Poster un commentaire

La Nation(Alger): Le livre du Tunisien Ahmed Manaï est d’un autre genre


SALIMA GHEZALI –
La Nation(Alger)- 15 avril 1995
Le livre du Tunisien Ahmed Manaï est d’un autre genre. C’est le récit d’un militant tunisien d’opposition, fonctionnaire international, qui a subi l’expérience de l’arrestation arbitraire, de la torture, de l’humiliation et du chantage pour ses idées politiques.


Il décrit l’itinéraire d’un homme qui est passé de l’espérance démocratique à celle de la torture, dans une relation ambiguë avec le pouvoir tunisien, les islamistes et l’opposition non islamiste.
C’est aussi un livre parfois drôle, souvent poignant et terrifiant, d’un homme qui subit ce qu’il redoute par- dessus tout : l’humiliation.

L’homme a eu un itinéraire assez normal pour son époque. Séduit par le nassérisme, le tiers-mondisme,
il est aussi séduit par la morale et l’éthique que véhicule l’islam. Par contre, il se dit « immunisé » contre le communisme.
Il connaît beaucoup de responsables politiques tunisiens, ministres, anciens ministres, hauts fonctionnaires et autres. En un mot, la nomenklatura tunisienne fait logiquement partie des fréquentations de ce technocrate qui s’absente longuement, dans le cadre de son travail quand il représente son pays auprès d’organisations
internationales.
En novembre 1987, lorsque Ben Ali dépose Bourguiba, le discours change. Une lueur d’espoir apparaît. Ahmed Manai » regarde faire, puis s’engouffre dans embellie démocratique qu’il croit percevoir. Il est donc candidat aux législatives de 1989, où il est battu. Mais ce n’est que le début. Car c’est par la suite que son aventure commence. L’auteur décrit dans le détail son arrestation, la torture qu’il a subie, les tentatives de s’en sortir, la manie des services de sécurité tunisiens et donne, tout au long de son livre, des informations précises sur les violations des droits de L’homme, sur les hommes morts sous la torture, sur le chantage exercé sur les familles des opposants, sur la manière dont le système tunisien traite la corruption et les islamistes. Humilié, brisé, Ahmed Manaï est finalement libéré, et il peut récupérer son passeport. Sa famille est gardée en otage. Elle réussit à quitter la Tunisie en passant clandestinement la frontière algérienne durant l’été 92, au moment où Belaïd Abdesselem est nommé Chef du gouvernement en Algérie.
On ne sait ce qui est le plus terrifiant dans ce livre. Est-ce la volonté de son auteur de ne pas se présenter comme un héros, mais comme un homme ordinaire, un homme qui peut être vaincu, par la douleur et la torture ? Est-ce le chantage et les arrestations dont ont été victimes ses enfants mineurs ? Est-ce les révélations sur la pratique de la torture ? Ou encore est-ce le pouvoir qui a un « système » de se montrer sous un visage honorable ? Est-ce la capacité d’oubli, de myopie des pays occidentaux, de passer sous silence un pays pris comme modèle ?
Sur ce terrain, la Tunisie sait y faire, il n’y a pas de doute. Pays de tourisme, elle est le refuge des stars de la politique et du show-business, de Bettino Craxi à Frédéric Mitterrand, le nouvel admirateur de Jacques Chirac, en passant par une multitude de personnages aussi inconsistants que complices.
Au passage aussi, on note toutes les similitudes politiques entre l’Algérie et la Tunisie. Et on découvre que le mot « éradication » est aussi chez nos voisins. Que, aussi, il y a le même débat sur la nécessité de traiter ou non avec les islamistes. Et aussi même crainte sur la nature de ces islamistes, sur leur volonté ou non de respecter la démocratie. On découvre aussi le même système qui pousse des hommes politiques de valeur au silence, comme c’est le cas pour Hedi Baccouche l’ancien ambassadeur à Alger, ancien Premier ministre qui avait accompagné le mouvement de Ben Ali avant de se retrouver lui aussi à la marge. L’auteur nous rappelle aussi que l’ancien Premier ministre, Mohamed Mzali, avait quitté la Tunisie en franchissant, clandestinement la frontière algérienne après avoir été limogé.
Que dire aussi de la veulerie des avocats et médecins, des défenseurs présumés des droits de l’homme, et des trafics en tout genre dans lesquels sont mêlés les membres; de la nomenklatura ? Cela va jusqu’au frère du président Ben Ali, mêlé à une affaire de drogue et condamné à dix ans de prison, par défaut par un tribunal parisien. Que dire sur les faux procès, les fausses accusations, sur les mille et une manières de transformer un procès politique en une accusation de trafic de drogue dont on est victime parce qu’on a eu des contacts avec des opposants 7
Gilles Perrault, qui préface le livre d’Ahmed Manaï, écrit que « ce qui fait la force de ce livre, c ‘est sa sincérité. Le mondé étant « ce qu’il est, innombrables sont les récits de torture. Rares sont ceux qui atteignent à l’authenticité de celui-ci Encore plus rares ceux qui nous initient à la relation énigmatique, incompréhensible de l’extérieur, qui s’établit entre tortionnaire et torturé, l’un comme l’autre victimes du système répressif et, au bout du compte, dépouillés, l’un comme l’autre, de leur dignité ».
L’auteur du fameux Notre ami le roi ajoute que « l’Union soviétique désintégrée, le ‘péril intégriste a pris le relais. L.a sauvagerie des moyens se trouverait justifiée par la légitimité de la fin : enrayer la montée en puissance d’un intégrisme religieux menaçant de submerger le monde musulman « . Pour Gilles Perrault; « il faut crier inlassablement cette évidence partout et toujours, répression et corruption sont les deux .mamelles de l’extrémisme; •Soutenir Hassan II ou Ben Ali, c’est plus qu’un crime, une faute ».

SALIMA GHEZALI –
La Nation(Alger)- 15 avril 1995

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :