Poster un commentaire

Livre: « Yasser Arafat, un homme, un combat »


Livre: « Yasser Arafat, un homme, un combat »
Le « Yasser Arafat», de Chérif Abdedaïm, qui vient de paraitre en Algérie** – préfacé par le poète palestinien Ziad Medoukh – répond à bien des questions que j’aurai aimé poser à l’homme que j’ai approché à plusieurs reprises à Bagdad du temps de Saddam Hussein.

Certes, il existe beaucoup d’ouvrages sur « Abou Ammar », mais j’avoue n’en avoir lu aucun. Partisan de la lutte armée pour décoloniser la Palestine, je respectais et admirais le combattant, mais n’approuvais pas vraiment sa stratégie pour y parvenir.

Cela dit, la libération de la Palestine est d’abord l’affaire des Palestiniens. Il était président de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) et tout ce qu’il décidait avait une portée historique. On ne pouvait que soutenir le symbole qu’il représentait quand il était assiégé par l’armée de Hafez al-Assad à Beyrouth, ou par l’armée israélienne à Ramallah même si l’on n’avait pas approuvé les accords d’Oslo.

D’abord un feddaï

Chérif Abdedaïm n’apporte pas seulement des informations inédites sur sa naissance et sa jeunesse dans l’entourage de Hadj Amin al-Husseini, controversé mufti de Jérusalem, il le présente d’emblée comme un feddaï en puissance avec sa participation à l’organisation militaire Al Jihad Al Moukaddas Al Moussallah (La lutte sacrée et armée), dirigée par le légendaire Abdelkader al-Husseini, puis à une unité combattante dans le Néguev.

Démoralisé un temps après la défaite des armées arabes et la signature d’un armistice avec les Israéliens en 1948, il a poursuivi ses études au Caire où il a rencontré des étudiants ayant les même convictions que lui, avec qui il formera plus tard le Fatah. Titulaire d’un diplôme d’ingénieur civil, il n’en participait pas moins à des opérations anti-britanniques organisées par les Frères musulmans, puis se rapprocha des Officiers libres qui porteront au pouvoir le colonel Nasser.

Chérif Abdedaïm nous fait vivre presque dans le détail l’histoire de la création du Fatah et des premières organisations palestiniennes. Toutes plaçaient comme priorité la libération de la Palestine « de la Méditerranée au Jourdain ». La guerre de libération algérienne était pour elles un exemple à suivre. On en est loin aujourd’hui, depuis qu’elles ont déposé les armes.

L’auteur nous rappelle les démêlés des nationalistes palestiniens avec les régimes arabes qui cherchaient à les instrumentaliser et qui les percevaient comme des empêcheurs de tourner en rond, ce qu’ils faisaient – eux – admirablement bien… En février 1969, ce fut la consécration pour le Fatah : Yasser Arafat étant élu président du Comité exécutif du Conseil national palestinien, c’est-à-dire de l’OLP.

De Septembre noir aux accords d’Oslo

J’ai résumé jusqu’ici les premiers chapitres de l’ouvrage, mais pour la suite des événements : il faut lire « Yasser Arafat, un homme, un combat »**, bien documenté et passionnant, notamment les passages consacrés à Septembre noir, au massacre de Sabra et Chatila, au déclenchement de la première Intifada, à la relation d’Arafat avec Cheikh Yassin – fondateur du Hamas -, à l’assassinat de ses compagnons à Tunis par le Mossad… etc… etc… jusqu’à son terrible accident dans le désert libyen et, enfin, aux accords d’Oslo qui auraient dû déboucher sur la création d’un Etat palestinien… sur une partie de la Palestine.

Yasser Arafat était conscient du double jeu israélien. Les accords d’Oslo ne signifiaient pour les sionistes que la création d’ « un bantoustan palestinien en faisant miroiter à Arafat et à la direction de l’OLP les prérogatives et les privilèges du pouvoir». Et c’est ce qui est advenu, avec en prime l’implantation de nouvelles colonies et l’empoisonnement « présumé » de Yasser Arafat. L’auteur y consacre un chapitre qui ne laisse aucun doute sur son assassinat.

L’annexion de la Cisjordanie est programmée

Aujourd’hui, en Israël, après la proclamation de Jérusalem capitale d’Israël par Donald Trump, il est question d’annexion de la Cisjordanie. Et après, quoi ? Progresser vers l’Euphrate : qui sait ?

Israël – comme en son temps les royaumes croisés d’Orient – joue la montre. Mais rien n’est jamais définitif. Yasser Arafat en a fait partiellement la preuve. Qui achèvera la mission que s’étaient donnés « Abou Ammar » et ses compagnons ?

Avec son « Yasser Arafat », Chérif Abdedaïm nous fait finalement aimer un homme qui restera comme l’a écrit Nelson Mandela « un symbole d’héroïsme pour tous les peuples du monde qui luttent pour la justice et la liberté »… même si, comme moi, on n’a pas approuvé les accords d’Oslo !

Chérif Abdedaïm, psychopédagogue de formation, essayiste, poète, est chroniqueur et éditorialiste du quotidien algérien «La Nouvelle République». Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont « De la mythologie sioniste à la tragédie palestinienne ». Chérif Abdedaïm vient, par ailleurs, de se voir décerner le 2ème prix du Président de la République récompensant la meilleure œuvre journalistique.

*Source : La Nouvelle République (en PDF – pages 1 et 4)

**Éditeur Dar el Wassit – Alger – 2018 – 266 pages.

L’ouvrage sera présenté et dédicacé par l’auteur au 21ème Salon International du Livre d’Alger (29/10 au 10/11/18).

Bruno DRWESKI

drweski.bruno@orange.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :