Poster un commentaire

Ahmed Amri: Ahmed Loghmani, l’inaltérable cœur sur une lèvre


ahmed_loghmani

Merci à Ahmed Amri pour ce magnifique hommage à un Grand poète

 

 

Tunisie: politique et culture

A. Amri
lundi 18 avril 2016
Ahmed Loghmani: l’inaltérable cœur sur une lèvre
Il a connu la gloire, les honneurs, les hautes fonctions, la récompense du mérite. Puis le vent a tourné.

Ahmed Loghmani
Durant 24 ans, pour avoir été l’indéfectible ami de Bourguiba, il a éprouvé ce que les ci-devant en France avaient subi au lendemain de la Révolution de 1789. Il avait un café à Tunis, on lui en a confisqué la patente. Ne pouvant le rouvrir, il fut contraint de le vendre. A moitié prix1. Il avait un manuscrit2 en attente de permis de publication, on lui a refusé le permis. Et ses écrits, sa poésie, son nom, autrefois incontournables dans les pages culturelles des quotidiens, et dans les revues littéraires, sont devenus du jour au lendemain tabous, blasphèmes.

Il était manifeste que le dictateur voulait sa mort. A défaut de le voir, délié de ses vieilles attaches, repenti de son bourguibisme inconditionnel, en commerce avec lui. Car derrière cette hargne, outre la fin de non recevoir opposée à Carthage qui, à travers son ministre de la culture, téléphonait, invitait, sollicitait les faveurs du poète3, un pamphlet, et marquant le début des années de braise4, contre Zin al-Arab5. Zin al-Arab qui voulait faire du Zarati6 le chantre du 7 Novembre, et «l’ingrat Zarati» crachait sur la main providentielle. Un autre à sa place, au premier clin d’œil gracieux de Ben Ali, aurait fait exploser de youyous sa gorge. Avant d’accourir baiser, avec la plus extrême dévotion, la main et les bottes de la grâce. Lui, il a tout simplement dit non. Sans même juger nécessaire de dire cela avec courtoisie. Et comble du kufr, il osait attaquer par une satire mordante Zin al-Arab! Carthage n’a rien ménagé pour lui faire regretter un tel affront. Mais c’était méconnaître la trempe du poète. Et l’indéfectible lien qui l’attachait à Bourguiba et le faisait mépriser si fort Ben Ali. Bourguiba l’ami, le frère ainé, le « ci-devant n°1» qui fut un monument, enfermé dans sa villa-prison de Monastir, injurié par l’un de ses anciens laquais, et avec la bénédiction de tant et tant de félons.

ahmed jeuneMokhtar Loghmani
Le poète n’était ni de la race prostituable ni des plumes achetables. A ce propos, beaucoup de Tunisiens de la vieille génération se sont longtemps mépris sur son compte. Et quoique lui reconnaissant la force du vers classique, la verve étourdissante, l’esthétique irréprochable, ils lui en voulaient d’avoir été le tribun immodéré du bourguibisme. Même son neveu Mokhtar, pourtant sorti de l’école « Houat Al-Adab »7, ne l’a pas ménagé là-dessus8. Toutefois Mokhtar savait, en poète engagé d’abord, en professeur d’arabe9 autant qu’en littérateur averti, que « l’âme damnée» de son « Étoile polaire »10 n’était pas un vulgaire thuriféraire du pouvoir. Il savait que son oncle était à Bourguiba, toutes proportions gardées, ce que furent H̩assan ibn T̠habit au Prophète, Al-Moutanabbi à Seif-addaoulat, Aimé Césaire à Senghor, Pablo Neruda à Allende. Entre autres. S’il avait chanté, en toute occasion, les luttes et les mérites du Combattant-Suprême, c’était non par arrivisme, non par khobsisme comme diraient les Tunisiens, mais il l’a fait en militant sincère et convaincu, en bourguibiste engagé. Et chaque vers, chaque syllabe, chaque lettre dédiée à son ami sortaient droit de son cœur. Un cœur sur une lèvre11, comme le dit si bien le titre de son premier recueil de poésie. Mokhtar, politiquement d’une tout autre couleur, savait cela. Et si la politique, l’idéologie, l’âge, les formes d’écriture, séparaient nettement leurs poésies respectives, le cadet n’a jamais désavoué le sang. L’oncle non plus, d’ailleurs, qui a pleuré son petit neveu parti à la fleur de l’âge, à travers un poème ayant pour titre «Atroce ! le crépuscule des croissants».

le croissant s’est évanoui
à peine émergé de la masse noire
pour annoncer la nouvelle lunaison
l’éphémère avait respiré
et ce fut un parfum étincelant
une lumière qui embaume
et un flambeau à l’horizon12

Son amitié avec le premier président de la Tunisie indépendante fut la conséquence d’un coup de cœur bourguibien pour l’un de ses poèmes, entendu à la radio13. Apparemment, il s’agirait de l’un des premiers poèmes dédiés à sa terre natale Zarat14. Grand mordu de poésie, Bourguiba a demandé aussitôt à voir l’auteur. Et dès la première rencontre, une amitié sans fin va unir les deux personnages, que les années-mêmes de l’infortune commune n’ont pu que fortifier. Dans sa villa-prison, le président déchu n’avait droit qu’à de rares visites. Même la correspondance avec ses proches et ses amis lui était interdite. Et le poète figurait en tête de la liste rouge. Bourguiba avait beau crier, beau écrire au procureur de Monastir, demandant à être sorti de sa geôle ou jugé, jugé pour donner quelque sens à l’absurde de sa condition, ses requêtes sont restées lettres mortes.

Le 6 avril 2000, la mort a daigné accorder au prisonnier de sa villa la délivrance. La télévision nationale qui a consacré à la nouvelle un flash d’à peine deux minutes a poursuivi ses émissions ordinaires comme si de rien n’était. Et les Tunisiens, médusés, n’imaginaient pas encore ce que leur réservait le lendemain, jour d’enterrement. Alors que de nombreux chefs d’États étrangers étaient venus pour rendre un dernier hommage à Bourguiba, que des millions de citoyens s’étaient rivés de bon matin à leurs télés pour suivre les funérailles, la télévision, elle, jugea plus sensé d’honorer le mort en rappelant aux vivants les acquis du 7 Novembre. Poussant jusqu’au bout son cynisme, Ben Ali avait donné l’ordre de ne pas transmettre les obsèques de Bourguiba.

Le poète, alors âgé de 88 ans, n’a pas pleuré depuis bien des années. Ce jour-là, à la faveur de cette dernière injure à Bourguiba il a retrouvé sa fraîcheur émotionnelle. Pleurant l’ami, le frère aîné, certes, mais bien plus de l’oppression qui ne pouvait plus se faire comprimer. Comment pouvait-on gratifier ainsi Si Lahbib15: celui qui a tout donné à la Tunisie, les plus belles années de sa jeunesse, 25 ans entre prisons internes et externes, déportations et exils16, celui qui a sillonné l’Orient et l’Occident pour plaider la cause de son pays, celui qui a fini par obtenir gain de cause et, devenu président, tablant sur l’enseignement comme atout majeur du développement, a fait de la Tunisie un pays moderne ? Comment priver dans son cercueil un tel homme de l’ultime honneur, certes, symbolique, mais inscrit comme devoir national dans les protocoles de tous les États ?Un tel coup lâche de Ben Ali, le poète en fut marqué pour la vie. Sans compter que les derniers vœux du défunt, l’oraison funèbre dont il a confié la charge depuis de longues années à son ami le poète, n’ont pas été exaucés.

Le 7 avril 2000, Ahmed Loghmani ne fut même pas autorisé à assister à l’enterrement de son ami. Ce qui ne l’a pas empêché de s’acquitter comme il se doit de la charge qui lui a été dévolue.

Seigneur tu fus, Seigneur tu resteras
le peuple a oublié ou feint l’oubli
à quoi bon les griefs ou les rappels
mais où sont les acclamations
en tout lieu retentissantes ?
où sont, tonitruants, les vivats ?
où sont « nous te sommes hosties
à toi notre sang et notre vie » ?
où sont les timbaliers et leurs timbales
les hautbois et leurs chalemies ?17

En janvier 2014, les Tunisiens ont chassé Ben Ali. Quoique marqué par la maladie d’Alzheimer, quand il a appris cela, Ahmed Loghmani a eu les yeux illuminés d’un vif éclat. Pour la jeunesse qui a réalisé l’exploit, il a ressenti un immense bonheur18. Quant aux torts subis à titre personnel et familial, cela faisait un bon bout de temps que, la maladie aidant, il n’y pensait plus.

Le 19 avril 2015, après un long combat contre la maladie, Ahmed Loghmani s’est éteint à l’âge de 92 ans. Dans la sérénité, au milieu de ses 5 enfants et sa femme, dans sa maison à Cité Annasr (Tunis). Il a été inhumé le lendemain dans sa terre natale, Zarat, à côté de son neveu Mokhtar Loghmani.

Le cimetière où les deux poètes reposent est à mi-chemin entre la belle plage de la ville et sa non moins belle oasis. Écoutons ce que dit de cette belle amante son achoug:

Oh, m’amie ! ma douce oasis ! quel picaro j’étais !
Je soupirais, étourdi, après des chimères
J’ai musé des années tissant mes illusions
Pour en faire une belle burda pas à ma taille
J’ai battu les chemins, scruté les horizons
Sollicitant un sein comme le tien qui m’abreuve
Mais nulle part, jamais, à l’étau de tes bras
Je n’ai trouvé d’égal et d’aussi chaud, jamais
Ni palmier qui émousse comme le tien la canicule
Ni eau de roche plus limpide que ta source
Ni d’autre bouclier contre l’adversité
Comme la fratrie nourrie à ton lait de palme19

Ahmed Amri
18.04.2016

=== Notes ===

1- في بيت الشاعر الكبير أحمد اللغماني – Achourouk du 11.03.2011

2- Ibid. Le manuscrit a pour titre عواصف الخريف Tempêtes d’automne.

3- Ibid.

4- Écrit en 1991, le poème يا نازح الدار [Ô toi le transmigré] a bénéficié d’une large diffusion sur les campus universitaires surtout, la censure qui frappait le poète ne permettant pas sa publication par les médias écrits.

5- En arabe زين العرب , littéralement « Beauté des Arabes », surnom donné par Yasser Arafat à Zine el-Abidine Ben Ali.

6- Gentilé des habitants de Zarat dont Loghmani est natif.

7- هواة الأدب , littéralement « Amateurs de littérature » était une émission de radio hebdomadaire dédiée aux auteurs en herbe, que Ahmed Loghmani a co-animée tour à tour avec Mokhtar Hchicha, Adel Youssef et Abdelaziz Kacem.

8- Dans son poème Hafryaton fi jassedin arabi حفريات في جسد عربي (Fouilles dans un corps arabe), on devine à qui s’adresse au juste le jeune poète quand il écrit:
« كلماتك حمرا » قال
فما لـَوْنُ دمي؟
« Tes mots, dit-il, sont rouges ! »
Mais quelle est la couleur de mon sang ?

9- De la vie qu’il a traversée vie en météorite, Mokhtar n’a pu donner à l’enseignent que deux mois, hélas.

10- Ya najmna attalîî يا نجمنا الطالع , littéralement Ô notre étoile ascendante, titre d’un poème dédié à Bourguiba, mis en musique par Chedhli Anouar et chanté par Naâma.

11- En arabe: قلب على شفة، تونس -الدار التونسية , 1966. STD, Tunis, 1966.

12- Le poème hommage a été publié dans Assabah du 20 janvier 1977.
فظيع أفول الأهلّة
توارى الهلال ولم يتبرّج سوى بعض ليله
على مطلع شفقيّ البساط
تنفست اللمحات المطلّة…
فكانت عبيرا مشعّ
وكانت ضياء يضوع
وكانت على الأفق شعلة

Source: http://almoktar1963.blogspot.com; page.

13- في بيت الشاعر الكبير أحمد اللغماني – Achourouk du 11.03.2011.

14- Il m’a été impossible de vérifier cette information que je tiens de l’un des neveux du poète. La merveille de facture qui n’a pas laissé indifférent Bourguiba serait «زاراتُ» إني قد أتيتُكِ ذاكرًا عهد الصبا , Zarat, je suis venu à toi, évoquant ma prime jeunesse.

15- Si, en arabe سي , est l’abréviation de sayed سيد (monsieur, seigneur) qui a donné « Cid » en espagnol et en français (Le Cid de Corneille), séide aussi, quoique le sens français ait été « corrompu » par Voltaire, ici titre d’un recueil dédié à Habib Bourguiba.

16- Bourguiba a été emprisonné au pénitencier de Téboursouk, puis au Fort Saint-Nicolas de Marseille, ensuite à la prison Montluc à Lyon, enfin au Fort de Vancia dans le département du Rhône. Il a été déporté également au Sud tunisien (3 ans à Bordj le Bœuf), puis à Tabarka, à La Galite et à l’île de Groix.

17- Extrait reconstitué à partir du texte oralisé dans l’émission de télé اليوم الثامن Al-Yawm atthamen [littéralement, Le 8e jour] sur Al-Hiwar Attounsi TV.

18- في بيت الشاعر الكبير أحمد اللغماني – Achourouk du 11.03.2011.

19- Le poème intégral dans sa version arabe et traduite sur ce blog.

Sur ce blog, voir aussi:
L’étreinte de l’oasis de Ahmed Loghmani (traduction)

Publié par Ahmed Amri à 11:01
Réactions :
Envoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest
Libellés : Ahmed Loghmani, Ben Ali, ci-devant, Habib Bourguiba, le 7 Novembre, Mokhtar Loghmani, Un cœur sur une lèvre, Zarat
2 commentaires:

Tounes Thabet18 avril 2016 à 13:23

Un magnifique hommage rendu à un poète maudit par un dictateur. Ahmed Amri fait un devoir de réhabilitation d’une voix vive qui a chanté cette terre.
Répondre
Réponses
Ahmed Amri18 avril 2016 à 14:06

Merci infiniment pour ton soutien Tounès. Je regrette de n’avoir pu me procurer le pamphlet de feu Loghmani pour en traduire un extrait. Je promets toutefois de faire de mon mieux pour étoffer la page Loghmani sur Wikipédia et en créer une pour Mokhtar.
Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :