1 commentaire

Offensive américaine sur Fallouja: Résistance acharnée et catastrophe humanitaire



Offensive américaine sur Fallouja :
Le point: Résistance acharnée et catastrophe humanitaire

09/11/04 et jours suivants

Sources : Aljazeerat.net/ Islamonline/agences


Traduit de l’arabe par Ahmed Manai

www.tunisitri.net

La puissante offensive américaine sur Fallouja est en train de causer une véritable catastrophe humanitaire. Des civils innocents meurent en l’absence de secours sanitaire à la suite du bombardement incessant et aux tirs des snipers embusqués sur les toits et dans les moindres recoins et qui tirent sur tout ce qui bouge.
Le Croissant rouge Irakien déclare que la catastrophe ne se limite pas à Fallouja mais menace de toucher d’autres villes à la suite de la fuite de 2200 familles au cours des derniers jours vers des localités avoisinantes. Ces derniers, meurtris par les bombardements survivent dans des conditions insupportables : sans eau, ni électricité ni médicaments.
Des habitants de Fallouja, joints au téléphone par Islamonline, racontent « les troupes américaines prennent pour cible tous les hôpitaux, les dispensaires et tirent sur les ambulances, ce qui rend impossible les secours des blessés civils. Ils ont déclaré que les morts jonchent les rues ou sont enterrés sous les décombres et ne peuvent être enterrés, par peur des bombardements.
Hassen Ali, chauffeur d’une ambulance à Fallouja déclare « Moi-même et mon ambulance sommes devenus la cible des troupes américaines. Je ne l’avais cru que lorsque j’ai été visé plusieurs fois par ces troupes et j’ai échappé par miracle.
Je suis réduit à ne pas utiliser l’ambulance mais plutôt une petite voiture pour accomplir mon devoir et transporter les blessés aux cabinets ouverts par certains médecins à la place des dispensaires bombardés. Les américains sont les ennemis de l’humanité.

Un médecin qui se présente sous le nom de Rafâa a déclaré « qu’il avait échappé à l’arrestation parce qu’il n’était pas à l’hôpital quand ce dernier a été occupé. Il dit essayer de cacher son identité de peur d’être arrêté ou tué. Il ajoute : j’ai ouvert une clinique dans mon domicile mais je manque de médicaments, de sang et de désinfectants et des conditions minima pour faire les opérations les plus simples.
Le Docteur Mohamed Sidki « il y avait un dispensaire au quartier des officiers que nous avons équipé pour utiliser dans l’urgence à la place de l’hôpital occupé par les américains, mais ces derniers l’ont bombardé et complètement détruit le 9/11/04 ce qui a laissé de nombreuses victimes y compris des médecins.
Les snipers : des bêtes sauvages :

Un témoin oculaire miraculeusement rescapé des bombardements décrit la situation : c’est une véritable catastrophe humanitaire et cela brise le cœur. Les corps jonchent le sol et les rues et personne ne peut les déplacer par peur des snipers embusqués sur les toits des maisons et qui tuent tout ce qui bouge. Ce sont des bêtes sauvages.
Emprisonnés dans les maisons :
Le couvre feu la nuit et les dangers le jour empêchent les gens de se hasarder dans les rues et c’est ainsi qu’ils se terrent chez eux.
Walid Khaled Rachid :, un habitant de la cité des Instituteurs à Fallouja déclare : ma famille nombreuse et mes moyens limités m’ont empêché de sorti de la ville, alors nous sommes tous terrés à la maison./. Il ne reste que peu de provisions et je ne sais pas ce que nous allons faire après. On n’a pas d’eau et pourtant l’Euphrate est juste derrière.
Aujourd’hui vendredi 12/11, l’aviation américaine a bombardé Mossoul, 3ème ville d’Irak, à la suite de sa libération par la résistance.
Des témoins oculaires affirment que la ville était entièrement entre les mains de la résistance dont les éléments assurent des patrouilles dans ses rues, à pied et en voiture.
Le journaliste Mohamed Noun a confirmé à Aljazeerat.net que les forces de police avaient évacué entièrement leurs postes, dont certains ont été incendiés par les résistants. L’armée d’occupation américaine a démenti pour sa part la réoccupation totale de Mossoul par la résistance et que ses forces affrontaient des rebelles.
Son porte parole a indiqué que « nos forces n’ont pas évacué la ville mais qu’elles s’étaient retirées de certaines positions pour faciliter aux habitants l’accès aux mosquées pour la prière du vendredi. Il a affirmé que les « rebelles » occupaient seulement la zone sud-ouest.
A l’instar de Mossoul de nombreuses villes du centre et du nord de l’Irak, telles Baakouba, Samarra, Remadi, Biji, ont connu ces 3 derniers jours de violents combats, dans une opération conjointe entre les résistants pour alléger le fardeau sur Fallouja.
Ainsi à Remadi, reprise depuis deux jours par la résistance, les forces d’occupation américaines ont bouclé les entrées Est et ouest de la ville. De durs affrontements s’y déroulent et l’on entend de très loin de fortes déflagrations. Des nuages de fumée sont visibles de très loin aussi.

Traduit de l’arabe par Ahmed Manai

www.tunisitri.net

Publicités

Un commentaire sur “Offensive américaine sur Fallouja: Résistance acharnée et catastrophe humanitaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :