Poster un commentaire

Dan Gertler, le Monsieur Afrique d’Israël ou comment l’Etat hébreu pille notre continent (I)


Dan Gertler D R
Dan Gertler, le Monsieur Afrique d’Israël ou comment l’Etat hébreu pille notre continent (I)
Par Mohsen Abdelmoumen

L’Israélien Dan Gertler. D. R.
Samedi 15 février 2014

 


Dossier

Dan Gertler, le Monsieur Afrique d’Israël ou comment l’Etat hébreu pille notre continent (I)
Par Mohsen Abdelmoumen

L’Israélien Dan Gertler. D. R.
Samedi 15 février 2014
L’enquête qui suit met en lumière les dégâts occasionnés par le centre impérialiste du capitalisme et du sionisme sur la périphérie livrée à tous les fléaux ravageurs tels que les guerres ethniques, le pillage des ressources, l’esclavage, les massacres et autres calamités, et où sévit le fanatisme sous ses différents aspects, profitant de la fébrilité sentimentale des populations laissées dans l’ignorance, handicap majeur pour l’épanouissement d’un projet viable de prospérité et de modernité, non seulement pour l’Afrique, mais pour toute la planète.

Le personnage-clé de notre enquête, qui représente le centre décisionnel par excellence dans le continent africain, ou l’homme sans qui rien ne peut se faire, est l’Israélien Dan Gertler. Pour la plupart des citoyens du monde, ce nom n’évoque rien. Dotés de pragmatisme et d’une ruse inégalable, les agents de l’entité sioniste sont à la pointe de la domination capitaliste et ne s’embarrassent d’aucun scrupule, étant très loin de nos petits sentiments, qu’ils soient religieux ou idéologiques. Ils nous plongent dans la tourmente de nos échecs dus, entre autres, à notre naïveté indécrottable qui n’a jamais réussi à se transformer pour atteindre un stade de réflexion mature et stratégique. Nous sommes manipulés par ces forces obscures qui connaissent bien nos faiblesses alimentées par notre fibre religieuse et nos différents affects.

Deux mondes, deux visions parallèles, cohabitent pour le bonheur de quelques-uns et le malheur de la plupart des autres. Pendant ce temps, les forces sionistes ont mis en place un véritable plan de mise à sac du continent africain et de la planète. Le sioniste Dan Gertler est le pur produit de ce système capitaliste dominateur qui a ravagé l’Afrique et perverti le monde.
Qui est Dan Gertler ?
Son grand-père, Moshe Schnitzer, était appelé «Monsieur Diamant». Arrivé de Roumanie en Israël en 1934, il avait rejoint l’organisation paramilitaire Irgoun, milice sioniste ultranationaliste, qui a commis des actes de terrorisme pour créer l’Etat israélien. Dans les années 1950, Schnitzer a joué un rôle majeur dans le commerce afro-israélien du diamant avec son entreprise Schnitzer-Greenstein. Il a ensuite fondé la bourse du diamant à Tel-Aviv en 1960, qui est devenue l’une des plus grandes bourses mondiales de diamants ; elle a exporté en 2013 plus de 9 milliards de dollars de pierres brutes et polies. Le commerce des bijoux en diamant aux Etats-Unis dépasse les 30 milliards de dollars par an, et 99% de tout ce qui n’est pas synthétique ou artificiel implique les diamants du sang et les syndicats du crime organisé. Israël achète plus de 50% des diamants bruts du monde, et les Etats-Unis acquièrent les deux tiers de ceux-ci.

En Israël, les usines de diamant sont situées dans Nethanya, Petah Tikva, Tel-Aviv, Ramat Gan, Jérusalem et d’autres villes à travers le pays, mais la plupart des bureaux sont à Tel-Aviv, dans le quartier financier de Ahad Ha’am Street. Le père de Dan Gertler, Asher Gertler, et son oncle, Shmuel Schnitzer, géraient l’entreprise familiale d’origine. Shmuel est président de la bourse du diamant d’Israël et co-fondateur du Conseil mondial du diamant, cette dernière organisation consacrant plus d’argent pour promouvoir la fausse image de diamants «sans conflit» qu’elle n’en dépense pour aider les peuples spoliés ou brutalisés par l’industrie diamantifère.

Dan Gertler, né en 1973, est réputé comme étant un aventurier brutal, peu sociable et très religieux, effectuant régulièrement des pèlerinages auprès du rabbin David Abuhatzeira de Nahariya, au nord d’Israël, dans le but de le consulter et de recevoir sa bénédiction. Notons que l’ancêtre d’origine marocaine de ce rabbin a été l’un des leaders du transfert de la communauté juive marocaine vers Israël. Père de neuf enfants, Gertler est établi en Israël, mais passe le plus clair de son temps en Afrique où il surveille ses nombreux intérêts. Il a fondé le groupe d’entreprises Dan Gertler International (DGI) en 1996. Dès 1997, il était déjà impliqué dans un plan d’achat de diamants au Libéria et en Sierra Leone, en échange d’une formation militaire et de livraisons d’armes. A l’heure actuelle, il possède un réseau complexe d’une multitude de sociétés interconnectées, basées dans des paradis fiscaux et implantées en Afrique, en Inde, en Russie, en Belgique et aux Etats-Unis. Elles sont impliquées dans le commerce du diamant, du cuivre, du cobalt, de l’or, du minerai de fer, du pétrole, dans l’immobilier, l’agriculture, l’huile et la banque, avec leurs corollaires inévitables : l’esclavage, le trafic d’armes et de drogue, l’incitation et le financement des guerres en Afrique, des coups d’Etat, des dictatures et le blanchiment d’argent. Juif ultra-orthodoxe dans une famille plus libérale sur le plan religieux, il a rencontré Joseph Kabila par l’entremise du rabbin de la communauté Habad-Loubavitch de Kinshasa. Devenu ami intime de Joseph Kabila, Gertler était aussi très proche de son ex-conseiller et financier, Augustin Katumba Mwanke, décédé dans un accident d’avion en 2012 dans des circonstances non encore élucidées. Mwanke avait convaincu Kabila de nommer l’Israélien en qualité de consul honoraire du Congo-Kinshasa à Tel-Aviv. Ancien gouverneur du Katanga, Mwanke était aussi directeur d’Anvil Mining Australie, détentrice de 90% des actions de Anvil Mining Congo Sarl qui exploite un gisement de cuivre et d’argent à Dikulushi, dans le district du Haut-Katanga et rachetée en 2011 par Minmetals Resources (Chine). Notons qu’un groupe d’experts de l’ONU réuni en 2002 avait cité Mwanke pour les ventes d’armes illégales et le pillage du Congo : Mwanke négociait l’achat d’armes par des banques belges et la société minière de la RDC, Miba. Mwanke effaçait personnellement 1 000 000 $ par jour à travers ses participations dans Katanga Mining et aurait été à l’origine du retrait au canadien First Quantum de ses actifs de Kolwezi pour les revendre aux sociétés de Dan Gertler.
Un constat effarant
Les activités congolaises de Gertler ont été pilotées par le Belge Pieter Deboutte, entouré de Piyush Shukla et des Congolais Yves Kabongo et Robert Mampuya. Associé avec un autre Israélien controversé, Beny Steinmetz, comme lui fils d’une grande famille diamantaire, Dan Gertler a racheté en 2006 des exploitations de cuivre de Kananga et Tilwezembe, au Katanga, rassemblées au sein de la société Nikanor, qu’ils ont introduite sur le marché alternatif londonien. Les deux hommes d’affaires ont également repris la Banque internationale de crédit (BIC, cinquième établissement de la RDC), avant de la revendre au nigérian First Bank en 2011. Via une autre société immatriculée aux îles Vierges britanniques, Dan Gertler a aussi fait une incursion dans le secteur pétrolier en acquérant les licences d’exploration de deux blocs sur le lac Albert, associé cette fois avec le Sud-Africain Khulubuse Zuma, neveu du président Jacob Zuma. Naturalisé congolais, Gertler, dont la fortune est estimée à 2,2 milliards de dollars selon Forbes, est propriétaire d’une villa luxueuse à Lubumbashi, la capitale du Katanga, grande province du sud du Congo, et offre des repas casher à ses invités. Chaque repas arrive par avion privé de Kinshasa. Le jet d’affaires spécial qui transporte les repas sur quelques centaines de miles coûte au Congo quelque 23 000 dollars par voyage. Or, le revenu moyen des citoyens congolais – quand ils survivent – est d’environ 139 euros (chiffres 2010), 70% de la population souffrant de malnutrition, tandis que de vastes étendues du pays sont toujours sans électricité ni eau courante.

Sous la direction des patrons blancs, la terre est volée au peuple congolais, les grèves sont écrasées par les forces des sociétés de sécurité partenaires des entreprises, et les surveillants noirs arrêtent et torturent les voix de l’opposition qui disparaissent systématiquement. Chacun sait que la CIA, le Mossad, les grandes compagnies minières, les financiers retors et les trafiquants d’armes agissent dans l’ombre sans que les médias occidentaux n’en parlent. Le constat est pourtant effarant. Rien qu’au Congo, 1 500 personnes sont tuées et 1 000 femmes sont violées chaque jour, on compte 2 millions de déplacés, et 5 à 8 millions de personnes ont été massacrées depuis 1996, selon les chiffres de l’IRC (International Rescue Committee) et de l’ONU. Alors que les Africains sont les victimes d’un génocide perpétuel, les massacreurs se cachent derrière l’Histoire et se plaignent d’être les persécutés, prétendant qu’ils sont les sauveurs.
Dan Gertler se plaît d’ailleurs à déclarer qu’il mérite le prix Nobel pour ses œuvres caritatives et continue à offrir des repas casher ramenés de Kinshasa à ses invités, avec la bénédiction du rabbin Chlomo Bentolila, grand prêtre du Chabad de l’Afrique centrale. Rabbi Chlomo Bentolila est le rabbin de Kinshasa depuis 1991 et il a survécu au terrorisme de Mobutu Sese Seko grâce à sa collaboration avec lui. Il est membre de la Chabad Lubavitch, et émissaire du réseau mondial basé à Brooklyn, sa femme Miriam étant la sœur de rabbi Mena’hem Hadad, grand prêtre à Bruxelles. Dan Gertler invite souvent des gens au Congo pour des rituels sacrés juifs, comme pour le bar-mitsva en juin 2005 du fils du rabbin Bentolila, et dont les invités sont venus sur des vols spéciaux d’Israël, de New York et de Bruxelles. La réception a eu lieu dans le luxueux hôtel Memling. Joseph Kabila a envoyé une délégation importante, mais n’y a pas assisté, chargeant ses plus proches conseillers de lui adresser une bénédiction en son nom. Les intérêts israéliens sont préservés en partie grâce à l’appui du Comité de la communauté juive de Kinshasa, étroitement liée avec la structure du pouvoir à Kinshasa en vue d’exercer une influence et d’assurer le contrôle de la paix israélo-anglo-américano-belge et leurs intérêts sur la scène géopolitique. En juin 2007, la communauté israélite de Kinshasa a reçu la visite de l’ambassadeur israélien Yaakov Revah, directeur du département Afrique du ministère israélien des Affaires étrangères. Revah a également voyagé à Lubumbashi pour des réunions avec Dan Gertler et ses agents, y compris Moïse Katumbi Chapwe, le gouverneur du Katanga, où ils ont bénéficié d’une belle réception avec, toujours, le repas casher de 23 000 dollars envoyé de Kinshasa. La communauté israélite de Kinshasa entretient des relations politiques très intimes avec le parti PPRD, le Parti de la République populaire pour la reconstruction et la démocratie, de Joseph Kabila. Le 1er mars 2006, lors d’une cérémonie officielle, le président de la communauté israélite de Kinshasa, Ashlan Piha, a reçu la médaille du Mérite civil du Congo. Dan Gertler est proche de politiciens israéliens, notamment Avigdor Lieberman, chef du parti d’extrême droite Israël Beytenou, et son comparse diamantaire Beny Steinmetz est, quant à lui, un ami d’Ehud Olmert. Ami inséparable de Gertler, Chaim Leibovitz est également très proche de Lieberman, et est un visiteur régulier dans les bureaux du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Steinmetz est considéré comme l’un des milliardaires les plus importants en Israël et est impliqué dans de sombres affaires de corruption et de versements de pots-de-vin notamment en Guinée qui lui valent une enquête extérieure du FBI. Le groupe Steinmetz, qu’il contrôle avec son frère Daniel, est l’un des plus gros clients du syndicat du diamant De Beers. Steinmetz est également impliqué dans un conglomérat israélien de l’immobilier dont les investisseurs sont les milliardaires israéliens David et Simon Reuben, ainsi qu’Olayan Group, une société d’investissement d’Arabie Saoudite très liée à Bechtel Corporation, cette dernière ayant obtenu de manière douteuse les contrats pour la reconstruction de l’infrastructure civile de l’Irak après l’invasion américaine. Parmi les partenaires internationaux du groupe saoudien, on trouve AlphaGraphics, BP Solar, Crédit Suisse, Carrefour, HSBC, JP Morgan, Chase Manhattan, Coca-Cola, Bechtel, Morgan Stanley, Goldman Sachs, Kimberly-Clark, Sama Airlines, Colgate-Palmolive, CS First Boston, Toshiba, Xerox, Burger King, Kraft Foods, Baxter International, Occidental Petroleum, Cardinal Health, Scania AB, etc.
Mohsen Abdelmoumen
Demain : Dan Getler, Haïm Leibovitch et Condoleeza Rice : la prédation sous le couvert de la religion et de la diplomatie

http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.150214.htm/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :