3 Commentaires

Syrie: des rebelles d’al-ghouta reconnaissent avoir mal manipulé des armes chimiques


Rebelles Syriens

Rebelles Syriens

Des Rebelles syriens de la Ghouta, une banlieue de Damas, ont reconnu à Dale Gavlak, journaliste à l’Associated Press, qu’ils étaient responsables de l’incident d’armes chimiques de la semaine dernière que les puissances occidentales ont attribué aux forces de Bachar Al-Assad, révélant que les victimes résultaient d’un accident causé par une mauvaise manipulation par les rebelles des armes chimiques qui leur ont été fournies par l’Arabie saoudite. De nombreux entretiens avec des médecins, des résidents d’Al Ghouta, des combattants et leurs familles… « beaucoup pensent que certains rebelles ont reçu des armes chimiques par l’intermédiaire du chef du renseignement saoudien, le prince Bandar bin Sultan, et sont responsables de l’exécution de l’attentat au gaz (mortel),» écrit Gavlak.

« Les rebelles reconnaissent qu’ils n’ont pas été correctement formés sur la façon de manipuler les armes chimiques et n’ont même été informés de leur nature. Il semble que les armes étaient initialement censés être donnée à l’Al-Qaïda émanation Jabhat al-Nusra. Nous étions très curieux au sujet de ces armes. Et malheureusement, certains des combattants ont manipulé les armes de façon inappropriée et déclenché les explosions,» raconte un militant nommé « J » à Gavlak. Ses conclusions sont reprises par une autre combattante nommée « K », qui dit à Gavlak: « Ils ne nous disent pas ce qu’étaient ces armes ou comment les utiliser. Nous ne savions pas qu’ils étaient des armes chimiques. Nous n’avions jamais imaginé qu’ils étaient des armes chimiques. »

Abou Abdel-Moneim, le père d’un rebelle de l’opposition, a également dit à Gavlak: « Mon fils est venu me voir il y a deux semaines demandant ce que je pensais que les armes étaient qu’il avait été invité à réaliser, » les décrivant comme ayant un « tube-like structure « tandis que d’autres étaient comme une » bouteille de gaz énorme. « Le père raconte que le militant saoudien qui a fourni les armes s’appelait Abou Ayesha. Selon Abdel-Moneim, les armes ont explosé à l’intérieur d’un tunnel, tuant 12 rebelles. « Plus d’une douzaine de rebelles interrogés ont indiqué que leurs salaires proviennent du gouvernement saoudien,» écrit Gavlak.

Si elle est exacte, cette histoire pourrait complètement dérailler la ruée vers les États-Unis à attaquer la Syrie qui a été fondé sur la justification « indéniable » que Assad était derrière l’attaque aux armes chimiques. La crédibilité de Dale Gavlak est très impressionnante. Il a été correspondant au Moyen-Orient pour l’Associated Press depuis deux décennies et a aussi travaillé pour National Public Radio (NPR) et écrit des articles et nouvelles pour la BBC. for The Associated Press for two decades and has also worked for National Public Radio (NPR) and written articles forBBC News. Le site sur lequel l’histoire est apparue à l’origine – Mint Press (qui est actuellement en panne en raison d’un trafic énorme) est une organisation médiatique légitime fondée dans le Minnesota. Le Minnesota message a un profil sur eux l’année dernière. Originally appeared – Minnesota Post did a profile

Le rôle présumé de l’Arabie saoudite dans le soutien et la fourniture des armes chimiques aux rebelles, n’est pas une surprise étant donné les révélations faites, plus tôt cette semaine que les Saoudiens ont menacé la Russie par des attaques terroristes aux Jeux Olympiques d’hiver à Sotchi l’an prochain s’ils n’abandonnaient tout soutien au président syrien. « Je peux vous donner une garantie pour protéger les Jeux olympiques d’hiver de l’année prochaine. Les groupes tchétchènes qui menacent la sécurité des jeux sont contrôlés par nous » aurait dit le prince Bandar à Vladimir Poutine, rapporte le journal anglais The Telegraph.

L’administration Obama devrait présenter ses conclusions de renseignement aujourd’hui dans un effort prouvant que les forces d’Assad étaient derrière l’attaque de la semaine dernière, bien que les responsables américains admettent qu’il n’y a pas de « smoking gun » qui relie directement le président Assad à l’attaque, selon le New York Times admitting to the New York Times

Un responsable du renseignement américain a également dit à l’Associated Press As « we reported earlier this week, » qu’il n’existe aucune preuve de culpabilité de M. Assad dans cette affaire. Comme nous l’indiquions plus tôt cette semaine, les services de renseignement américain ont intercepté, dans les heures qui suivirent l’attaque, une communication téléphonique autour des armes chimiques révélant que le ministère de la Défense syrien était « paniqué » et exigeait des réponses claires » ce qui suggère que l’opération n’a pas été ordonnée par les forces d’Assad.

Par Paul Joseph Watson

3 commentaires sur “Syrie: des rebelles d’al-ghouta reconnaissent avoir mal manipulé des armes chimiques

  1. Ils savent pertinemment que ce n’est pas Al-Asad.C 1 aubaine pour eux les yankees qu’il ne fallait pas lâcher

  2. le monde arabo musulman est en pleine décomposition et ceci par la faute de ses dirigeants et principalement le qatar et l’arabie , qui ne font qu’executer à la lettre les plans des USA et des sionistes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :