1 commentaire

Comment les Etats-Unis surveillent le monde ?


Comment les Etats-Unis surveillent le monde ?

Comment les Etats-Unis surveillent le monde ?

Comment ça marche ?

Pour surveiller les échanges numériques des utilisateurs de services en ligne hébergés aux États-Unis, cliquez sur « Prism ». Pour surveiller le reste du monde, cliquez sur « Upstream ». C’est, en substance, ce qu’explique une des diapositives divulguées par le Guardian en juin, et qui détaille les opérations « FAA702 ». Alors que Prism permet à la NSA d’avoir accès aux informations stockées dans les serveurs des grands groupes américains comme Google, Microsoft ou Yahoo !, Upstream est un programme plus classique d’écoute de ce qui transite en temps réel sur le réseau, notamment par les câbles sous-marins.

Il semble regrouper différents programmes de surveillances « historiques » désignés par les noms de code Strombrew, Fairview, Blarney et Oakstar. Pour la NSA, il suffit de se connecter à des points névralgiques du réseau et de faire tourner un logiciel qu’on appelle sniffer capable de reconstruire et de trier toutes les informations qu’il voit passer. Selon le Guardian, un des sniffers de la NSA, baptisé X Keyscore, est capable de récupérer le contenu des mails ainsi que tous les sites sur lesquels une personne surveillée surfe à un moment donné. La définition au préalable d’une série de mots-clés permet de déclencher l’interception.

Existe t-il des parades ?

C’est en utilisant ce système que des adresses mail utilisant les domaines wanadoo.fr et alcatel-lucent.com ont été surveillées au début de l’année par la NSA. La riposte peut prendre plusieurs formes : juridique, technique, diplomatique. Sur le plan juridique, une enquête préliminaire a été ouverte le 16 juillet à Paris par le procureur de la République de Paris pour « accès et maintien frauduleux dans un système de traitement automatisé de données », « collecte illicite de données à caractère personnel », « atteinte à l’intimité de la vie privée » et « violation du secret des correspondances ».

Edward Snowden

Edward Snowden

A l’origine de cette plainte visant la NSA et le FBI comme « auteurs principaux » de ces délits, et les filiales françaises de neuf sociétés internet (dont Microsoft, Google, Facebook et Skype) comme « complices », la Fédération internationale des droits de l’homme et la Ligue des droits de l’homme expliquent agir au nom des « internautes français ». Elles se fondaient alors sur le chiffre de 2 millions de communications électroniques interceptées en France par la NSA, selon un document fourni à l’hebdomadaire allemand, Der Spiegel par Edward Snowden. Aujourd’hui, il est question de plus de 70 millions de données téléphoniques de Français interceptées en un mois…

Depuis plusieurs années, déjà, les autorités françaises ont fait de la protection des données et du cryptage des communications un chantier prioritaire de la Défense. Sans trouver, apparemment, la parade absolue. « C’est une course sans fin, relève François Géré. On augmente sans cesse les capacités de protection, mais cela ne tient jamais longtemps. Le cryptage absolu et permanent n’existe pas. La seule solution, c’est d’établir un code de bonne conduite entre alliés, comme il en existait un à l’époque de la guerre froide.» La France intercepte telle les communications de ses concitoyens ? Selon Olivier Guérin, délégué de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (chargée d’examiner les motifs des demandes des services pour 6000 écoutes par an et pour 200000 réquisitions de données techniques aux opérateurs), « il n’est pas possible de réaliser des écoutes massives ou des recueils de données techniques à grande échelle en ce qui concerne les Français sur le territoire national.

C’est exclu par la loi.» Mais ces principes ne s’appliquent pas aux étrangers résidant sur le territoire national ou aux Français hors de nos frontières. Jean-Jacques Urvoas, qui a présidé la récente mission parlementaire sur le renseignement, assure lui aussi que « les citoyens français ne sont pas soumis à un espionnage massif et permanent ». En France, la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) est le service leader en matière de renseignement d’origine électromagnétique (Roem) –qui « recouvre également les interceptions satellitaires » – devenu une « source majeure » en raison de l’explosion d’Internet. Le président de la commission des lois confie que « face à la pêche au chalut que semble réaliser la NSA » américaine, la DGSE française « pratique la pêche au harpon » en ciblant ses objectifs pour la sécurité du pays.

Par ERWAN CARIO, THOMAS HOFNUNG et PATRICIA TOURANCHEAU

Un commentaire sur “Comment les Etats-Unis surveillent le monde ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :