Poster un commentaire

Pétition en faveur de TAOUFIK RAJHI فيق الراجحي‬‎ تو, contre l’oubli


 

Pour TAOUFIK RAJHI توفيق الراجحي‬‎

Il y a 24 ans 

Pétition adressée à Monsieur le Ministre de la Justice, Tunis

 

Pétition adressée à Monsieur le Ministre de la Justice, Tunis

TAOUFIK RAJHI est un jeune chercheur en Sciences économiques qui a su se faire connaître et apprécier de la communauté scientifique française et internationale. En France depuis dix ans, il vient de soutenir brillamment une thèse de Doctorat et une Habilitation à diriger des recherches. Il a publié plusieurs articles remarqués sur la croissance et le développement économiques. Actuellement attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’Ecole normale supérieure (Fontenay/ Saint Cloud) et chercheur dans une unité C.N.R.S de l’Université de Paris. I.( Macroéconomie et analyse des déséquilibres), il voyait sa carrière professionnelle se présenter sous les meilleurs auspices.
TAOUFIK RAJHI
Est de nationalité tunisienne. Revenu passer des vacances dans son pays, il a été arrêté, mis au secret pendant trois semaines puis condamné à deux ans de prison pour une prétendue « appartenance à une association islamiste interdite ». En dépit du caractère expéditif de la procédure, la Fédération Internationale de Droits de l’Homme, saisie par les collègues de TAOUFIK RAJHI, a pu mandater Maître Tiennot Grunbach (ancien bâtonnier du Barreau de Versailles et président du Syndicat nationale des Avocats de France) en tant qu’observateur, à l’audience du 26 août 1993.
TAOUFIK RAJHI n’a eu droit ni à une procédure régulière en la forme, ni à un procès équitable au fond. Par exemple l’arrestation date officiellement du 11 août alors qu’elle s’est produite, en réalité, le 26 juillet et que son directeur de laboratoire a été prévenu par la famille dès le 30 juillet. Plus encore, lors de l’audience, TAOUFIK RAJHI a indiqué qu’il avait subi, cinq jours durant, des pressions et des coups pour l’amener à signer des « aveux » qu’il a publiquement rétractés au cours de cette audience, or, hormis ces « aveux », rien, dans le dossier, ne vient étayer les accusations portées contre notre collègue. Enfin, la procédure fût expéditive et sommaire, si on veut bien tenir compte du fait que son avocat n’a eu connaissance du dossier que la veille de l’audience.
Certains des signataires connaissent personnellement Taoufik RAJHI depuis très longtemps. Ils savent a quel point il a cpnsacré tout son temps a ses recherches et a ses travaux universitaires qui relève des approches les plus modernes de la théorie de la croissance et de l’Economie du devellopement
Tous ceux qui connaissent Taoufik Rajhi et ses opinions sont stupéfaits par les accusations portés contre lui. Ils ont toujours pu apprecier ses qualités morales ,son ouverture d’esprit et sa tolérance. Avec son épouse Sihem et leurs deux enfants, il est remarquablement intégré à la société française
Les signataires ne peuvent que donc manifester leur étonnement eu égard aux accusations portées contre Taoufik Rajhi et à la peine qui lui a été infligé. Se référant eux-mêmes aux valeurs démocratiques dont ils savent qu’elles constituent l’un des plus sur ressort de la société tunisienne, ils veulent qu’une procédure d’appel à bref délai permettra a Taoufik Rajhi de bénéficier du procès équitable auquel il est en droit de prétendre, avant que sa carrière professionnelle et peut-être sa vie soit brisé.
Tunisie :protestation en France contre la condamnation d’un chercheur .Des universitaires français ont lancé une pétition qu’ils veulent adresser au ministre tunisien de la justice pour s’inquiéter du sort de Taoufik RAJHI chercheur dans une université de Paris 1.Selon cette pétition M.RAHJI a été arrêté ,le 26 juillet dernier « mis au secret pendant trois semaines puis condamné a deux ans de prison ferme pour une prétendue « appartenance a une association islamiste interdite ».Les signataires se disent « convaincu que les accusations retenues sont radicalement fausses »et que l’arrestation est totalement arbitraire ».
Amnesty International lace une action urgente en faveur de Taoufik RAJHI
« Taoufik RAJHI, universitaire de 32ans père de deux enfants, a été arrêté le 26 juillet 1993 et est toujours incarcéré sans être autorise a encore un avocat ou sa famille. Malgré les nombreuses enquêtes auprès de diverse de diverse autorité, sa famille n’a pu obtenir aucune information concernant son lieu de détention ou sa situation juridique
Taoufik Rajhi qui vit en France depuis dix ans est revenu en Tunisie pour effectuer une visite le 22 juillet 1993. Peu après son arrivé, il a été interrogé par la police sur la vente illégal d’une propriété, mais on lui a dit plus tard qu’il y avait eu une erreur avec une personne qui avait la même identité. Il lui a été demandé d’avoir sur lui son certificat de naissance pour éviter d’autre erreur. Le 26 juillet, trois policier se sont présentés à son domicile et lui ont demandé de les accompagné pour corriger l’erreur d’identité. Il est emprisonné depuis
« L’affiliation politique de Taoufik RAJHI n’est pas connue, mais son frère a été emprisonné pendant un an pour activités illicites dans le mouvement interdit Al Nahdha. Celui-ci a été emprisonné pendant quelques jours après l’arrestation de Taoufik RAJHI »
Nous apprenons par ailleurs que M.Ali Saidi, au nom du comité de lutte Contre la Répression en Tunisie a exprimé dans un communiqué du 12 aout 1993 « sa vive préoccupation sur le sort de M.Taoufik RAJHI et lance un appel pressant aux autorités tunisiennes afin d’autoriser immédiatement la visite de sa famille, de son avocat et d’obtenir des soins médicaux si nécessaire e demande que la mise en détention pour garde a vue ne dépasse jamais plus de vingt-quatre heures ».
Le Monde : 17/09/1993
Protestations en France contre la condamnation d’un chercheur
Des universitaires français ont lancé une pétition qu’ils veulent adresser au ministre Tunisien de la justice pour s’ inquiéter du sort de Taoufik Rajhi, chercheur dans une unité de l’université de Paris 1. Selon cette pétition M.Rahji de nationalité Tunisienne a été arrêté le 26 juillet dernier, « mis au secret pendant trois semaines puis condamné à deux ans de prison ferme pour une prétendue « appartenance à une association a islamiste interdite ».Les signataires se disent « convaincu que les accusation retenues sont radicalement fausses » et que l’ « arrestation est totalement arbitraire ».

Le Monde : 17/09/1993

___________________________________________

Horizon 94/ La voix de la Tunisie Libre : N° 1 Août 1993
Archives de l’Institut Tunisien des Relations Internationales

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :