1 commentaire

Le Canard Enchaîné: Un livre qui indispose l’Elysée, le Quai d’0rsay …y


Voici un livre (1) dont la parution indispose l’Elysée, le Quai d’Orsay et le ministère de l’Intérieur, où l’on entretient de bonnes relations avec le général Ben Ali. Sans oublier Frédéric Mitterrand, l’un des animateurs de la Saison tunisienne, une série de manifestations culturelles organisées jusqu’en juillet à Paris et dans plusieurs grandes villes.

Par S.M: 15 mars 1995

Voici un livre (1) dont la parution indispose l’Elysée, le Quai d’Orsay et le ministère de l’Intérieur, où l’on entretient de bonnes relations avec le général Ben Ali. Sans oublier Frédéric Mitterrand, l’un des animateurs de la Saison tunisienne, une série de manifestations culturelles organisées jusqu’en juillet à Paris et dans plusieurs grandes villes.
Son auteur Ahmed Manaï, un Tunisien arrêté en avril 1991, reconnaît avoir cédé sous la torture et avoué de banales rencontres avec des opposants du général Ben Ali. « C’est difficile à raconter, mais voilà, j’ai perdu ma dignité. Non, bien plus, j’ai perdu mon humanité. » Rescapé des « caves chantantes » du « ministère de la torture », Manaï publie un témoignage courageux, le terrible récit- mais non dénué d’humour- des nombreuses semaines qu’il a passées dans ce qu’il appelle le « jardin secret du président Ben Ali ». La première « séance de travail » a duré dix heures, pour un brouillon de lettre jamais expédiée à l’ancien premier ministre Mohamed Mzali.

Général décoré
C’est la Tunisie qu’on ne veut pas voir qu’Ahmed Manaï décrit. En vitrine : la mer, le sable fin des dépliants touristiques et le thé à la menthe. En 1989, Alain Poher, président du Sénat, décernait à Ben Ali le prix Louise- Michel des droits de l’homme. La « vierge rouge » a dû faire un tour complet dans sa tombe. Et comme le régime n’est pas à une hypocrisie près, le même Ben Ali a ratifié la Convention internationale contre la torture et les traitements dégradants.
Derrière le décor, le pain, dont le prix se maintient mais dont le poids diminue, « la légendaire couardise des hommes politiques tunisiens », la torture et son cortège de « faux suicides ». Enfin, comme l’a connu l’auteur, l’exil et l’angoisse d’éventuelles représailles sur sa famille.
Sous prétexte de lutter contre les intégristes, Paris cultive l’amitié d’un président « plus proche de Bokassa que de Hassen II », selon l’auteur. D’où la crainte que la parution d’un tel livre ne provoque, avec le général Ben Ali, une crise semblable à celle que connurent les relations franco- marocaines après la publication de « Notre ami le roi » par Gilles Perrault.
S.M. 15 mars 1995

———————–

Stéphanie Mesnier

Le Canard Enchaîné

Paris le 8 mars 1995

Cher monsieur,

Je vous remercie de votre livre, dont la lecture fut bouleversante. J’ai rédigé un article qui sera publié dans « le Canard » la semaine prochaine.
Stéphanie Mesnier « Supplice tunisien, le jardin secret du général Ben Ali« 

http://www.tunisitri.net/

Stéphanie Mesnier

Le Canard Enchaîné

Cher monsieur,

Je vous remercie de votre livre, dont la lecture fut bouleversante. J’ai rédigé un article qui sera publié dans « le Canard » la semaine prochaine.
Stéphanie Mesnier.

http://www.tunisitri.net/

Publicités

Un commentaire sur “Le Canard Enchaîné: Un livre qui indispose l’Elysée, le Quai d’0rsay …y

  1. « dénué d’humour » – hihihihi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :