Poster un commentaire

Communiqué: Mouada_Ghannouchi- Lundi 19 mars 2001



Lundi 19 mars 2001

1- La Tunisie est confrontée à une crise grave, profonde et généralisée, illustrée, notamment, par la détérioration du climat politique et par l’absence apparente de perspectives. Cette situation découle des choix politiques du pouvoir et de ses pratiques arbitraires et répressives sous la supervision directe et le suivi quotidien du Chef de l’Etat Zine El Abidine Ben Ali.

2- Le régime en place est un pouvoir personnel, despotique, dictatorial et policier qui met tout en Ïuvre, de façon constante et à tous les niveaux, pour marginaliser, récupérer, instrumentaliser, isoler et écarter les forces vives de la nation, à travers une stratégie sécuritaire globale visant à surveiller et à quadriller tout ce qui bouge au sein de la société. Dans le même temps, cette stratégie s’efforce de faire avorter toutes les tentatives, individuelles ou collectives, de changement et de réforme, l’objectif recherché de façon déterminée et opiniâtre étant d’imposer l’hégémonie absolue de l’Etat sur la société.

3- Cette situation a conduit à éliminer toute possibilité de mise en Ïuvre d’une vie politique pluraliste digne de ce nom. Cela s’est traduit par l’absence quasi totale d’une information fiable et sereine, de partis politiques, d’Organisations et d’associations populaires représentatives, d’élections loyales et sincères d’une justice indépendante et d’un discours officiel crédible.

4- La richesse nationale a été mise en coupe réglée par un système de type mafieux qui en a fait la chasse gardée d’un nombre restreint de familles privilégiées en raison de leur proximité avec les centres de décision névralgiques de l’Etat. Aucune transparence et aucune mise en conformité de la gestion du bien public avec les règles de droit et avec les procédures de contrôle populaire ne sont dès lors possibles.

5- La conjugaison de tous ces facteurs a conduit à une détérioration de l’image de notre pays à l’étranger dans tous les milieux et auprès des institutions médiatiques ou humanitaires officielles, aussi bien au niveau régional qu’international. Cela a rejailli négativement sur la crédibilité de notre pays dont le rôle et le rang ont subi de sérieux préjudices en dépit des tentatives de diversion orchestrées par le pouvoir. L’avis de recherche lancé récemment, à la suite d’une plainte d’un citoyen tunisien, par un magistrat suisse à Genève contre l’ex-ministre de l’Intérieur Abdallah KALLEL constitue une édifiante illustration de la dégradation de l’image de notre pays dans le monde à la suite de la politique répressive pratiquée par le pouvoir.

6- Cette politique répressive a été marquée au cours des derniers mois par une escalade qui en a accentué, au quotidien, la violence et le caractère systématique.
A cette fin, l’Etat a mobilisé un appareil de sécurité tentaculaire et brutal, un système d’information propagandiste et hypocrite et des institutions judiciaires dépourvues de toute indépendance au point de constituer des outils dociles pour réprimer les forces démocratiques dans la diversité de leurs appartenances et de leurs sensibilités.
La répression à laquelle la Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme (LTDH) et le Conseil national pour les libertés en Tunisie (CNLT) sont confrontés depuis quelques temps constitue une saisissante illustration de cette offensive qui s’est traduite par une recrudescence des actes de harcèlement et de persécution allant jusqu’aux agressions physiques brutales en pleine rue.

7- A cette occasion, nous réitérons l’expression de notre soutien total à ces deux institutions nationales dont nous saluons la détermination et l’esprit de résistance de leurs militantes et militants. Tout comme nous réaffirmons notre ferme solidarité avec plus d’un millier de détenus politiques du mouvement Ennahda qui font face depuis une décennie à un processus prémédité de mort lente dans les geôles du pouvoir. Leurs familles ainsi que les milliers d’anciens détenus et leurs proches sont, de leur côté, l’objet d’une politique systématique d’encerclement et de privations visant à les affamer.
Notre solidarité englobe aussi les militantes et les militants du Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT) et ceux des Organisations étudiantes qui font face aux persécutions du pouvoir et à sa politique répressive.
Et, par delà celles et ceux auxquels nous venons de nous référer, notre solidarité agissante s’adresse à tous les militants qui luttent pour la liberté dans la diversité de leurs instances politiques ou relevant de la société civile.
8- A cette escalade dans la politique répressive et à la priorité donnée de façon irréversible à l’approche sécuritaire et policière dans le traitement de tous les dossiers et dans les rapports avec les forces vives de la société, s’ajoutent l’acharnement à faire taire toute voix divergente ou opposante et la censure draconienne imposée aux organes d’information.

Dans ces conditions, les objectifs recherchés sont les suivants :
1. Occulter l’évocation publique des faits ayant trait à la corruption qui gagne en ampleur, particulièrement au niveau des sphères supérieures du pouvoir avec la systématisation des prébendes, du clientélisme, des marchés suspects du commerce parallèle et de l’enrichissement illicite que sont autant de pratiques qui se développent au détriment des richesses nationales.

2. Tenter de faire l’impasse et le silence absolu sur les méfaits commis par les appareils de répression de façon systématique, permanente et brutale, en matière de violation des Pactes et Conventions souscrits par la Tunisie et ayant trait aux droits de l’homme à l’égard, notamment, de tous ceux qui seraient tentés de faire état de critiques ou d’oppositions, quelle qu’en soit l’appartenance ou l’orientation politique.

3- Imposer la volonté, aujourd’hui évidente, du Chef de l’Etat Zine El Abidine Ben Ali à se porter candidat aux prochaines élections présidentielles de 2004, foulant aux pieds les dispositions sur ce point de la Constitution tunisienne et reniant ses engagements du 7 novembre de mettre définitivement un terme à la comédie de la présidence à vie.

4- Au regard de ces conditions, il apparaît clairement que l’opposition à ces choix politiques nécessite :
– Une prise de position ferme et publique de refus de cette candidature inconstitutionnelle pour l’échéance des élections présidentielles de 2004,
– La dénonciation de la corruption et de ceux qui en sont les vecteurs et les bénéficiaires,
– S’opposer à la mondialisation dans sa facette sauvage, antisociale et inhumaine.
Les ripostes sur ces trois plans constituent des priorités nationales autour desquelles les forces démocratiques et patriotiques ont l’obligation de se mobiliser en toute responsabilité.

5- La situation intérieure et extérieure, à laquelle notre pays est ainsi confronté, impose à toutes les forces patriotiques qui militent pour la démocratie, les libertés publiques et les droits de l’homme, à l’intérieur du pays et à l’étranger, de se mobiliser, sans exception ni exclusion aucune, pour assumer pleinement leurs responsabilités sur la base des principes suivants :
1. Fonder l’engagement intellectuel et l’action politique -qu’il s’agisse des forces au pouvoir ou des composantes de la société- sur le rejet de toute forme de violence, de terrorisme, d’hégémonie et d’exclusive.
Cela suppose une adhésion sans faille à la démarche démocratique dans le cadre d’un régime républicain fondé sur l’Etat de droit et des institutions démocratiques et respectueux des libertés publiques, des droits de l’homme, de l’identité arabo-musulmane de notre société et de ses valeurs civilisationnelles.
2- Dans ce cadre, soutenir et renforcer les avancées positives et les acquis que notre société a réalisés dans un certain nombre de domaines, tels l’enseignement, les droits de la femme et l’égalité entre les sexes.
3- Poursuivre avec constance la lutte démocratique d’ensemble en vue de la réalisation des aspirations justes et légitimes de notre peuple et, notamment : – La promulgation d’une loi d’amnistie générale, la libération de tous les détenus politiques et le retour de tous les exilés.
– L’organisation d’un large dialogue national ouvert à toutes les forces patriotiques agissant sur la scène nationale en vue de parvenir à la définition d’une alternative démocratique, véritablement pluraliste et bénéficiant d’une réelle crédibilité populaire et politique, à opposer au « changement en trompe – l’Ïil », à la perpétuation du parti unique et à la présidence royale.
– Préparer le terrain à l’organisation d’élections présidentielles et législatives pluralistes qui permettent à notre peuple de choisir en toute liberté ses représentants, dans le cadre de consultations électorales qui donnent aux urnes la crédibilité populaire qu’elles ne sont pas parvenues à acquérir, de l’indépendance à nos jours.
4- Compte tenu de l’importance de ces aspirations et conformément aux aspirations légitimes de notre peuple et à son passé de luttes, nous lançons un appel insistant et urgent à l’ensemble des forces patriotiques et démocratiques, sans exception ni exclusive, afin d’unifier nos rangs et de liguer nos efforts pour construire un front patriotique et démocratique fondé sur la défense des libertés publiques et des droits de l’homme.
L’objectif est de parvenir à promouvoir les libertés et les droits de l’homme à travers la lutte politique et la résistance populaire civile afin de jeter les bases de la véritable alternative démocratique à laquelle nous aspirons.
Un peuple souverain, un Etat de droit aux institutions légitimes, la liberté d’expression et d’association, des élections libres, transparentes et périodiques comme seule base de reconnaissance de la légitimité d’un pouvoir, sont des principes non négociables
Il s’agit d’un appel ouvert et susceptible d’évoluer sur la base du mot d’ordre « tous les droits à tous les citoyens » ainsi que celui qui consiste à « exercer nos choix sans attendre qu’ils soient octroyés ».

Les signataires :
M. Mohammed MOAADA,
Président du Mouvement des Démocrates Socialistes (MDS)
M. Rached GHANNOUCHI
Président du Mouvement ENNAHDHA

http://audace.free.fr/n73.htm#comm

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :