1 commentaire

Le 6 juin 1982, l’État sioniste, dirigé par Menahem Begin, lançait son plan d’invasion du Liban: par Youssef Girard



L’invasion, conçue et orchestrée par Ariel Sharon, alors ministre de la Défense, fût nommée « Paix en Galilée ». L’armée coloniale mobilisa 76 000 hommes, 800 chars de combat, 1 500 véhicules de transport de troupes, 634 avions. L’objectif de l’État sioniste était d’éradiquer la résistance palestinienne qui avait trouver au Liban une base de repli après avoir été expulsée de Jordanie par la monarchie pro-occidentale en septembre 1970, qui fut baptisé septembre noir.De plus, les forces coloniales étaient appuyés par ses supplétifs libanais – essentiellement maronites – des milices fascistes phalangistes (Kataëb) et de l’Armée du Liban Sud (ALS): 13 000 hommes. Ces organisations d’extrême-droite racistes et violemment anti-arabe partageaient avec l’État sioniste la volonté d’en finir avec la résistance palestinienne.En face, l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) et différents groupes palestiniens (Fatah, FPLP, FDLP, etc.), plusieurs groupes de résistants libanais dont les plus importantes sont le Parti socialiste progressiste de Walid Joumblatt et Amal de Nabih Berri, le Parti nationaliste social syrien (PSNS), le Parti communiste libanais (PCL), les Mourabitoun d’Ibrahim Qoleilat ou encore l’Organisation de l’action communiste au Liban (OACL) de Mohsen Ibrahim et le Parti d’action socialiste arabe (PASA) essayèrent de résister à l’Armada sioniste.En quelques jours l’armée sioniste progressa vers le nord. Les forces palestiniennes et libanaises durent replier. Le 1er août, l’assaut fut donné sur Beyrouth avec l’appui de l’aviation et des chars. L’OLP et ses quelque 15 000 combattants furent contraints d’évacuer le Liban sous l’égide d’une force internationale. Ses dirigeants, Yasser Arafat en tête, se replièrent sur Tunis le 30 août 1982.Deux semaines après la fin de l’évacuation des combattants de l’OLP, les Phalangistes soutenus par l’armée sioniste massacrèrent les réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila. Suite à ces massacres, l’armée sioniste se replia dans le sud de Liban qui ne fut libéré quand 2000.L’objectif de l’État sioniste et de ses supplétifs libanais ne fut nullement atteint. La résistance libanaise se renforça et parvint à mettre en échec l’armée coloniale à plusieurs reprises. La résistance palestinienne se réinventa à partir des territoires palestiniens occupés en 1967, notamment avec la première Intifadha en 1987

  • ناصر أبو زيادLes Israéliens avaient préparé cette attaque de longue date. D’ailleurs, la préparation de l’offensive israélienne contre le Liban est la principale raison des accords de Camp David avec l’Égypte de Sadate. En effet, l’opération d’agression israélienne contre le Liban demandait la mobilisation d’un très très grand effectif de troupes et surtout la neutralisation des pays arabes voisins qui pourraient réagir pour défendre le Liban. Sadate qui était pro-américain à rompu avec les Soviétiques pour se rapprocher des Américains et des Saoudiens auprès desquels il a endetté l’Égypte qui devenait dépendante économiquement et surtout au niveau alimentaire. Les Égyptiens de Sadate ont mené des premières négociations en 1978. Une première offensive israélienne, l’opération Litani était limitée et visait à tester la réaction de l’Égypte face à cette agression contre un État arabe. Les résultats se sont avérés positifs pour les Sionistes qui se sentaient sécurisés du côté égyptien et les a encouragés à poursuivre les négociations avec Sadate pour mieux préparer une nouvelle offensive de plus grande envergure.Les négociations menées avec Israël sans concertation avec les pays arabes et les Palestiniens ont permis le retrait des troupes israéliennes du Sinaï qui ont pu être disponibles et être déployées massivement pour attaquer le Liban.La Syrie était en pleines troubles avec la révolte des Frères musulmans dans le pays entre 1978 et 1982 alors que l’armée syrienne était engagée au Liban.L’Irak et l’Iran s’enlisaient dans une guerre très très meurtrière.Le Liban était la proie d’une guerre civile attisée par les Sionistes eux-mêmes qui menaient régulièrement des opérations de bombardements aériens contre les villages libanais du Sud et des opérations d’assassinat contre des chefs palestiniens.Le Liban souffrait déjà de graves troubles sociaux entre les communautés confessionnelles hérité du Mandat français qui avait favorisé la communauté maronite au détriment des autres communautés religieuses avec un clivage libaniste souverainiste isolationniste (la droite conservatrice chrétienne)/nationaliste arabe pro-syrien (Gauche islamo-progressiste).Les choses allaient s’aggraver avec un nouveau clivage entre d’une part les Libanais libanistes isolationnistes et euro-assimilationnistes anti-palestiniens et anti-syriens, et d’autre part, les Libanais nationalistes arabes, pro-palestiniens et pro-syriens.C’était le meilleur moment pour les Sionistes pour attaquer le Liban et détruire définitivement la Résistance palestinienne, assassiner les chefs palestiniens et démembrer le Liban.Il ne manquait que l’élément déclencheur qui pouvait justifier cette opération militaire : l’attentat à Londres contre l’ambassadeur israélien Shlomo Argov.Suite à cet attentat qui s’était déroulé dans des circonstances très très suspectes, les troupes israéliennes dirigées par le général Raphaël Eytan et le ministre de la Défense Ariel Sharon et alliés aux Forces libanaises de Béchir Gemayel, a l’ALS du major Saad Haddad et des Gardiens du Cèdre d’Étienne Sakr allaient déferler sur le Liban pour l’envahir, le dévaster et l’occuper jusqu’à Beyrouth qui connaîtra un siège très très meurtrier.
    • Youssef GirardLe camps libanais-arabe est plus complexe que ça car il y avait un conflit entre l’OLP et la Syrie d’Hafez al Assad qui était intervenu au départ dans la guerre civil libanaise contre l’OLP.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :