2 Commentaires

Le rapport sur la sécurité en Tunisie qui donne froid dans le dos


armee-tunisie-2

 

 

Le rapport sur la sécurité en Tunisie qui donne froid dans le dos
politique – Par Nicolas Beau – Publié le 26 Aoû, 2015

 

Le rapport sur la sécurité en Tunisie qui donne froid dans le dos
politique – Par Nicolas Beau – Publié le 26 Août, 2015

Le dernier rapport de Michaël Ayari, chercheur à International Crisis Group et l’un des meilleurs experts de la Tunisie, dresse un constat inquiétant sur l’état des forces sécuritaires dans ce pays menacé par le terrorisme..

Après les deux attentats spectaculaires qu’a connu la Tunisie au musée du Bardo, le 18 mars dernier, et à Sousse le 26 juin, le pire est à venir. Les forces sécuritaires en effet ne sont pas du tout en état de marche pour lutter contre le péril terroriste. Ce qu’admettait en juin dernier le président tunisien, Beji Caïd Essebsi, face à un interlocuteur français. Le rapport de Michael Ayari, chercheur à « International Crisis Group », intitulé « Réforme et stratégie sécuritaire en Tunisie », confirme ces craintes.

Ben Ali, simple flic

Généralement, on veut croire aujourd’hui que l’ancien Président Zine Ben Ali, réfugié en Arabie Saoudite, avait eu le mérite de construire une machine policière efficace, à défaut d’être respectueuse des libertés publiques. Et bien, pas du tout, nous explique le chercheur Michaël Ayari. « Durant les années 2000, écrit-il, le jihadisme, la criminalité et la violence juvénile étaient en augmentation constante ». L’ordre régnait, certes, mais au prix d’une répression féroce.  » La peur du policier, écrit Ayari, entretenait l’illusion de l’efficacité ». Comme l’avait joliment résumé Hubert Vedrine, alors ministre des Affaires Etrangères de Lionel Jospin, en s’adressant à un journaliste de l’AFP, le général Ben Ali « est d’abord un flic, et un flic con ». Du moins, sans prise réelle pour lutter ce qu’on appelait alors « l’intégrisme », mélange indistinct de vrais terroristes et d’islamistes non violents.

Effectivement les services anti terroristes tunisiens avaient été pris au dépourvu, rappelle le rapport d’International Crisis Group, lors de l’explosion d’un camion citerne devant la synagogue de la Ghriba le 11 avril 2002. Et que dire de ce groupuscule de trente jihadistes venus d’Algérie à la fin décembre 2006 ! Il aura fallu « des dizaines de milliers d’agents », et cela « pendant une dizaine de jours », pour en venir à bout!. « Nous nous sentions forts, confie un ancien dirigeant d’une unité d’élite à l’auteur du rapport, parce que la majorité des cotonnes nous craignait. En vérité, nous étions faibles. Chaque fois que le peuple était déterminé à se battre, nous devions reculer ». Ce que montre bien la débandade des forces de l’ordre tirant dans le tas pendant les journées révolutionnaires de décembre 2010 et de janvier 2011 face à quelques milliers de sauvageons.

Carrières foudroyantes

Après la chute du régime le 14 janvier 2011, l’Intérieur qui est devenu sous Ben Ali la colonne vertébrale de l’Etat tunisien est mis à mal. Les islamistes au pouvoir en 2012 et 2013 craignent, non sans quelques bonnes raisons, un retour du bâton sécuritaire. Ils vont s’employer, avec hélas un certain talent, à désorganiser la machine policière. Ainsi 30000 nouveaux postes sont pourvus dans la police (1), dont 10000 jeunes gardiens de la paix recrutés sur une base purement clientéliste, après un maigre mois de formation. On assiste à une hausse du budget du ministère de l’Intérieur de 60% en quatre ans, qui plombe aujourd’hui les comptes de la Tunisie.

Parallèlement, les quelque cinq cent « grands flics » qui tenaient la boutique sous Ben Ali sont mis à la retraite d’office, alors qu’un tiers des effectifs connait une « montée en grade » aussi spectaculaire qu’arbitraire. Résultat: les gradés sont à la circulation, le renseignement est désorganisé et les corps d’élite, type « Sureté de l’Etat », décapités.

Pire, les quelque 2000 policiers qui avaient été chassés par Ben Ali, dont les deux tiers pour corruption d’après le rapport de Michael Ayari, sont réintégrés.Aussi surprenant que cela puisse paraitre, le général président faisait le ménage au sein des forces de l’ordre. Les malversations étaient réservées aux siens, notamment au clan Trabelsi; les fonctionnaires, eux, se devaient d’être propres sur eux.

Démotivation, frustration, infantilisation

Ces dernières années, transition démocratique oblige, les syndicats, dont certains liés à des milieux d’affaires frelatés ou à des hommes d’influence, type Kamel Elftaief, ont fait leur apparition au sein du ministère de l’Intérieur, fragmentant encore d’avantage la grande maison policière divisée désormais entre féodalités concurrentes. Ces nouveaux venus ont un boulevard devant eux compte tenu de la démotivation générale, de la méfiance face au politique, de la crainte des poursuites judiciaires en cas de brutalités policières (hélas nombreuses). Sans parler même de la frustration des nouveaux gradés sans affectation réelle ou de l’infantilisation des fonctionnaires…Le flic tunisien ne dispose toujours pas du droit de vote, et doit obtenir une autorisation pour se marier ou se rendre à l’étranger.

Le bilan dressé par Michael Ayari n’est pas réjouissant. Les forces sécuritaires réagissent « au jour le jour », les « dysfonctionnements » sont innombrables, alors que « l’ampleur » des violences jihadistes « s’aggrave ». Sans sursaut, le scénario d’une « gouvernance autoritaire » risque de l’emporter.

Fractures identitaires

Le chercheur en appelle à « une réforme d’envergure » des forces de sécurité intérieure. Notre chercheur pose deux conditions préalables à toute remise à plat du fonctionnement sécuritaire. La première est de ne pas opposer « les sécuritaires » aux « démocrates », un clivage qui provoquerait un repli corporatiste contre productif. La seconde est que les Forces Sécuritaires n’aient pas à « combler le manque de vision stratégique de la classe politique », notamment en matière de développement et de contrôle des zones frontières abandonnées à la contrebande. La fracture régionale mine en effet la Nation tunisienne. Le sud du pays, que 600 kilomètres de frontières poreuses séparent du chaos libyen, est en situation rébellion larvée.

Beaucoup à Paris comme à Tunis craignent une déflagration sociale, le meilleur terrau qui soit pour les groupes terroristes.

(1) La police sous Ben Ali comprenait 50000 agents, et non pas 130000 hommes, comme l’affirmaient à tort les opposants à la dictature. Ce chiffre gonflé était repris par certains journalistes comme l’auteur de ces lignes, co auteur de « Notre ami Ben Ali ». On ne prète qu’aux riches!

Publié par Nicolas Beau

Ancien du “Monde”, de “Libération” et du “Canard Enchainé”, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l’Institut Maghreb (paris 8) et l’auteur de plusieurs livres : “Papa Hollande au Mali”, “Le vilain petit Qatar “, “la régente de Carthage” (La découverte, Catherine Graciet) et “Notre ami Ben Ali” (La Découverte avec Jean Pierre Tuquoi).

http://mondafrique.com/lire/politique/2015/08/26/le-rapport-sur-la-securite-en-tunisie-qui-donne-froid-dans-le-dos/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :