1 commentaire

Le cas de Fayçal Barakat dans « Supplice Tunisien », mars 1995


faysal-barakat

 

«Accident de la circulation2»
«Fayçal Barakat, vingt-cinq ans, étudiant en mathématiques et en physique à l’université de Tunis, était un membre bien connu d’Ennahdha et de l’Union générale tunisienne des étudiants (UGTE), syndicat interdit en 1991.

«Accident de la circulation2»
«Fayçal Barakat, vingt-cinq ans, étudiant en mathématiques et en physique à l’université de Tunis, était un membre bien connu d’Ennahdha et de l’Union générale tunisienne des étudiants (UGTE), syndicat interdit en 1991.

Dans une interview à la télévision, il avait condamné la réaction du gouvernement aux événements du 8 mai 1991. Ce jour-là, plusieurs étudiants auraient été tués ou blessés à la suite de heurts avec les forces de police. Ce jeune homme, passé ensuite à la clandestinité, avait été jugé par défaut et condamné à six mois d’emprisonnement pour, entre autres chefs d’inculpation, appartenance à une organisation interdite.
« Au début d’octobre 1991, son frère, Jamel Barakat, a été arrêté par la police qui souhaitait peut-être faire pression sur lui pour qu’il se rende. Fayçal Barakat a été interpellé à Nabeul, entre le 8 et le 10 octobre 1991, à l’endroit où il se cachait avec quatre autres personnes, et placé en détention au secret. Sa famille a apparemment été informée le 17 octobre par les autorités tunisiennes qu’il était mort des suites d’un accident, sans qu’aucune explication ne soit fournie. Le certificat médical délivré par l’hôpital de Nabeul le 11 octobre 1991 indique que l’examen du corps d’un inconnu a révélé la présence d’une commotion et de contusions sur différentes parties du corps, notamment les genoux et la plante des pieds. Il est également indiqué qu’il avait l’estomac vide.
« Jamal Barakat a été maintenu en détention après la mort de son frère, apparemment pour dissuader sa famille de contester la version officielle de la mort de celui-ci. Sadok Chaabane, conseiller présidentiel pour les droits de l’homme, a déclaré aux représentants d’Amnesty International, qui se sont rendus en Tunisie en décembre 1991, que le père de Fayçal Barakat avait admis que son fils était mort dans un accident de la circulation.

«Des témoins oculaires ont indiqué par la suite à Amnesty qu’ils avaient vu Fayçal Barakat au poste de police de Nabeul avant sa mort. Selon leurs dires, quand il y avait été amené le 8 octobre, il était clair qu’il avait déjà été torturé : il aurait été torse nu et ligoté, avait des contusions sur le visage et les yeux en sang. Il aurait été emmené dans le bureau du responsable. Plusieurs personnes qui se trouvaient dans le couloir, et notamment un groupe d’une trentaine de détenus, ont affirmé avoir entendu pendant quatre à cinq heures des cris et des bruits évoquant un passage à tabac. Le corps de Fayçal Barakat, apparemment sans vie, a ensuite été abandonné dans le couloir. Selon un témoin, il était déformé et se trouvait dans la position du « poulet rôti ». Les policiers l’ont aspergé d’eau. Ses codétenus, qui n’avaient pas été autorisés dans un premier temps à lui venir en aide, ont pu ensuite le porter sur une chaise. Des médecins ont été appelés une demi-heure plus tard. Les codétenus de Fayçal Barakat ont appris quelques jours plus tard qu’il était mort. »
Amnesty fera par la suite expertiser le rapport d’autopsie établi par les médecins tunisiens par un médecin légiste britannique de l’université de Dundee. Celui-ci conclut que la mort était causée par l’« introduction d’un objet tranchant de 15 cm de long dans l’anus de la
victime ».
P 235-236
Supplice Tunisien. Le jardin secret du général Ben Ali, Préface de Gilles Perrault
Éditions La Découverte- Mars 1995 Paris

ahmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :