghlami, Mohamed Lahioul, Abdelhamid Zanzouri, Faouzia Ben Mami, Youssef Kachouti, Mohamed Salah Ben Romdhane, Anis Ksiksi, Abdesslem Souki, Abdellaziz Mabrouk, Abderraouf Garfi, Karim Daoud, Moez Lahmar, Abdelmajid Laabidi, Ali Bel Mabrouk, Abdallah Mlak, Mohamed Mekki Laabidi, Sonia Bouzgarrou, Nozha Ben Messaoud, Hechmi Zoghlami, Abdenaceur Zaïbi, Hamza Laabidi, Aymen Chebbi, Ahmed Ben Chelbi, Jilani Mhamedi, Brahim Nehdi, Hattab Ben Frej MiliHamid Ayari, Ammar Souid, Naceur Agrebi, Morssen Laaribi, Salah Hamdane, Salah Hajri, Hamadi Ben Noomane, Abdelmalek Ben BeyaFerjani Ben Amar Souid, Seifallah Jeri, Hamouda Gharbi, Néjib Fatnassi, Chakib TrikiNéjib Allagui, Mohamed Aziz Bouhejba, Mohamed Belhaj, Mohamed Karoui, Habib Boughanem, Ammar Guezmir, Hassen Trad, Abdellaziz Frigui, Mohsen Karoui, Mounir Ayari, Abdessalem Ben Harb, Adel HajjiMaher Bakari, Chaker Bardoula, Habib Hamdi, Mohamed Allagui, Halfaoui Khmila, Faouzi Jendoubi, Ridha Layouni, Lotfi Zakraoui, Béchir Kachouti, Hatem Tayari, Mohieddine Dardouri, Hattab Hanachi, Mohamed Chedli Mestiri, Ayachi Souid, Mohamed Ali Darragi, Najoua Kachouti, Rachid Dridi, Moncef Lassoued, Lamjed Darragi, Faten Chakroun, Assia Boukari, Hedi Bahri, Dalila Jaziri, Angi Dokki, Azza Khlifa, Sabiha Zyadi

Ingénieurs

Gholam Dabbach, Taoufik Moadeb Hamrouni, Afif Kidara, Mohamed Boufarwa, Mohamed Ghannouchi, Thameur Abdellaoui, Mohamed Taher Atarzi, Hassen Chouarbi, Taoufik Hlila, Mohamed Babba, Nabil Chater, Amer Zouari, Sayed Samani, Mohsen Mastour, Hajer Hlali, Mounir Jawadi, Alia Soltani, Kamel Karmi, Hassib Abdallah, Mohsen Othmani, Farhat Salhi, Manel Ben Solamia, Habib Ghanem, Nizar Ferjani, Rabeh Mansouri, Fathi Madiouni, Farida Mansouri Jamad, Khaled Ben Amara, Abda Meskini, Abdelmalek Salami, Sami Ben Ayed, Mohsen Ben Ammar, Néjib Ben Teycha, Abdelrrahmen Klali, Ameur Bahri, Nasreddine Chahabi, Riadh Ghatnassi, Salam Rozaâni, Amal Maherzi, Ali Hendaoui, Abedelmonnêm Alani, Salah Darmoul, Khélifa Chermiti, Hédi Hamrouni, Leïla Ben Diya, Kaïs Kéfi, Chafik Zaydi, Ahmed Loukil, Mosbah Hélali, Kalthoum Sifaoui, Dalila Dalhoumi, Asma Zaânini, Habib Chouikha, Taoufik Gargouri, Dalel Krichène, Mourad Amar, Riadh Hentati, Fathi Chérif Ramzi Halouani, Najet Ksara Abdelhédi, Rabab Gormazi, Mohamed Ben Habib Belhadj, Danzim Kamoun, Ali Béhiri, Mohamed Salami, Fouad Maâlej, Mohamed Feki, Mongi Kallel, Ahmed Gharsallah, Mohamed Gharbi, Thameur Kanoun, Abdallah Kouiaâ, Tijani Hidrich, Noureddine Ghariani, Belkacem Mabrouk, Hechmi TaktakAdel Ghariani, Meki Lajnef Hechmi Abdelmalek, Mohamed Mongi Rabiï, Habib El Meki, Mohamed Ben Mariï, Moncef Zeyadi, Kamel Khaldi, Rayida Hamdi, Ahmed LtifiFaouzi Khaldi, Mohsen Ibrahimi, Jalel Khédiri, Abdelbasset Halim, Salem Zayed, Ahmed KassiInès Chaïbi, Hechmi Mnasri, Amor Majouri, Oussama Mansri, Abdelrrahmen Ben Ahmed, Abdallah Fabraoui, Mohamed NasriIhssen Khlayfi, Zakariya Khazri, Ramzi Bargaoui, Kamel Dridi, Amor Zine, Mohamed Saleh Khamassi, Chokri Arbi, Samir Jradi, Abda Sghaïer, Habib Ghadir, Mohamed Yaâkoubi, Chedli Snoussi, Ammar Karoui, Abdelmonêm Rezgui, Chaâbane Kouka, Sassi Massoudi, Jamel Ferchichi, Saleh Mentouch, Mongi Brahmi, Ouatef Saad, Ouatef Abidi, Abdelfateh Madar, Nour Abidi, Youssef Naïli, Noureddine Mansour, Mohamed Amouri, Mohamed Néjib Nasraoui, Mohamed Ramzi Jomli, Hanen Massoudi, Hajer Nahdi, Amira Boussetta, Mouna Chabchoub, Ben Miled Abdelhamid, Belgacem Maïrchi, Faten Rezgui, Ghada Nouariya, Abdelwahed Hayah, Fayçal Boubaker, Hanen Ben Dhoua, Rim Fredj, Naoufel Massoudi, Abdelrazak Gammoudi, Maha Karbouj, Raouya Boumaïza, Iskander Bahloul, Ibrahim Abbassi, Mohamed Ali Jendoubi, Faïez Moslem, Mohamed Boukalaâ, Mongi Chninid, Ahmed Touir, Mokhtar Ben Salem, Abdelkader El Houbi, Moussa Boukhari, Selim LahmerSalem Hajji, Moncef HarmiBahri Khalili, Moncef Ghabri, Mohamed Garrech, Mohamed SalhiAli Bouaâfia, Sassi Mahdhi, Brahim Meriahi, Moncef Soudani, Bilel SlimLabib Boudaya, Hani Damak, Imed Fatnassi, Nabil Zitouni, Leila Bahri, Dorra Ben Ayed, Maïssa Zerzeri, Ghada Néji, Zohra Mhamedi, Samira Arafa, Ayia Saïd, Feirouz Jerbi

Cadres Admnistratifs et Bancaires

Mustapha Jaber, Sonia Ayadi, Safia Touati, Nabila Chrada, Latifa Benzarti, Fathi Bouallègue, Samia Zenguer, Besma Ben Youssef Mehrezia Yaâcoubi, Hasna Marchaoui, Besma Dhaouadi, Salah Farhat, Khelifa Sbouï, Hichem Sahli, Nefissa Chakroun, Abdessalem Lounissi, Noureddine Riahi, Morched Belhareth, Abdelaziz SyiïImen Belhadi, Wassila Ben Amor, Radhia Lassoued, Meriem Laâbidi, Hend Eddsou, Leïla Youssef, Samira Jouini, Rafika Abdelaâli, Nehed Snoussi, Monia Testouri, Monia Maâlaoui, Fatma Gharbi, Amel Jomni, Khedija Bahri, Baya Gharbi, Lamia Kahia, Najet Ayari, Amel Ammous, Habiba Didi, Hayet Fayel, Henda Abid, Lamia Ksouri, Faouzia Najjar, Sihem Bennour, Najoua Zouaoui, Néziha Rayes, Rafika Ouedhrefi, Mariem Kdouss, Samia Labiadh, Henda Harrabi, Saïda Bou Abdallah, Naouel Boukadi, Rebh Tahari, Meïssa Mezni, Amel Ouertani, Naïma Jedda, Leïla Herguem, Aïcha Jribi, Asma Ben Ibrahim, Salma El Ktari, Saloua Ghouili, Béhija Mamlouk, Leïla Degnou, Dorra Chouchene, Najoua Chebbah, Aïcha Chaherli, Raja Raïss, Ferdaous Ben Jbar, Emna Fourati, Jouda Debbich, Asia Saïdi, Rakia Chouikha, Nadia Selim, Nadia Sekkouhi, Ilhem Hichri, Fathia Ammar, Insaf Arafa, Amel Saâd, Hayet Atallah, Houda Yousfi, Heïfa Bouaâboura, Fatma Mzoughi, Henda Boukraâ, Amira Zenati, Karima Ben Khelifa, Mohsna Haddad, Chedlia Bouchiba, Sahla Boujnah, Souad Mahjoub, Mounira Mansi, Jihan Ben Mansour, Fatma Gedouar, Aïcha Ben Fadhel, Radhia Chouchan, Naouel Boukadi, Hajer Mrad, Halima Kedidi, Leïla Kammoun, Leïla Zaghouani, Monia Essokrani, Nizar Thouabtia, Intisar Tarhouni, Souad El Mekki, Sihem Khiari, Amel Bouzgarrou, Noura Trabelsi, Henda Dhib, Rim Thabet

Cadres éducatifs

Dahmani Slama, Aïcha Bou Abdellah, Kamel El Amine, Rajah Mahmoudi, Mokhtar Jedidi, Imène Sayari, Mayssoun Sbouï, Raja Sfaïhi, Najet Samet, Henda Lahmi, Ouahida Ben Ali, Zohra Belhaj Khlifa, Faouzia Sassi, Zeineb Chatouh, Noureddine Eljaoua, Aïcha Aloui, Khedija Belkhir, Basma Janhani, Ines Lounissi, Sameh Oueslati, Emna Ben Mansour, Manel Ben Othman, Thouraya Zahmoul, Monia Abdennour, Latifa Kaabi, Imen Jabri, Sarra Ben Arbi, Mariem Arbi, Radhia Trabelsi, Assia Rachdi, Ghazi Khiari, Mounir Jabran, Mongi Azôuzi, Ali Ayadi, Saloua Khiari, Hajer Abougui, Ramzi Kalaï, Mohamed Ouni, Chokri El Afif, Kaouther Amamou, Mohamed Manaï, Lotfi Faïzi, Héla Toukabri, Badiâ Balti, Fatma Barani, Badria Oueslati, Béchir Gasmi, Aouatef Sahli, Mohamed Zoualri, Yamina Marouki, Wassila Chtioui, Elyess Mchaffer, Rafik Zaabi, Zoubeida Mejeri, Abir Souf Fethi Belghith, Riadh Jeblani, Grami Oueslati Basma, Ben Jomlia, Rafika Ben Aïch, Fadhel Ben Aïch, Issa Mhamedi, Taoufik Somii, Kamel Ouni, Majid Abidi, Kheireddine Hajjem, Dhekra Ben Maatoug, Sonia Jaouadi, Samia Hamdi, Nizar Chebbi, Ibtissem Knani, Hassen Ben AbdallahAmor Nasraoui, Zied Ben Salha, Ahlem Nasr, Ines Tahiri, Hager Abdelli, Hela Bargaoui, Yamina Mestiri, Fethia Haddar, Sarra Oueslati, Najla Aloui, Olfa Charfeddine, Latifa Gharsseli, Monia Zidi Skhiri, Salha Jemaâ, Najet Belhaj, Saloua Garci, Moufida Taboubi, Rafika Khouini, Sayda Ben Ameur, Rabaa Bouhdaja, Najet Agrebi, Ramla Chemli, Massoüda Dhoukar, Wided Laribi, Fatma Thabet, Nehla Saoud, Moufida Dhib, Chama Allegui, Majda Arafa, Radhia Toumi, Jalila Jrad, Emna Rekik, Leila Habachi Yakouta Amdouni, Thouraya Trabelsi, Dalila Abdeljelil, Hager Belkhiria, Ibtissem Abdelaziz, Mouna Bettaieb, Raja Ben Ammar, Saloua Belkhiria, Hayet Driss, Thouraya Harabi, Azza Kasbi, Imen Bachraoui, Wassila Arfaoui, Dalila Labidi, Dhouha Zerzeri, Jamila Bouzouita, Habib Zahmoul, Chadlia Sayeh Safia Hemdani Sondos Ben Hmida Assia Harabi, Afef Abassi, Dalila Yaakoubi, Moufida Riahi, Lobna Trabelsi, Samira Belhaj

Etudiants

Haythem Chakchouk, Rahma Bouaziz, Imène Farhat, Rami Bouallègue, Fatma Yahyaoui, Emna Labidi, Mohamed Aiïfia, Hatem Zanker, Yahia Marzouk, Olfa Ben Othmane, Beya Gramdi, Amani Ghanem, Salwa Mejri, Senda Ayari, Dorra Thabet, Yosra Hamdi, Farah Dabouki, Slim Bouchiba, Saber Jleli, Ilyès Bouâabdallah, Zeineb Ben Amor, Souad Bouhilla, Nadia Rahali, Houyem Sehili, Marwa Mbarki, Zeineb Chabbar, Hamdi Hergal, Mohamed Amine Jebali, Moâtaz Ben Ghrib, Doha Marzouki, Zohra Ben Abdessalem, Youssef Thabet, Ichraf Majdi, Ibtihel Malouhi, Dorsaf Hammami, Rim Triqi, Lina Mazni

Métiers divers

Arbi Mrabet, Noureddine Khazri, Montasser Ben Lotfi, Taktak Hayet, Hamrouni Skander, Dali Héla, Chakroun Noura, Ben Chaïla Abderrazzak, Laâbidi Mohamed, Néjib Habib, Ghanem Joudi, Sadek Kenyali, Abdelkhalek Yahyaoui, Hayet Zaïdi, Samira Draoui, Amel Dridi, Hiyem Zgoli Samuel Chebil Kamel Kasmi Fattouma Gharsali Feriel Laâlaï Raja Hmaidi Boutheina Ennoubli Boughadja Raja Tbini Fatma Safi Chalghaf Khira Chakroun Fadhila, Aloui Olfa Charfeddine, Leila Bchir, Rafika Jlil, Mariem Tayeb, Ines Ben Mahmoud

25 commentaires sur “Tunisie: l’Appel des mille !

  1. Bonjour a tous
    Est-ce que ces gens occupent des fonctions publiques de décision,en ce moment.

    • Nombre d’entre eux occupent des postes officiels et certains d’entre eux se sont recyclés dans la révolution et sont devenus des « révolutionnaires » accomplis.

  2. bonsoir,
    je fais partie de ces gens dont le nom figure dans cette liste, mais je vous jure au nom de dieu (wma andich alach nehlef) que je n’ai jamais adheré à RCD et que je n’etais meme pas au courant que mon directeur (dont le nom a disapru de la liste) nous a tous mis dans cet appel de merde

    • Cher Monsieur,
      Je vous crois très sincérement et je suis persuadé que la plupart des gens qui figurent sur cette liste sont dans votre cas. En fait quand j’ai mis cette liste c’était pour expliquer les conditions dans lesquelles elle a été faite et comment elle a été faite! je n’ai pas encore eu le temps de le faire. En tout cas notre juge à tous est notre conscience et c’est le principal. Je suis en train de collecter les noms des personnes abuées, si vous ne voyez pas d’incinvénient donnez moi votre nom exact il en sera fait bon usage.
      A.M

  3. Je suis vraiment en colère d’être dans cette liste, voire même tête de liste, moi simple enseignant universitaire, qui n’ai jamais adhéré à ce parti maudit, et je vous jure « Wallahi Aladhim » que n’a jamais eu la moindre responsabilité. C’est vraiment scandaleux de la part de l’ancien directeur d’établissement ZAGROUBA Fethi membre de ce parti d’utiliser mon nom et le nom d’autres collègues à ses besoins électoraux. Heureusement que nous l’avions mis dehors. Personnellement, je n’ai aucune ambition pour occuper quoi que ce soit comme je l’ai été dans la passé. J’ai juste voulu réagir à cette injustice et démontrer que beaucoup comme moi ont été cités pour gonfler le soutien à un régime criminel et détestable. Riadh JEMAA

    • Pourquoi ne pas entreprendre une action commune en justice?

      • C’est déjà fait à travers un huissier de justice par l’ensemble des collègues pour contraindre le journal à rectifier cette publication mensongère

      • Vous avez bien fait mais il vous faudrait médiatiser votre action puisque selon la Commision Ben Achour et ses gardiens de la révolution vous risquez d’être inéligibles pour très longtemps!
        A.M

      • c’est deja lancé depuis le 18 janviers 2011 mon cher

    • je fais partie de cette liste et je confirme se que Mr Riadh (que je connais tres bien) venait de dire.
      je viens de savoir que ce Fethi Zagrouba, a cité les noms de ces collegues de travail dans une communication telephonique à ces collaborateurs du parti maudit (RCD) » comme disait si Riadh » et c’est pour cela qu’il a eu bcp de fautes d’orthographe en ecrivants les noms.
      donc, j’invite tout le monde, à combattre l’origine du mal (tout ces connards qui ciruculent librement et qui representent un vrai dangers pour le pays) et non pas leur victimes, qui ont souffert de fathi zagrouba avant le 14 et apres aussi

  4. je suis ben slimane badreddine atteste par la présent que je n’ai jamais adhéré à l’RCD et je n’est jamais signé cet appel; je suis en colère qu’on puisse utiliser mon nom à des besoins électoraux. je n’ai jamais eu aucune fonction dans le passé et je ne souhaites pas en avoir dans le futur, j’ai juste réagi contre cette injustice détestable.

    • Monsieur Badreddine,
      Je suis de tout coeur avec vous, mais ce sont là des procédés bien connus chez des hommes ni foi ni loi. Je pense qu’il faut recourir à la justice ou tout au moins faire publier un communiqué sur un journal de la place!
      Amicalement
      A.M

      • pourquoi vous vous justifiez maintenant! il fallait signaler ça avant le 14 janvier mesdames et monsieur. pourquoi personne figurant ds la liste n’a condamné ou au moins démenti sa signature! par peur, non? il fallait au moins s’excuser avant la parution de nouveau de la liste.
        vous étiez fier un jour que votre nom soit parmi la liste et vous faites aujourd’hui profil bas! shame on you!

  5. svp, enlever cette article et laissez la loi prendre son cours, il y a le nom d’un proche sur cette liste qui n ‘a jamais été rcd et qui n’a jamais appeler pour le chien ben ali. Sinon on va porter pleinte contre vous.
    Serieusement;
    mourad salehi

    • La menace: Cliquez sur « l’appel des mille pour le parachèvement du projet national du président ben ali » sur google et vous trouverez pas moins de 3600 résultats, c’est à dire que si j’enlève la liste de mon site, il en restera toujours beaucoup. D’ailleurs je l’aurai fait si vous avez continué à être poli jusqu’au bout, mais comme vous êtes devenu menaçant, alors désolé pour vpous , pour votre ami et pour tous. Vous pouvez vous plaindre auprs de Google et vous pouvez obtenir gain de caue.
      Conseil gratuit

  6. liste d 1000 signataire, 1000 survivant des ben ali pour q’il se porte candidat à la présidentiel de 2014..
    Signataires EXCLUSIVEMENT, intellectuels, decisionnaires dans des postes clés tous corps de metiers, des sociaux dirigeants et des sociaux cadres superieurs (je les apelerai des marqeteurs sociaux exécutants, quand je vois les vrais stats et les rellees actions du ministère des affaires siciales envers l’enfance et les familles defavorisés, prè d’un quart des Tunisien (24.7%) sous le seuil de pauvreté)
    POURQUOI CETTE EXCLUSIVITÉ… Quel était le reel interet derrière toute cette conviction « que le Changement, à ce stade de son processus, est encore porteur de vastes horizons et de grandes ambitions pour le pays, ce qui rend nécessaire et impérieuse la permanence de Zine El Abidine Ben Ali aux commandes du projet national tendant à assurer stabilité, quiétude et pérennité à la Tunisie…  » (EXTRAIT DU TEXTE DES SIGNATAIRES)… pourqoi il n’y avait pas des signataires à situations socio-economique defavorisés ou des chomeurs ou des simples ouvriers… pourqoi pas une tranche de ces 24,7% … NO COMMENT ……..!!!!????!

    • hhhhh, bien mais une femme comme toi que je la connect plus que tout le monde je sait bien que tu dit le contraire que tu pense ……….. c`est moi OK

  7. bonjour ,
    je ne suis pas cité dans cette liste mais je connais certains qui le sont je vous invite à chercher dans leur passé pour pouvoir juger correctement. je vous donne un exemple de mr khedhiri Jalel qui était le secrétaire général de RCD gafsa mais si vous vous approfondiez plus vous allez trouver que celui-ci n’a pas voulu l’être il a était obligé et vous imaginez la punition de dire « non » a ben ali et de plus il a était éliminé juste avant la condidature parcequ’ils savaient bien qu’il n’allait pas les aider. c’est presque le même cas pour des nombreuses personnes dans cette liste

    • Bonjour,
      Très franchement je n’ai pas mis cette liste dans le but de nuire à quiconque. D’ailleurs ce n’est pas moi qui l’ai établie je l’ai reproduite seulement. et elle est sur tous les moteurs de recherche. Je connais parfaitement les conditions du pays il n’y a ps si longtemps et même longtemps avant et je sais pertinemment que personne n’aurait eu le courage de refuser et encore moins de protester …
      Ce site essaie de reproduire des documents difficiles à trouver ailleurs, c’est essentiellement pour la mémoire des tunisiens. D’ailleurs si vous allez sur l’ancien site, vous verrez qu’il y a des documents datant de 1990 et suivantes et que vous ne trouverez nulle part ailleurs.
      Cordialement

  8. Le Nom figure ou ne figure pas c’est pareil. Même le modérateur du site a soutenu hypocritement Ben Ali. Il fait aujourd’hui du business avec ces conneries. On a le droit de soutenir qui on veut et changer d’avis ou se tromper. Les gardiens de la révolution sont tous des beznassas. Allez vous faire soigner!

  9. http://www.facebook.com/notes/kamel-farhat/mal-journalisme-mediamensonges-et-mediocrite/477998265568409

    MAL JOURNALISME MEDIAMENSONGES ET MEDIOCRITE
    par Kamel Farhat, dimanche 16 septembre 2012, 16:48 ·

    Le mal journalisme ou « journalisme poubelle » est un néologisme créé pour désigner des pratiques journalistiques manipulatoires, donnant une allure spectaculaire à des faits banals de la part de certains médias peu scrupuleux dont la seule préoccupation est de faire de l’audimat en raison de pressions qui peuvent être pécuniaires (besoin de vendre, donc besoin d’émissions spectaculaires) corporatistes ou plus personnels…

    Il est vrai que nous vivons à l’ère de la « société de l’information ». Jamais notre quotidien n’a autant été influencé par les flots de nouvelles drainées par ce que nous appelons, désormais, les technologies de l’information et de la communication. Journaux, télévisions, radios, téléphones mobiles, ordinateurs : tous charrient inlassablement un inextricable déluge d’informations. Internet, Twitter, Facebook, Google… et autres créatures du cyberespace ont radicalement changé notre façon de communiquer et de nous informer. Mais il reste cependant une constante qui n’a pas été affectée par cet essor technologique : le mensonge, la propagande la manipulation médiatique et le corporatisme sont toujours là, plus présents que jamais, tels ces virus informatiques de plus en plus sophistiqués, de sorte qu’ils sont constamment plus performants que les logiciels qui sont sensés nous en protéger. Les « média mensonges » n’ont jamais autant proliféré, particulièrement en période de troubles comme celle que nous vivons actuellement en Tunisie.

    Après la flambée des agressions verbales et physiques contre les médecins hospitaliers nous assistons de nos jours à une nouvelle menace plus sournoise, insidieuse et tenace ayant pour origine certains médias peu scrupuleux, qui sous le couvert de la liberté d’expression nouvelle et du droit d’informer pratiquent le dénigrement systématique des structures publiques en particulier hospitalières et de leurs soignants.

    C’est le cas de radio oxygène, « une radio people » qui lance le 14.09.2012 une émission-attaque contre l’hôpital centenaire de Menzel Bourguiba, en particulier contre le service de gynécologie obstétrique de cet hôpital avec appel à témoins à charge sur sa page face book et dont le but réel est d’assouvir une basse et vile vengeance corporatiste. Car s’il est vrai que nous vivons à l’ère de la « société de l’information », il faut se rendre à l’évidence que nous vivons aussi à celle, plus sournoise, de la désinformation et du mensonge. C’est ainsi qu’une journaliste de la dite radio locale est hospitalisée pour soins, elle en profite pour interférer dans le fonctionnement du service en contactant dans la nuit du Samedi 08.09.2012 le directeur régional de la santé pour critiquer l’intervention de l’équipe de garde dans la prise en charge d’une patiente et l’informer que cette femme va décéder, qu’il n’y a ni sage femme ni ambulance ni médecins à l’hôpital et que les moyens sont dérisoires face à cette urgence grave, créant ainsi une fausse polémique autour d’un incident somme toute banal. Par la suite, pour se disculper, elle assure qu’elle tient ces informations d’une infirmière mais est incapable de la reconnaître lorsque le surveillant lui demande de désigner cette dernière. En réalité il s’agit d’un cas habituel d’avortement précoce pris en charge par deux sage femmes, quatre infirmières et un anesthésiste. Cette pathologie courante nécessite une courte réanimation avant d’être transférée vers la maternité de Bizerte, comme l’impose la procédure en l’absence de gynécologue de garde à Menzel Bourguiba (ce qui est le cas tous les trois jours en raison du manque d’effectifs à l’échelle nationale ; les deux gynécologues de ce service de 60 lits effectuant déjà plus de 90 heures de travail par semaine).

    Suite à cette intervention inappropriée de la journaliste et la polémique qui s’en est suivie, le médecin normalement de garde le dimanche et le lundi matin est appelé à la rescousse afin de calmer les esprits et assurer la garde du samedi laissant par conséquent la maternité sans gynécologue de garde durant 2 jours successifs occasionnant ainsi une perturbation grave de l’activité du service le lundi matin, connu pour être un jour de grande affluence de patients.

    Au 5ème jour d’hospitalisation, devant la normalité des examens pratiqués, la polémique générée par les mensonges de la journaliste et la tension avec le personnel soignant en réaction à sa tentative de compromettre une infirmière, le chef de service a estimé qu’il était préférable pour l’état de santé de la patiente et la quiétude du service qu’elle poursuivre ses soins, basés essentiellement sur le repos au lit et un traitement oral, à domicile. La sortie a été malheureusement vécue comme une agression par la journaliste qui s’est sentie rejetée et n’a pas saisi la subtilité et la sagesse de ce médecin qui en l’éloignant d’une situation stressante a pensé avant tout à son état de santé et son bien être.

    Suite à cet évènement radio oxygène s’empare de l’affaire, l’amplifie et lance sur ses ondes le 14.09.2012 de 14 à 16 heures une émission-attaque contre la maternité de Menzel Bourguiba décrivant sa journaliste comme une victime et un héro qui a sauvé d’une mort certaine une femme innocente. La réalité est tout autre, puisque à cause de l’intervention inappropriée de cette journaliste, l’acte opératoire simple qui aurait pu être réalisé dans un délai de 30 minutes si la femme en question avait été transférée à la maternité de Bizerte, qui dispose d’un gynécologue sur place, a été pratiqué à Menzel Bourguiba après 2 heures de temps nécessaires à la réquisition d’un second gynécologue.

    Suite à cette polémique un esprit de solidarité corporatiste aveugle s’empare des journalistes de radio oxygène et enflamme les esprits et les cœurs contre cette maternité et son responsable qui sont diabolisés, salis, comparée à une écurie et contre l’équipe soignante qui sincèrement n’a pas démérité. Le plus étonnant est que la veille de l’incident cette même journaliste vantait les qualités de ce service et ses soignants et promettait de leur faire une bonne presse!

    Je souhaite rappeler aux responsables de cette jeune radio que le premier devoir du journaliste est d’aller sur le terrain, de rapporter une information de qualité honnête et respectueuse de la vérité, sans couper, sans dissimuler ce qui l’embête, sans mettre en avant ce qui l’arrange et surtout sans verser aucune rémunération aux personnes qui acceptent d’être des sources d’information. La diffamation en usant de son statut de journaliste pour des raisons personnelles constitue une faute professionnelle punissable car on ne peut être à la fois juge et partie.

    Au directeur de cette jeune radio locale sensée être plus proche des citoyens et travailleurs de la région je rappelle que la propagande, la manipulation de l’opinion publique et l’incitation à la haine peuvent avoir des conséquences qui peuvent être dramatiques en cette période de troubles sociaux et dont il serait le seul responsable : « La propagande est à la démocratie ce que la violence est à la dictature » disait N. Chomsky.

    Je l’appelle à mieux choisir ses intervenants en évitant les repris de justice notoires, à favoriser un journalisme plus juste, une critique plus constructive des institutions œuvrant dans le sens de la paix sociale, à privilégier la liberté responsable de la presse et abandonner ces pratiques indignes qui brouillent le contrat entre les journalistes et leurs publics et risquent, à terme, de miner sérieusement leur légitimité sociale.

    Ce qui nous a le plus interloqué dans cet évènement c’est le message adressé par cette journaliste au surveillant général de l’hôpital le sur lendemain de sa sortie et la veille de l’émission-attaque de radio oxygène et dont voici le contenu fidèle: « bonjour mr, je vous remerci ainsi que tt le staff maternité menzel bourguiba (nom et prénom, n° GSM, reçue à 11:10:21 le13.09.2012) ». Alors pourquoi ce revirement brutal d’attitude le lendemain ? La journaliste aurait elle subi des pressions de la part du propriétaire de cette radio?

    La question qu’on est en droit de se poser c’est pourquoi Mohamed kamel Robbana le richissime directeur général de Radio Oxygène, ex-RCD notoire qui se recycle comme si de rien n’était, connu de tous pour son soutien inconditionnel au régime de ZABA à travers son magazine Oxygène et ami intime du clan des Trabelsi se mettrait il à attaquer les structures de l’état : le tribunal de Première instance puis l’hôpital de Menzel Bourguiba … ? S’agit-il d’un complot politique visant à miner la confiance du citoyen envers ses institutions et instaurer un état d’anarchie afin de favoriser le retour au pouvoir des hommes du régime déchu pour récupérer ses privilèges, d’une tentative opportuniste et maladroite de se chercher une nouvelle virginité en se posant en défenseur de la révolution ou simplement d’un règlement de comptes personnel égoïste et vil ?

    Dr Farhat Kamel

    Chef de service de gynécologie obstétrique

    Hôpital régional de Menzel Bourguiba

  10. Je réagi sur les commentaires postées par des collègues Riadh Jomaa et Badreddine Ben Slimane.
    En effet, je sais bien que les deux étaient belle et bien des RCDistes pur sang😉 Ils assistaient à toutes les réunions organisées au siège du RCD au profit des universitaires RCDistes. Ils ont participé activement à la dernière compagne électorale présidentielle 2009. Ils ont dis qu’ils ne cherchaient pas de postes d’àprès révolution, J’aimerairs leur dire qu’ils occupent depuis juillet 2011 respectivement les postes de « Directeur des études et stages » pour le premier et « Directeur de Département » pour le sécond au sein de l’ISSTE !!!! C’est de l’opportunisme flagrant. Ils n’auraient jamais pu en être là si ce n’était pas la révolution …
    Je suis chercheur syndicaliste à la Technopole de Borj-Cédria, et je pourrais apporter d’autres vrais témoignages sur ces collègues et leurs analogues à l’ISSTE, alors ayez la sagesse de vous taire au moins : VAUT MIEUX TARD QUE JAMAIS !
    Des gens laches comme vous, il y’en a plein à Borj-Cédria. La prochaine fois, je posterai, si vous voulez, des photos à vous et vos collègues de l’ISSTE et des Centres de recherche prises au siège du RCD lors de quelques moments de votre millitantisme RCD. Saissez de mentir, vous devez en avoir honte en qualité d’universitaires :!!!

  11. Une fois l’article parcouru, on se sent moins ignorant sur le sujet. Merci!

  12. Bonjour à tous,
    Mon nom figure sur cette liste, alors que je n’ai jamais exercé le métier de cadre éducatif. J’ai quitté la Tunisie en 2007 et je n’ai jamais voté de ma vie. Justement pour ne pas donner ma voie à des mafieux. Malheureusement, toutes ces vérités qui éclatent non plus aucune valeur. La révolution est bien derrière nous.
    Bon courage à vous tous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :