2 Commentaires

Les secrets de la visite maghrébine de Bin Salman et ce que réserve Washington au Maghreb arabe et à l’Afrique… !?? Par Mohamed Sâdegh Hosseini


Les secrets de la visite maghrébine de Bin Salman et ce que réserve Washington au Maghreb arabe et à l’Afrique… !??
Par Mohamed Sâdegh Hosseini
Beaucoup se demandent pourquoi Ben Salman « tient bon », malgré tous les facteurs censés indiquer clairement qu’il devrait rapidement quitter la scène après son échec retentissant dans l’accomplissement de toutes les tâches qui lui ont été confiées au niveau régional et international, et après que son implication dans le meurtre de Khashoggi, indéniable et irréfutable selon les agences internationales de renseignement les plus importantes au monde, soit scandaleusement exposée.
Pour sa première visite à l’étranger après le drame d’Istanbul, certains soutiennent que Ben Salman est toujours accrédité auprès de son maître américain pour des missions liées aux projets de recyclage du terrorisme international et son transfert d’un terrain à un autre, selon les objectifs et agendas hégémoniques parrainés par Washington et les milieux britanniques… !
Dans ce contexte, une source qui a suivi les récents déplacements de Mohammed bin Salman, en particulier sa récente visite en Tunisie, a déclaré ce qui suit :
1. Mohammed bin Salman a demandé au président tunisien Béji Caid Essebsi d’accepter de recevoir un grand nombre de membres des organisations armées qui ont combattu et combattent encore en Syrie et au Yémen, l’Arabie Saoudite finançant entièrement le projet.
2. MBS a proposé la création d’une salle d’opérations saoudienne en Tunisie, à l’instar de celle du MOC en Jordanie, pour gérer ces groupements et superviser leur exploitation future. Ben Salman a assuré à Essebsi que l’Arabie Saoudite était prête à commencer immédiatement la mise en œuvre du projet, qui deviendra un centre de commandement pour toute la région du Sahara, c’est-à-dire depuis la côte Atlantique au Maroc et en Mauritanie à l’ouest jusqu’aux rives occidentales de la mer Rouge bordant l’Égypte et le Soudan.
3. Expliquant sa proposition, MBS a indiqué que cela constituerait une base pour la coopération militaire, politique et économique entre les deux pays. Il a ajouté que l’Arabie Saoudite était prête à fournir des moyens financiers à la Tunisie et à faciliter l’entrée de la main-d’œuvre tunisienne qualifiée en Arabie Saoudite, outre l’établissement de projets industriels communs en Tunisie, ce qui signifie l’injection d’importants investissements saoudiens sur le marché tunisien, encourageant ainsi d’autres investisseurs internationaux à pénétrer sur ce marché, selon les propos de Ben Salman.
4. Selon nos informations sur la manière de présenter l’idée et sa formulation pour la transmettre à BCE, la dernière phrase du point 3 faisait référence à des investisseurs juifs et à la nécessité d’une normalisation complète avec Israël.
5. A ce sujet, la surprise n’est pas ce que Ben Salman a présenté, mais le rejet immédiat et catégorique du président tunisien de toutes les propositions de MBS, ce qui a fait que la visite a été un échec total.
6. Le président tunisien ne s’est pas arrêté là. Immédiatement après le départ de MBS, il a chargé un de ses conseillers de contacter le Secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail, la centrale syndicale, pour lui faire part de la teneur de la rencontre avec MBS. Le conseiller du Président l’a informé des détails de l’offre de Ben Salman et de son rejet par le Président BCE en raison des grands dangers qu’elle représente pour la Tunisie qui plongera dans une spirale sans fin. Le conseiller lui a également assuré que, selon les estimations du président, le pays sera très prochainement exposé à d’énormes pressions exercées par l’Arabie Saoudite, les pays du Golfe, les Etats-Unis et l’Europe, ce qui fait que la solidarité et la cohésion intérieure de la Tunisie sont très importantes pour assurer la stabilité du pays et éviter l’engrenage du chaos.
7. Par l’intermédiaire d’un envoyé spécial, le Président tunisien a également informé la Présidence algérienne des détails de sa rencontre avec Ben Salman. La présidence algérienne a indiqué à l’envoyé tunisien savoir ce que demanderait MBS au président tunisien, et a souligné que l’unique raison pour laquelle elle a accepté sa visite en Algérie est la décision algérienne de l’informer personnellement du rejet de l’Algérie de ces mesures, qui ont un impact grave sur la sécurité du pays.
8. Selon la source, le Président tunisien et l’institution présidentielle tunisienne en général considèrent que cette position saoudienne est une adhésion directe, claire et explicite à l’Islam politique, à savoir les Frères musulmans et leur branche tunisienne, le mouvement Ennahda. C’est ce qui a incité le président tunisien à lancer une attaque préventive contre Ennahda lorsque, immédiatement après la visite de Ben Salman en Tunisie, il a commencé sa campagne médiatique contre elle l’accusant d’avoir créé une milice secrète … Il a déclaré avoir été directement menacé par l’appareil secret d’Ennahda.
9. La source a ajouté que la justesse de la position de BCE et le bien-fondé de sa décision de rejeter les propositions de Ben Salman ont été confirmés par la visite du dirigeant de la confrérie Wajdi Ghoneim à Djeddah, il y a une semaine environ, et sa rencontre avec de hauts responsables saoudiens de la sécurité. De retour à Aden, ce dernier a communiqué avec le dirigeant du mouvement Ennahda en Tunisie, Rached Ghannouchi, et le Président turc Erdogan qui considère Ghannouchi comme son mentor politique, surtout que Ghannouchi était son responsable, au niveau de l’organisation. Pour le président tunisien, cela a déclenché tous les voyants rouges qui lui ont fait rejeter les propositions de MBS et l’ont fait tourner vers les syndicats à l’intérieur et vers l’Algérie à l’extérieur.
10. Après les consultations de son envoyé avec l’Algérie, le président tunisien estime que le danger d’embrasement dans les pays du Maghreb et les pays africains sahéliens n’est pas encore écarté, car il existe un consensus ou un consentement marocain aux programmes de MBS pour l’exportation d’éléments armés en Afrique du Nord, dont de nombreux Saoudiens recrutés pour ces missions par les services saoudiens de sécurité.
11. La source, dont nous partageons totalement l’appréciation, considère que c’est la raison pour laquelle le Président des Etats-Unis tient à MBS, malgré son échec à soumettre les Palestiniens à l’accord du siècle. Il en a besoin pour financer et gérer la grande guerre que l’administration américaine prévoit d’engager dans les pays du Maghreb arabe et du Sahara africain.
Le site american Army Times avait publié, le 6/11/2018, un article dans lequel il affirmait que le secrétaire américain à la Défense avait approuvé la création de trois centres d’opérations conjointes, dont un en Afrique du Nord-Ouest. C’est la proposition de MBS à BCE. L’inspecteur général du Pentagone l’a également publié dans le dernier rapport trimestriel du département de l’inspection générale du Pentagone.

2 commentaires sur “Les secrets de la visite maghrébine de Bin Salman et ce que réserve Washington au Maghreb arabe et à l’Afrique… !?? Par Mohamed Sâdegh Hosseini

  1. Très intéressant. Le président tunisien oppose une fin de non-recevoir aux propositions de l’envoyé d’Israël et des USA en Afrique du Nord, l’arabe Mohamed ben Salman. BCE s’est comporté en Jugurtha. Cela permet d’espérer en un effondrement pas très loin de la Ligue des États arabes et de l’UMA qui, avec un peu de chance, sera remplacé par l’UNA ou Union Nord-africaine malgré l’asservissement du Joufflu de l’ouest et de son Makhzen à l’Etat juif.

    Bien sûr les « téléctuels » de mon village ne liront certainement pas cet article (pas seulement parce que long), mais il me semble que le lire serait d’une grande utilité pour notre belle région region qu’un jour ou l’autre il nous faudra bien replacer dans les nobles perspectives de l’ENA.

    Le mer. 5 déc. 2018 01:26, ITRI : Institut Tunisien des Relations

  2. La visite de Youssef Chahed en Saoudie ; sur l’invitation du prince MBS ; venue aprés l’arrivée de MBS en Tunisie et son entrevue avec Essebsi , laisserait croire que YC a avalé la pilule , d’autant plus que la consistance des accords et investissement annoncés est de taille … Les Saoudiens et leurs maîtres Américains ,bien au courant de nôtre politique intérieur ont bien jouer sur la discorde entre Essebsi et Chahed pour faire passer leur projet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :