Poster un commentaire

Ahmed Manai: A l’Attention de Monsieur Chokri Hamrouni.


Bismillah Arrahman Arrahim

A l’Attention de Monsieur Chokri Hamrouni.

Organisateur des Rencontres d’Aix- Marseille.
C/ Comité pour les Libertés en Tunisie d’Aix- Marseille

19 Mai 2003

Assalamu Alaikum
Je voudrai vous remercier d’avoir pensé à m’inviter aux rencontres d’Aix- Marseille que vous organisez entre le 23 et le 25 mai 03 et souhaiter plein succès à votre entreprise. Réunir autant de tunisiens, même à l’étranger, n’est pas toujours chose aisée. C’est donc avec une grande sympathie que je salue vos efforts et ceux de vos amis, pour réussir cette rencontre. Cependant je ne peux y participer pour les raisons suivantes :

1) Dans le premier programme que vous m’avez envoyé, il y a près de deux mois, et l’échange téléphonique qui l’avait suivi, vous m’aviez demandé d’animer une table ronde sur les problèmes de la corruption en Tunisie. Je constate, au vu du programme définitif, qu’il n’en est plus question, ce que vous m’avez confirmé d’ailleurs au téléphone, aujourd’hui 19 mai.

2) L’invitation que vous m’avez adressée est à titre personnel et ne mentionne nulle part l’Institut des relations internationales que j’anime depuis près de six ans, avec, pour votre information, trente deux tunisiens. Il est vrai que mes amis et moi-même avons choisi de travailler dans la discrétion. Il s’agit en fait d’un cercle de réflexion peu engagé dans la gestion du quotidien, si bien que nous ne réagissons pas toujours sur Internet à l’actualité Tunisienne. C’est un choix que nous assumons entièrement. Mais je peux vous assurer que le travail que nous avons accompli n’est pas négligeable. Ainsi et pour ne citer qu’un des aspects de notre activité, l’ITRI a eu une part très active, ces dernières années, dans l’élaboration de trois livres sur la Tunisie, à savoir : Le Silence Tunisien de Lise Garon, Notre ami Ben Ali de J.P.Tuquoi et N.Beau et Tounès Al Ghad. Rien que cela aurait justifié de mentionner notre modeste organisation.

3) Personnellement, vous pouvez me croire, ne pas être invité à votre rencontre, ne m’aurait nullement affecté. J’en ai l’habitude. Mais je m’insurge que d’autres, présents sur la scène associative, culturelle et politique depuis 12 ans au moins, en soient exclus. Je pense notamment à Monder Sfar, Cofondateur et président du comité Tunisien d’Appel à la Démission de Ben Ali en 1993 et militant infatigable de la première heure ( j’apprends aujourd’hui qu’il vient d’être invité au téléphone), à Salah Kerker, avec tous ses titres, son passé et son action au quotidien, à Abdellatif Ben Salem, intellectuel et militant de tous les instants et qui a produit récemment un numéro spécial de «Horizons Maghrébins »sur la Tunisie, à Noureddine Khatrouche, dont les écrits, quoique rares, témoignent d’un rare sens critique, à Abdel Aziz Aggoubi, actuel président de la LDH à Ville- Franche sur Saône, lui aussi militant de la première heure et, d’autres encore. Que toutes ces personnes ou certaines d’entre elles ne soient pas sympathiques à certains de vos illustres invités, ne peut justifier leur exclusion. A moins qu’il ne s’agisse du poids politique de chacun d’eux, auquel cas, je crains qu’aucun d’entre eux ne soit, à de rares exceptions, moins représentatif que les présents à la rencontre. L’une des conséquences de ces quinze années de dictature est d’avoir réduit à néant toute prétention à la représentativité.

4) Mais la raison principale qui m’empêche de participer à votre rencontre, tient aux problématiques et aux thèmes que vous avez choisis de débattre et auxquels il ne m’a pas été offert de faire la moindre suggestion ou proposition:
1) Liberté d’expression et verrouillage médiatique, Stratégie de communication,
2) l’indépendance de la justice en question, droits de l’homme quel combat,
3) Acteurs politiques/ associatifs : même combat.
Quel projet démocratique pour l’après dictature ?
Est-ce vraiment de cela que l’opposition et le pays ont tant besoin ? Le moment n’est-il pas venu au contraire, pour que tous ceux qui sont impliqués dans l’action politique et associative et militent pour l’avènement d’une démocratie dans notre pays, se retrouvent, sans complexe d’aucune sorte, pour faire leur propre autocritique et analyser les raisons qui font que les millions de tunisiens qui abhorrent le régime, ne font guère confiance non plus à leur opposition ? Je le dis très sincèrement et sans aucune arrière pensée.
Il m’est arrivé d’appeler les opposants tunisiens à une plus grande humilité, non pas par provocation mais simplement pour donner plus de crédit à notre action, individuelle ou collective. Je l’ai fait encore une fois, il y a quelques mois, dans un article qui, contre toute attente, m’a valu l’adhésion de deux chefs de partis de l’opposition. Dans cet article, j’ai fait une analyse de l’état des lieux et j’ai conclu que les opposants tunisiens ne constituent pas actuellement une opposition, capable de gérer une transition démocratique et qu’ils pourraient, tout au plus et moyennant de profondes révisions de leur stratégie et une recomposition de leurs forces, inciter ou obliger d’autres, plus proches du système, à entreprendre cette tâche. Ainsi, l’opposition aura au moins servi de catalyseur au changement. C’est mon point de vue et si l’occasion m’avait été donnée, je serai venu le défendre, à la lumière, entre autres, de ce qui s’est passé en Irak.
Je pensais franchement, qu’après le cataclysme Irakien et la faillite de l’opposition Irakienne, vous alliez changer de programme et, qu’au lieu de débattre de ce que tous les tunisiens connaissent déjà depuis longtemps, de la dépendance de la justice, au verrouillage de l’information et à la corruption du régime, vous vous pencheriez sur la situation de l’opposition, que vous discutiez de son émiettement, de son peu de crédit, national et international et de cette tendance de certains de ses chefs, à se croire présidentiables dès lors qu’ils se retrouvent à la tête d’une trentaine de militants. Enfin, qu’aurai-je ajouté, en parlant de l’image du régime ou de celle de la Tunisie à l’étranger, alors que le véritable problème est celui de l’image de l’opposition et de son crédit auprès de son peuple ?
Je vais me hasarder à proposer un début d’explication au fossé qui sépare les opposants de la grande majorité des tunisiens, actuellement hostiles au régime. Et c’est le panel de vos invités qui me l’inspire. En effet, nous avons d’un côté le mouvement Nahdha et quelques associations et personnalités proches et, à l’autre extrémité, une kyrielle de partis, de personnalités et d’associations rivés, disons à gauche. C’est là un rassemblement des extrêmes qui ne peut en aucune façon, quelque soit son activisme et l’idée qu’il se fait de son poids médiatique, traduire la réalité sociologique et politique de la Tunisie. et encore moins initier une transition démocratique dans le pays A mon humble avis, c’est entre ces deux extrêmes, c’est à dire au sein de ce large centre, indifférent à l’idéologie des uns et des autres et qui demeure encore muet et sans porte parole, qu’il faudrait espérer sortir un jour de l’impasse actuelle.
Je suis sûr que vous ne serez pas insensibles à toutes ces questions et qu’il sortira de votre rencontre une bonne déclaration et, pourquoi pas, un futur candidat à l’élection présidentielle.
Je regrette encore une fois de ne pouvoir être des vôtres et je dénonce vigoureusement la campagne de suspicion visant à dénigrer votre initiative.

Avec mes souhaits de plein succès. Wassalam.

Ahmed Manaï
Institut Tunisien des Relations Internationales.
Tunisielibre@yahoo.fr

http://www.tunisitri.net/

____________________________

 

salah karker
May 23, 2003 04:28PM
Oui, la réponse de Si Ahmed Manaï est calme est argumentée, et je le salue pour ça.

Touts les critiques que vous avez reprochées aux organisateurs de la rencontre du couvent d’Aix-La-Baume sont vraies et mérite attention et analyse. Si Ahmed, cette réunion est loin d’être le résultat d’un travail collectif de toute l’opposition, mais elle est le résultat d’un travail de gens souvent très loin de l’opposition tunisienne. Je me demande, qui parmi toutes les formations de l’opposition a participé aux travaux de préparation pour cette rencontre? Qui parmi eux a été consulté, même de loin, pour fixer son ordre du jour ou pour dresser la liste des invités? J’attends des réponses à ces questions.

Certains ont proposé le nom de Si Mondher SFAR, l’irréprochable, connu par tous pour son intégrité et son militantisme infatigable. La réponse qui a été donnée est : »Sfar est klaouthi, nerveux et il claque toujours la porte » !!!

D’autres ont proposé le nom de salah karker à mon insu bien sûr, la réponse de cette même personne était : »si on va inviter karker ennahdha va refuser d’assister, ainsi que d’autres aussi, en plus il est assigné à résidence » !!! Je demande à partir de ce forum au mouvement ennahdha, c’est vrai vous avez pris la décision de ne jamais assister à toute rencontre dans laquelle j’assiste? Si c’est vrai, il faut l’annoncer courageusement au peuple tunisien. Quant à moi, je ne crois pas qu’ennahdha a pris une telle décision. Personnellement, je n’ai aucun problème avec le mouvement ennahdha, qui reste toujours mon mouvement, ses bases sont mes frères comme toujours et je compte trop sur leur compréhension et leur soutien. Si problème existe, c’est avec certains de ses dirigeants illégitimes en fonction. Le dossier est loin d’être clos, celui qui le considère comme clos, il se trompe.

Venons à l’essentiel Si Ahmed, si on vous a chargé d’animer la commission de la corruption, ensuite on a changé d’avis, c’est parce que les ordre sont donnés du palais de Carthage de ne pas en débattre de cette question. Si Ahmed, on se connait très, très bien, vous un homme capable d’arriver à connaitre les vrais dessous des choses. Mettez l’accent sur cette question et vous allez arriver à ce que je viens de dire par vous même.

Si Ahmed, les dés sont trop pipés, il y a trop de chose derrière cette fameuse rencontre, ce n’est pas encore temps de rendre public tous les secrets.

Si je regrette quelque chose, c’est que certain militants patriote de bonne foi et irréprochables, ont été roulés dans la farine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :