Poster un commentaire

Ahmed Smiai: La Ligue au cœur de la politique


 

 

 

 

La Ligue au cœur de la politique
Par Ahmed Smiai

Kairouan 24 septembre 2002.

La Ligue Tunisienne de défense des Droits de l’Homme(LTDH) est certes une organisation qui s’intéresse à la défense des droits de l’homme en Tunisie et dans le monde et non pas un parti politique qui œuvre pour prendre le pouvoir. Cependant le terme politique couramment utilisé est tellement chargé de sous-entendus et comporte tant d’extensions qu’il ne semble pas avoir la même signification pour tout le monde et nécessite quelques éclaircissements.
Généralement tout le monde entend par politique l’ensemble des actions et pratiques utilisées par un gouvernement pour diriger une société. Mais quand on parle de partis politiques, de luttes ou d’objectifs politiques et que l’on désigne par ces termes tout ce qui se rapporte au pouvoir comme une fin en soi sans aucun lien avec ce qui est social, économique, culturel, idéologique ou religieux et que l’on laisse entendre une séparation totale entre ce qui est politique et ce qui ne l’est pas, alors on a certainement envie de cacher la vérité -consciemment ou inconsciemment- dans un but précis.
Un exemple typique est la séparation que l’on fait entre la politique et la morale et que tout le monde semble consacrer dans le discours et les faits et prendre pour une vérité absolue liée à la nature humaine.
En fait une telle croyance permet de justifier tous les abus et toutes les pratiques, souvent vicieuses et malsaines, des acteurs politiques, et tend à dissuader les citoyens de revendiquer une moralisation de la vie politique. Qui ne t’accusera pas -avec un air moqueur- même parmi les plus cultivés, d’être un utopique naïf lorsque tu essayes de rappeler les exigences de la morale en traitant des problèmes politiques? Cette conception de la politique est en fait une légitimation du banditisme et de la sournoiserie comme bases essentielles de l’activité politique On veut aussi nous faire croire que la politique est une affaire de spécialistes et qu’elle ne peut et ne doit être pratiquée que par ces derniers. C’est que l’on veut, en fait, exclure la société de la gestion de ses affaires et laisser son destin entre les mains d’une minorité privilégiée que l’on groupe artificiellement sous le nom fallacieux de « classe politique ». Et toute personne, toute association ou toute organisation de la société civile qui tente de s’immiscer dans le domaine politique, de quelque manière que ce soit , sera incriminée par cette « classe politique » qui considère que ce domaine est sa chasse gardée.
Alors que la démocratie idéale exigerait que toutes les organisations de la société civile participent à la gestion des affaires de la société, nos dirigeants, qui ne cessent de répéter qu’ils sont très démocrates, accusent souvent la Ligue Tunisienne de défense des Droits de l’Homme de faire de la politique, chaque fois qu’elle prend position pour défendre des militants, incarcérés pour avoir exprimé leur opinion ou pour avoir protesté contre les injustices et les atteintes aux droits de citoyenneté.
Cette accusation adressée par le pouvoir et qui vise, comme nous l’avons dit plus haut, à accaparer le monopole de la politique, veut par ailleurs terroriser toute la société et tenter de la dissuader de s’intéresser à la chose publique. Ce qui est plus dramatique encore, c’est que les organisations de la société civile elles-mêmes se défendent contre une telle accusation avec détermination, assumant l’incrimination de la politique dans leurs activités, et il y en a même qui se déclarent volontiers? « nous sommes apolitiques » sans que personne ne les ait jamais accusés de faire de la politique.
La politique est l’affaire de tout le monde
Dans la réalité, la politique touche à tous les aspects de la vie de la société et de ce fait elle nous concerne tous. Il n’y a rien qui soit en dehors d’elle, pas même la façon de nous habiller, et ceci, beaucoup le savent très bien et le soutiennent, surtout parmi ceux et celles qui tentent de nous faire croire qu’ils ne font pas de la politique.
Arrêtons donc de nous moquer les uns des autres et cessons de faire semblant de veiller scrupuleusement à ne pas mélanger ce qui est politique et ce qui ne l’est pas. C’est une tâche impossible. Sortons, surtout, du piège qui nous est tendu par toutes les mafias du monde qui veulent tout simplement nous confisquer notre vie en nous poussant, par tous les moyens, à adopter la politique qui « laisse la politique aux politiciens ». La politique est l’affaire de tout le monde et elle n’épargne personne.
Revenons au cas très particulier de la LTDH. Nous pouvons affirmer sans risque de nous tremper, que depuis sa création, son rôle a été davantage perçu au plan politique qu’à celui des Droits de l’Homme au sens strict, même si la séparation entre les deux domaines n’est qu’artificielle.
L’unique grand dossier, n’ayant pas un lien direct à la politique, qui a été traité et suivi par la Ligue depuis sa création est celui qui se rapporte à l’affaire des victimes du pétrole en 1981, et pourtant les atteintes aux droits de l’homme dans le pays sont énormes, très variées et quotidiennes.
Les pères fondateurs :
D’abord les fondateurs de la ligue eux-mêmes et ceux qui y ont adhéré par la suite sont presque tous, des militants politiques qui aspirent avant tout à une vie politique basée sur les principes démocratiques et veulent s’opposer à la dictature. Et, à défaut de libertés démocratiques dans le pays, tous les gens épris de liberté ont trouvé refuge dans la ligue pour y exprimer leurs opinions politiques. Par ailleurs, toutes les grandes questions qui ont préoccupé la ligue ont été presque toujours liées à la politique (dénonciation de la répression des opposants, des procès Cette situation est évidemment imposée par la nature du régime politique qui veut maintenir le sort du pays, par la force, entre les mains d’une minorité qui s’accroche au pouvoir, qui s’oppose à toutes les revendications et qui opte pour la répression de toute contestation, dans une société en pleine mutation.
Et si nous regardons, plus particulièrement, la période qui a suivi le cinquième congrès jusqu’à présent, nous pouvons affirmer que la vie politique dans notre pays a été et reste marquée, en grande partie, par la présence de la ligue qui a su mobiliser une fraction importante de la société civile nationale et internationale autour d’elle dans sa lutte pour son indépendance et pour la légalité de son cinquième congrès. Et, paradoxalement, la traduction en justice de la ligue ne l’a pas affaiblie, au contraire, elle lui a permis de retrouver sa force et son rayonnement en resserrant les rangs de ses militants et en mobilisant les partis d’opposition et les organisations militantes de la société civile autour d’elle
De son côté le pouvoir n’a jamais accepté que la ligue soit complètement indépendante de lui ou échappe à son regard. Cette attitude prise par le pouvoir depuis la création de la ligue est devenue beaucoup plus ferme et systématique depuis le 7 novembre 1987
Le projet du 7 novembre, maintenant tout le monde le connaît, n’est autre chose que la tentative d’éradication de la mouvance islamiste du paysage politique tunisien, et pour réaliser ce projet il fallait chercher des alliés.
Composée, pour la plupart, par des militants acquis à la laïcité et farouchement opposés au projet islamiste, la ligue semblait, pour le nouveau pouvoir, l’allié idéal, surtout qu’elle jouit d’une bonne réputation et d’une grande audience en occident. Mais, convaincu que son projet infernal ne peut être défendu par des militants des droits humains intègres, le pouvoir a misé aussitôt sur la corruption des uns et la neutralisation ou l’élimination des autres.
Du coup le fondateur de la ligue et son président d’alors, le docteur Saad-Eddine Zmerli, fut nommé ministre dans le premier gouvernement du nouveau régime. Il n’y demeura pas longtemps n’y resta pas longtemps -on ne sait pourquoi- et finit par s’exiler en France. Après lui, le deuxième président de la ligue fut nommé ministre à son tour. Un autre membre du comité directeur et cofondateur le …. A été nommé ambassadeur puis ministre.
D’autres ont été promus par la suite à des postes importants (bâtonnier, députés au parlement, hauts fonctionnaires …)
Le troisième président de la ligue, le docteur Moncef Merzouki, a été approché à son tour, mais l’homme avait bien compris le jeu et il n’était pas du genre à accepter le marchandage de ses principes, il avait coupé court à toutes les tentatives de ce genre en répondant au journaliste qui lui demandait un jour s’il allait suivre l’itinéraire de ses prédécesseurs, par une phrase devenue, depuis, célèbre « je ne suis pas ministrable ».
Les appels au palais de Carthage et au ministère de l’intérieur se multipliaient, les émissaires du gouvernement étaient partout pour négocier le ralliement des militants de la ligue et de tous les démocrates au projet du gouvernement. Alors, la panique est semée au sein de la ligue et une crise au sein du comité directeur issu du troisième congrès, provoquée par les machinations du pouvoir, va disloquer ce comité et permettre au gouvernement de faire passer sa nouvelle loi abrogée des associations puis dissoudre la ligue qui avait refusé de reconnaître cette nouvelle loi.
Et c’est pendant cette période où la ligue était dissoute que les plus grandes atrocités étaient commises et qu’eurent lieu les procès les plus iniques dans l’histoire de notre pays devant les fameux tribunaux militaires de Bouchoucha et Bab Saadoun.
Quelques mois plus tard la ligue était ramenée à la légalité et un nouveau plan a été élaboré par le pouvoir en connivence avec des membres de la ligue pour permettre à l’organisation humanitaire de tenir son quatrième congrès sur fond de soutien au pouvoir après avoir distribué-on ne sait comment- des cartes d’adhésion à des centaines de membres du RCD. Ce congrès- scandale a eu lieu le 6 février 1994 et il a élu un comité directeur dont la plupart des membres influents étaient engagés dans le projet éradicateur du pouvoir et avaient choisi délibérément de se taire sur ses crimes.
La ligue était donc au cœur de la politique criminelle du pouvoir par son absence puis par sa présence.
Aujourd’hui les choses ont changé. Le cinquième congrès a ramené la ligue à ses normes et lui a permis de retrouver sa crédibilité et son rayonnement à l’échelle nationale et internationale.
Mais, après quatorze années de crise aiguë, la ligue ne peut pas continuer son chemin comme si de rien n’était. Les anciens militants de la ligue qui se sont impliqués dans la politique criminelle du pouvoir des années quatre vingt dix ont des comptes à rendre à tous les militants pour la liberté dans ce pays et dans le monde, pour peu qu’ils aient un minimum de respect pour eux-mêmes et pour les autres. Je pense qu’il est particulièrement scandaleux que parmi ces gens qui ne prouvent même pas le besoin de s’excuser ou de faire clairement leur autocritique, il y ait un Mohamed Charfi, par exemple, présenté aujourd’hui comme « le chef de l’opposition démocratique »?
Celui qui a introduit la police à l’université pour massacrer les étudiants et qui a apporté son soutien, avec plaisir et fierté, à l’éradication sanglante des islamistes, ne peut quand même pas se transformer du jour au lendemain en un chef démocrate! Ce « chef », étant par ailleurs un ennemi déclaré de la culture et de la civilisation arabo-musulmane de notre peuple, ceux qui le poussent au devant de la scène ne font, en fait, que semer le désordre et mettre les bâtons dans la roue, pour bloquer la voie de la véritable démocratie devant notre peuple.
La LTDH se doit de répondre clairement à deux questions cruciales:
1-Pourquoi a-t-elle généré, après dix ans de militantisme pour les libertés et les droits de l’homme, des ministres et des hauts responsables qui se sont impliqués dans une politique qui s’appuie sur la pratique systématique de la torture et qui compte un certain nombre de crimes à charge ?
2-Pourquoi son comité directeur, émanant du quatrième congrès, a-t-il gardé le silence sur les crimes et les très graves atteintes aux droits de l’homme, commis par l’état tunisien ?
Je pose ces questions tout en étant conscient que l’état d’esprit qui règne actuellement dans ce que certains appellent « l’opposition démocratique » ainsi que le contexte international et les calculs des uns et des autres ne permettent pas d’aborder aujourd’hui de telles questions. Puis-je, au moins, par ces questions, remuer la conscience de certains.
Il n’y a pas de doute que le mot d’ordre indépendance proclamé par la ligue depuis sa création est vital pour sa survie et pour l’efficacité de son rôle dans la défense des libertés et la propagation de l’esprit de tolérance et de l’acceptation de l’autre, et beaucoup de militants de la ligue en témoignent par leur propre expérience (1). Encore faut-il que cette indépendance soit une conviction scrupuleusement défendue par tous, et non un simple slogan affiché qui cache une volonté d’hégémonie sur l’organisation, par ailleurs courtisée par tous, pour l’exploiter dans des buts politiques restreints.
L’indépendance de la Ligue veut dire, avant tout, qu’elle n’est l’étendard d’aucune formation politique qu’elle soit au pouvoir ou dans l’opposition, de droite ou de gauche, car nul n’a le droit de prétendre posséder le monopole de la défense des droits de l’homme.
Est-il encore nécessaire de rappeler que la Ligue ne perd rien et a tout intérêt à accepter en son sein toutes les tendances idéologiques, culturelles et politiques, à condition qu’il y ait un consensus général pour la conjugaison des efforts de tous en vue de défendre les libertés et les droits de l’homme, et non pour un affrontement à l’intérieur de la Ligue.
La ligue s’attache actuellement au renouvellement des comités de sections, mais avec beaucoup d’hésitation et de patience après avoir trébuché dès le premier pas au congrès de la section de Mahdia (2) , alors que beaucoup de problèmes ne sont pas encore clarifiés (diffusion des motions et des résolutions du cinquième congrès, restructuration de la ligue, modalités de distribution des cartes d’adhésion, problème du financement, situation juridique de la ligue, relation avec le pouvoir
A ce stade on ne peut que s’étonner devant l’attitude du comité directeur à propos des fiches de renouvellement d’adhésion qui ont été barrées (3). Faut-il y voir un arrangement tacite avec le pouvoir qui a, de son coté, gardé le silence après l’expiration du délai fixé par le tribunal à la ligue pour refaire son cinquième congrès? Si tel est le cas, la Ligue n’a aucune raison de se réjouir ni de crier victoire car le pouvoir n’a pas la volonté de la libérer mais il s’est rendu compte, enfin, qu’il s’est complètement embourbé dans cette affaire, prétendument judiciaire, et veut s’en sortir en douceur. —En effet que peut-il faire, maintenant, alors que le délai fixé par le juge pour refaire le congrès est déjà dépassé, à moins de dissoudre encore une fois la Ligue, ce qui est inconcevable dans le contexte actuel?
Par contre l’arrêt des poursuites judiciaires contre le comité directeur va permettre au pouvoir d’adopter une nouvelle tactique pour harceler la Ligue et il est à craindre que les machinations utilisées auparavant, entre le troisième et le quatrième congrès, ne se répètent aujourd’hui avec quelques retouches… Dans le temps le pouvoir cherchait des alliances « démocratiques » pour son projet d’éradication sanglante des islamistes, aujourd’hui, il cherche des alliances « démocratiques » pour leur exclusion de la vie politique et culturelle. Ces dernières alliances pourraient prendre à leur compte la revendication d’une certaine « amnistie »et le soutien généreux des « victimes de la torture ». Les candidats à de telles alliances sont nombreux dans notre pays et les véritables militants pour les libertés et les droits de l’homme doivent être sur leur garde pour dénoncer, à temps, une telle manœuvre et empêcher le pouvoir d’impliquer la ligue, encore une fois, dans ses projets d’éradication ou d’exclusion de quiconque. Il est certain que la crise politique et sociale dans notre pays ainsi que les difficultés économiques et financières énormes obligent le pouvoir à faire des démarches et prendre des mesures qui peuvent être interprétées comme des signes d’apaisement? retour de certains exilés, libération de certains détenus politiques, ouverture de tuyaux de discussion avec certains opposants…Mais ces mesures n’ont aucune importance si elles n’entrent pas dans un plan global de dépassement réel de la crise et de changement réel sur la voie de la démocratie.
La ligue a été toujours une pièce maîtresse dans toutes les situations politiques du pays et elle ne peut être contournée dans cette phase cruciale où le pouvoir cherche à rassembler ses troupes et ses alliés qui se sont un peu égarés en leur avançant de nouveaux avantages et de nouvelles promesses****, tout en cherchant de nouveaux alliés.
Est-il encore nécessaire de rappeler que notre salut à tous réside dans la libération de tous les prisonniers politiques, la promulgation de la loi d’amnistie générale, la révision de la loi de la presse et de la loi des associations dans le sens de la démocratie ainsi que la consécration de la séparation des pouvoirs et l’indépendance de la justice. Tout fléchissement devant le pouvoir en ce qui concerne ces revendications essentielles ne peut que participer à plonger encore davantage notre pays dans le gouffre.
AHMED SMIAI

1) Voir les témoignages de certains militants de la ligue dans le numéro spécial de LA LETTRE DE LA LIGUE, paru le 14 mai 2001 à l’occasion du 24ème anniversaire de la LTDH, et particulièrement ceux de Sihem Ben Sedrine et de Khedija Cherif.
2) Des éléments d’une liste de consensus ne comportant pas de destouriens n’ont pas été élus alors qu’un destourien l’a été. Il en a résulté une certaine tension entre certains partenaires politiques de l’opposition
3) L’expression « je m’engage à respecter les résolutions du cinquième congrès » a été barrée sur les fiches de renouvellement de l’adhésion par les éléments destouriens, ce qui représente un défi manifeste pour le comité directeur de la ligue qui a lutté pendant deux ans pour la légalité du cinquième congrès et donc pour sa propre légalité.
4) Après l’augmentation des subventions versées aux partis dits « parlementaires », des rumeurs circulent à propos d’une éventuelle nomination de hauts responsables et de ministres qui appartiennent à l’opposition dite « légale » dans le futur gouvernement.
• wAhmed Smiai <ahmedsmiai@yahoo.fr>

• 09/09/05 à 8:26 PM
À
• Ahmed Manaï
Corps du message
ÇáÃÎ ÃÍãÏ
ÇáÓáÇã Úáíßã æÑÍãÉ Çááå

åÇ åæ ÇáäÕ ÇáÐí ØáÈÊå ãäí æÞÏ ÃÏÎáÊ Úáíå ÈÚÖ ÇáÊÚÏíáÇÊ
ÇáØÝíÝÉ

Çáì ÝÑÕÉ ÞÇÏãÉ
à Ó
— Ahmed Manaï <tunisielibre@yahoo.fr> a écrit :

> salam Si Ahmed,
> Merci pour ta réponse, j’allais te téléphoner pour m’enquérir de tes nouvelles. Al Hamdu Lillah.
> Très rapidement: notre projet tient toujours et il se fera In Cha allah, même si je ne pourrai pas réunir beaucoup de monde à la fois. L’essentiel est de produire des papiers qui seront édités et peut-être à l’occasion de la parution des travaux on réunira certains.
> J’aurai souhaité que tu visites le site pour que tu puisses me donner ton avis. Il est en construction mais il y a déjà pas mal de textes. J’ai réuni tes articles et ils seront sur le site à la fin de cette semaine. J’attends celui sur la ligue. J’ai un problème avec le webmaster qui se trouve à l’autre bout du monde et qui s’occupe de plusieurs sites à la fois!
> Je ne te cache pas que je reste de marbre devant ce qui se passe à la LTDH. Il y a trop de
> manipulations!!
> Voiçi l’adresse du site:
> http://www.tunisitri.com
> Si tu rédiges quelque chose sur les derniers événements, envoie le moi avant de le publier. Je pourrai le traduire et il sortira en même temps dans les deux langues.
> Amitiés
> Wassalam
>
>
> Ahmed Smiai <ahmedsmiai@yahoo.fr> a écrit :
> si Ahmed
>
> ASSALAMOU ALEIKOUM WA RAHMATOULLAH
>
>
> c’est à l’instant même que je viens de lire votre message daté du 30/08/2005 car comme vous le savez je n’ai pas d’Internet chez-moi à la maison et je ne peux visiter un publinet que de temps en temps..Vous m’avez demandé un article en Français que j’avais rédigé il y a longtemps à propos de la Ligue. Je vous l’enverrai volontiers sans tarder
> Inchallah. Cependant je tiens à vous signaler que j’étais en train de rédiger un texte en Arabe sur le meme sujet alors que la succession d’évènements graves et imprévus m’a obligé d’attendre la fin de la scène pour rédiger un texte sur l’orientation de la Tunisie après le discours présidentiel de Juillet dernier. Par ailleurs vous m’avez suggéré auparavant l’idée de préparer pour Mars Prochain un cahier sur l’évolution de la société civile tunisienne après cinquante ans d’indépendance. Je trouve l’idée très bonne et je vais m’y mettre-à moins que ce projet ne soit abandonné-et j’espère que la santé ne me contrariera pas avec l’automne qui s’annonce et l’hiver qui va le suivre
> .
> Bon courage et à bientôt.
>
> S.A
>

Ahmed Manaï a écrit :
>
> > Salam Si Ahmed,
J’espère que vous allez bien ainsi que toute la famille. Je voudrai vous demander si vous avez des textes en français à mettre sur le site, envoyez les moi. je mettrai les deux textes sur les élections que j’ai traduis mais vous avez aussi un texte sur la ligue que je ne trouve plus. envoyez le moi.
Voici l’adresse du site:
> > http://www.tunisitri.com
> > S’il n’est pas activé, vous n’avez qu’à reproduire
l’adresse en haut.

القيروان في 01/06/2004             الأخ أحمد                             السلام عليك ورحمة اللهوبركاته                   إن مكالمتك الأخيرة بخصوص النداء الذيتقدم به جمع من التونسيين من أجل المقاطعة النشطةللانتخابات المزمع إجراؤها في بلادنا يوم 24/10/2004كانت مفاجئة لي وأحدثت لي شيئا من الإحباط. ولعل ذلكناتج عن كوني مازلت أميل إلى شيء من المثالية في نظرتيللعمل السياسي- رغم تقدمي في السن- و اني مازلت متمسكابهذه النظرة وأدافع عنها في كل الظروف. أخي أحمد لا أخفي عنك أن اهتمامي بالشأن العام لا ينبع من طموحاتسياسية شخصية ولا من رغبة في الانتصار لفريق معين دونغيره من التونسيين و إنما كان اهتمامي بالسياسة فيالسنوات الأخيرة ناتجا عن إحساسي بالدمار الشامل الذيأصاب مجتمعنا نتيجة سياسة الحقد والانتقام التي نفذتهابكل شراسة وبأساليب إجرامية قذرة جماعات جاهلة مستكبرةتدعي العلم والاستنارة من يمين ويسار وبمباركة كلالأوساط الاستعمارية المتربصة ببلادنا. ولم يسلم أحد منهذا الدمار الذي مس كل مجالات الحياة ودخل إلى كل البيوتوأحدث مآسي لا تحصى و لا تعد…وان كل ما أتمناه اليوم هو أن تتوصل النخب التونسيةالأصيلة إلى إيجاد الحلول الناجعة للخروج من هذا الوضعالمأساوي و إحياء الإحساس بالنخوة والكرامة لدى الشعبالتونسي والذي يمر حتما باسترجاع ثقته بنفسه وبثقافتهوبمستقبله. واني لعلى يقين بأنه لا يمكن بلوغ هذه الغاية النبيلةإلا بالترفع عن الحسابات الشخصية والفئوية وما شابههاوالانخراط في عمل جماعي منظم يهدف إلى رفع كابوس الخوفعن الجماهير الشعبية والسماح لكل الأصوات بالتعبير عننفسها بكل حرية وبصوت عال. واني أعتقد أن المحطة « الانتخابية » القادمة تمثل فرصةمهمة أمام النخب المؤمنة بهذه الأهداف لكي تعمل علىإقناع الشعب التونسي بأن أول خطوة في سبيل استرجاع حريتهوكرامته تتمثل في تعبيره السلمي والصريح عن رفضهللمسرحيات الانتخابية المستخفة بذكائه وفي التزامهالواضح بالامتناع عن المشاركة في انتخابات مزيفة أعدتنتائجها مسبقا من طرف السلطة المستبدة وعملائها لإرضاءالأوساط الاستعمارية الضاغطة.وان إمضائي على نص الوثيقة المقدمة لهذا الغرض ينبع منهذا الإيمان ولا يهمني من الذي أخذ المبادرة ولا قائمةالأشخاص الذين ساندوها لأن الذي يهم هو محتوى الوثيقة.كما أن إمضاء الوثيقة لا يعبر عن التزام انتخابي لفائدةأي شخص في صورة ترشحه لأي منصب في المستقبل فالأمر سابقلأوانه كثيرا… أخي أحمدأتمنى أن تضع خبرتك العلمية والنضالية ورصانتك واتزانمواقفك في خدمة هذا الهدف الكبير الذي يسعى إلى إرجاع كلالاعتبار للشعب في تقرير مصيره بحرية وشجاعة وثقةبالنفس. كما أتمنى أن تجد طريقة لإصلاح بعض الأخطاءوتجاوز بعض السلبيات البسيطة والمساعدة على خلقديناميكية قوية تجمع كل النوايا الصادقة للسير صفا واحدافي طريق إنجاز هذا المشروع الكبير وقطع الطريق أمامالعملاء والسماسرة وتجار السياسة. وان أخشى ما أخشاه هوأن تستغل كل الأطراف المخربة والمعادية لهذا التوجه فياستغلال أخطاء البعض لإجهاض هذه المحاولة مرة أخرىوتعميق مشاعر اليأس والإحباط لدى المناضلين الصادقين منأجل الحرية في بلادنا.فهل أطمع في تلبيتك لهذه الرغبة أم أن لك احترازاتومخاوف لأسباب أجهلها؟ آمل أن أرى منك ردا شافيا عما قريب.مع أطيب التحيات وفائق الاحترام.  أحمد السميعيالقيروان. تونس

 

بسم الله الرحمن الرحيم                                                                   باريس في 2/6/2004

 

الأخ العزيز أحمد، سلام الله عليكم و رحمته و بركاته.

 

وصلتني رسالتك و بلغ منّي صدق نبرتها القلب، و إنّي لأشكرك جزيل الشكر على ما زادت رسالتك تأكيده من أنّ الخير و الصّدق و كلّ المبادئ و القيم و المعاني النّبيلة لا زالت حيّة مُتّقدة في أبناء وطننا مهما خرّب المخربون و دمّر المدمّرون.

 

أخي العزيز،

نحن من نفس الجيل و اعتقد أنّ مساراتنا الذّاتية متشابهة و إن لم يُكتب لنا الدّماء حتى الآن. فأنا مثلك تماما، لم أهتم بالشأن العام، ماضيا و حاضرا، إلاّ للخدمة و الواجب، لذلك لم تسمع بي يوما مسؤولا عن شيء ما. كنت و لا زلت حريصا على أداء الواجب فيما يشبه الكتمان و السّرية، ليقيني بأن ما أريد به وجه الله خالصا، لا يمكن إشاعته و التفاخر به. لا أدري إن قرأت في صباك نصّا بعنوان  » الفارس الملثّم  » ؟ بطله هو أحد أهمّ مراجعي !

و هكذا لم يكن لي في حياتي من انتماء سياسي إلا عندما كنت طفلا في الثالثة عشر، باشتراكي في الحزب الحرّ الدستوري سنة 1954، و تركته سنة 1961 بعد بنزرت.

 

و أتخلّص إلى موضوع رسالتك.

 

في يوم 23 ماي المنصرم، مرّت عليّ 13 سنة و أنا في المنفى ـ و صدّقني ألاّ شيء ألهاني يوما عن التّفكير في وطني أو تقديم الخدمة لبعض أهله، و عملت ما استطعت لأكون على الدّوام. مطّلعا على أحداثه، صغيرة و كبيرة أنشر ما صلح منها و لاق، و أحتفظ لنفسي و للذاكرة الجمعيّة، ما أتصوّر أنّه يضرّ بالقضية أكثر مما ينفع…لموعد لاحق.

على طول هذه المدّة، عشت ألم المنفى و فقدان الوطن و هو  » الذي لا يضاهيه ألم  » حسب قول الفيلسوف اليوناني  » اوريبيد » ـ 431 قبل م.م ـ و لا يخفّفه شيء غير إيماني بالله و يقيني « بأني قريب لوطني و أنا المهاجر، بعد الكثيرين عنه و هم المقيمون » كما يقول جبران خليل جبران.

و على طول هذه المدّة، تعاونت مع كل من عبّر عن استعداده للتّعاون معي، و مشيت معه خطوة أو ميلا أو أكثر، إلى أن انسحب أو ارتأى لنفسه سبيلا آخر. غير أنّه و بكلّ أسف، لا يوجد كثير من التونسيّين من يبدأ من حيث انتهى سلفه، و كلّ حريص على إزالة ما سبقه من بناء و محو كلّ آثار الآخرين لكي يشنّى له وضع بصماته التي تنمحي ! ما يحدث مع القادة و الحكام و الزّعماء هو ذاته الذي يحدث مع خصومهم،  مع بعض التفاوت و الاختلاف في الجزئيات.

أقول هذا بكلّ حسرة و ألم و لا أشكّ أنّك تعيش مثله مع مواطنينا هناك، بحيث لا أحسب أني أطلعك على سرّ مجهول، فالفئوية و حبّ الذات و الحسابات الشخصية و الزعاماتية هي القاسم المشترك بين الجميع، و إن تجربتي مع كلّ الفصائل و التنظيمات و المجموعات، صغيرها و كبيرها، تثبّت أنّ هذا الدّاء العضال ينخر الجميع… بما فيهم النّهضويين، الذي عقدت عليهم بعض الأمل في بداية التسعينات.

هل يعني ذلك أن نسكت و ننتظر الأحداث كلا أبدا، و إني معك في أنّه لا بدّ من تجميع أكثر عدد من النّاس حول خطّة عمل لمواجهة الاستحقاق القادم.

 

في بداية هذه السنة، نشرت الورقة المؤسّسة  » اللّجنة التونسية للمطالبة باستقالة بن علي » في ذكرى تأسيسها.

و جاءتني ردود كثيرة من تونسيين من جيل الأبناء 30-40- سنة، تشجّعني على إحياء اللّجنة لمواجهة  » الانتخابات » المقبلة. و هو ما فعلناه، لا لتوهّمنا بأنّنا سنتوصّل إلى ذلك و لكنّ لاعتقادنا أنّ الأمر سيعيد بعض الثقة للمواطنين خاصة إذا استند لحملة إعلامية عبر القنوات الفضائية.

كنت مع بعض الأصدقاء نهيئ في نفس الوقت لدعوة الوجوه المعروفة للمعارضين في المنفى إلى الإقدام على رجعة جماعية إلى تونس للتعاون مع المواطنين لعلّ ذلك ساعد على حلحلة الأوضاع. و كنّا في نفس الوقت نرقب الساحة و نسجّل الرّدود و المواقف. و أدركنا أنّ مثل هذا المشروع غير قابل للإنجاز. فهذا يدخل في مفاوضات مع النظام عبر سفيره و يُقرّر الرّجوع إلى تونس  » لخدمة حقوق الإنسان التي تراجعت » و ذاك يجيب على من طلب منه الدّخول، بأنّ القرار مؤسّساتي و ثالث يٌصرّح بالشيء و عكسه خلال شهر واحد… و آخرون يدخلون على أطراف الأصابع برغبة إكمال حياتهم بلا مشاكل.

و نصل إلى الأسابيع الأخيرة، عندما صدرت هذه الورقة التي أمضيتها أنت. كانت تجيئني أصدائها، غير أنّه لم يحدث أن اتّصل بي أحد في شأنها. و لو تمّ ذلك لحدث نقاش و إفاضات و إثراء و لكنّي قرأت الورقة على الأنترنات.

هذه الورقة من صياغة جماعة « أتّاك »، فيها نفسها الثّوري التّرتسكي، و فيها أسلوبها و فيها وجوهها:

وهي ورقة غير متماسكة سياسيّا، تقترح الهدم دون تقديم مخطّط للبناء. فما معنى أن تدعو لانسحاب بن علي دون تقديم خطّة سياسيّة تضمن تواصل الدّولة، أم أنّ أصحابها يتصوّرون أنّه بالإمكان انتخاب رئيس من المعارضة في ظرف انفجرت فيه كلّ هذه المنظّمات التي تؤسّس المجتمع المدني، و تجزّأت الأجزاء… ثمّ هناك حلقات مفقودة في التّسلسل الفكري و هناك تجاهل للواقع السيّاسي.

و رجائي أن تفهمني جيّدا. فعندما أتحدّث عن الواقع لا أدعو للإقرار به و القبول، و إنّما الانطلاق من معطياته و مفرداته لتغييره… و الواقع الحالي هو كما يراه الإخوة الذين أنشط معهم كما يلي:

 

هناك أولا عجز على إحداث التغييرات و الإصلاحات:

  1. شعب توّاق للتّغيير و الحسم مع نظام سياسي آهاته و لكنّه غير مستعدّ، في غياب زعامات يطمئنّ لها و بدائل واضحة، أن يدفع ثمن تحرّره.
  2. نوادي سياسية قانونية متورّطة مع النظام و مشاركته في ترّهاته و منشغلة بالتنافس على الفتات الساقط من موائد الدماء. ثم هناك جماعات شاردة وراء أوهامها تتصّور أنّ تصعيدها في الخطاب و تحريظها للنّاس من وراء البحار، سيدفعان بالنّاس للثورة…
  3. نظام رسمي، تديره عصابات مصالح. مطمئن إلى أنّ تأييد الخارج مضمون له لسنوات و على الأقلّ ما استمرّ يمسك البلاد بيد من حديد ـ عاجز على التنازل عن أي شيء.

 

ما العمل في هذه الظروف؟

 

الأخ العزيز:

لقد حصل لي ما يشبه اليقين أنّه لا يمكن تغيير شيء في البلاد إلاّ من داخل أجهزة النّظام و أنّ المعارضة بكلّ مكوّناتها لا يمكن لها أن تكون إلاّ المنشّط في عملية تغيير. لذلك أعتقد أنّ أيّة مبادرة تتجاهل دور بعض أجهزة الحكم ـ و بالخصوص جهازه السياسي المتمثّل في التّجمّع ـ إنّما هي نعيق في الصحراء.

لقد تصوّر الكثير أن النظام كيان موحّد و هذا خطأ. و حتى لو كان الأمر هكذا، فلا ضرر أن ندخل في صفوفه الارتباك…و سأبعث لك في الأسابيع القادمة بورقة تكون المنطلق لحملة إعلامية و لن نطلب توقيعات %.

 

و لك منّي خالص التّحية و السلام

أحمد المناعي

> >

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :