1 commentaire

Conflit au Moyen-Orient: L’arche d’alliance et l’option Samson


alsaoud sionisme

 
Conflit au Moyen-Orient: L’arche d’alliance et l’option Samson

 

Le rapprochement stratégique entre l’Arabie Saoudite et Israël confirme l’arche d’alliance conclue dans le plus grand secret entre les dirigeants du Likoud et la faction la plus extrémiste de la dynastie des Al-Saoud. Ces derniers en sont à rechercher à activer l’option Samson: se doter de l’arme nucléaire via des pays clients comme le Pakistan.

Wissem Chekkat
Samedi 23 Novembre 2013

Conflit au Moyen-Orient: L’arche d’alliance et l’option Samson

Wissem Chekkat
Samedi 23 Novembre 2013

Le rapprochement stratégique entre l’Arabie Saoudite et Israël confirme l’arche d’alliance conclue dans le plus grand secret entre les dirigeants du Likoud et la faction la plus extrémiste de la dynastie des Al-Saoud. Ces derniers en sont à rechercher à activer l’option Samson: se doter de l’arme nucléaire via des pays clients comme le Pakistan.

D’un point de vue interne, cette alliance n’a rien de contre-nature mais parait plutôt logique. Les Sionistes et les Wahhabites redoutent par dessus tout les extrémistes chrétiens américains pour lesquels le Judaïsme et l’Islam sont les pires hérésies qui puissent exister sur terre…En second lieu ils ont en commun un ennemi dont les visées régionales ne sont plus une vue de l’esprit, l’Iran de l’Ayatollah Khamenei et en troisième lieu, Saoudiens et Israéliens sont résolument hostiles à ce qu’ils perçoivent comme une résurgence de la peste brune antisémite en Occident et dans le monde arabe. Après tout, on s’entre-aide entre sémites auxquels le bon Dieu a permis un contrôle ou du moins une certaine influence sur la moitié des richesses de la planète…

Donc toujours les mêmes ennemis: les extrémistes évangélistes illuminés de l’Amérique profonde, les russes nationalistes, les iraniens, les pays non-alignés, tout ce qui est altermondialiste et ce fasciste en version arabe de Bashar Al-Assad, Alaouite de surcroit et donc hérétique…Car pour Tel-Aviv, le parti d’Al Assad n’est qu’un avatar à peine déguisé du National-Socialisme repiqué à la sauce panarabe; pour Ryad, c’est un hérétique à la solde de l’ennemi perse chiite…

Revenons aux faits. Aux dernières nouvelles, l’Arabie Saoudite a levé une nouvelle armée de mercenaires pour se rendre en Syrie. D’ailleurs la création d’un front uni islamiste en Syrie regroupant neuf groupes influents après la décapitation de la brigade du Tawhid porte la trace des services secrets saoudiens. Ceci pour la partie visible de l’iceberg. Ce que les médias passent sous silence est le retour des commandos US et de certains pays européens en Syrie. L’implication des services spéciaux US est de plus en plus percebtible au Nord de la Syrie et plus particulièrement dans la province côtière de Lattaquié. Israël n’est pas en reste et redouble d’efforts, d’autant plus que le Hezbollah se bat avec acharnement mais pas toujours avec succès au Qalamoun.

Pour sa part, Ryad en exécutant un plan US s’inscrit dans une nouvelle tentative de rallumer les clivages confessionnels au Liban, en Irak, en Syrie, en Iran, au Pakistan et en Afghanistan. On assistera donc à plus d’attentats entre Sunnites et Chiites. Beaucoup de pain sur la planche pour la CIA en perspective.

Nous assistons donc à un nouveau round sur le terrain. Damas utilise son aviation de manière très intensive ces deux dernières semaines. L’acquisition des cibles est trop rapide pour qu’elle soit le résultat des renseignements aériens syriens mais émanant plus probablement des forces spatiales russes. Le temps presse. Il n’est pas question de se retrouver piégé la veille de Genève II par une offensive surprise d’une rébellion où le nombre des instructeurs turcs et pakistanais a été multiplié par 20 cette semaine. L’empire ne lâche pas prise. Les Saoudiens vocifèrent en injectant toujours plus de fonds à ce tonneau des Danaïdes qu’est devenue la Syrie tandis que les Israéliens multiplient les opérations secrètes. En arrière-plan, un duel à mort entre Obama et Poutine et leurs alliés respectifs.

Genève II vous dites? Négociations de paix? …Il serait plus juste de parler d’épreuve de force. Épreuve de force majeure. Comme on en pas vu depuis Yalta…Avant Yalta il y a eu une grande guerre pour un partage du monde…C’est le cas aussi de cette guerre régionale qui se joue sous nos yeux au Moyen-Orient!

Samedi 23 Novembre 2013
http://www.alterinfo.net/Conflit-au-Moyen-Orient-L-arche-d-alliance-et-l-option-Samson_a97053.html/

Un commentaire sur “Conflit au Moyen-Orient: L’arche d’alliance et l’option Samson

  1. le problème qui vient d un contradictoire de toute façon diversifiée soi morale religieuse ou matière tec-exploratrice riflongue la chemin de conviction stratoplitaine , la choix mauvaise resiste mais lachoix erriston ne conflit pas le cas car en fin la matiere a besoun de la moralité de chose et la matiere a raison d etre consedatrice

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :