2 Commentaires

Palestine: la joie de l’Aïd kidnappée par les bourreaux israéliens


prison israélienne

palestine-info.cc
Mardi 13 Août 2013

Rapport – Dans les prisons sionistes : la joie de l’Aïd kidnappée par les bourreaux israéliens

Nouvelles d’Al-Quds, la capitale palestinienne occupée, à partir des rapports de juillet et début août 2013 de l’Institution Internationale al-Quds (IIQ)

Rapport – Dans les prisons sionistes : la joie de l’Aïd kidnappée par les bourreaux israéliens

Les jours de fêtes, les prisons du monde entier laissent aux détenus un petit espace exceptionnel de liberté, sauf les prisons de l’occupation sioniste. En fait, l’administration pénitentiaire israélienne a retiré tous les petits conforts accordés jadis grâce aux luttes acharnées des captifs palestiniens, même ceux concernant les jours festifs.

C’est ainsi qu’a parlé le captif Majed Sawafitta de la fête marquant la fin du mois béni de Ramadan, l’Aïd Al-Fitr. Il a lancé un cri afin d’attirer l’attention sur les souffrances des captifs palestiniens durant tous les jours de l’année, les jours de l’Aïd compris.

Privés de dessert

Majed Sawafitta dit au correspondant du Centre Palestinien d’Information (CPI) que les autorités de l’occupation sioniste ont même interdit l’entrée des desserts et des cadeaux de l’Aïd, en dépit de l’accord préalablement donné aux détenus.

Tous les produits, les desserts, le café et les cadeaux offerts par la société civile locale de la Cisjordanie n’ont pas pris le chemin vers les cellules des captifs.

Normalement, les jours de fêtes, c’est l’administration pénitentiaire qui doit offrir les petits matériels agrémentant l’Aïd, donnant l’allure d’un petit changement par rapport à la routine mortelle de la prison. Non seulement elle ne fait rien, mais elle fait même tout pour que rien n’entre, confirme Majed Sawafitta.

Le message de l’Aïd

A l’occasion de cet Aïd, le comité international de la Croix-Rouge a appelé, vendredi 9 août 2013, les institutions juridiques à « aller d’urgence aux prisons afin d’observer les conditions des captifs grévistes : leur vie est en réel danger », a déclaré le comité à la presse.

En effet, le danger de la mort guette les captifs palestiniens en grève de la faim depuis un certain temps, en particulier Abdallah Al-Barghouthi, dont certains organes ont arrêté de travailler.

A cette occasion de l’Aïd, les Jordaniens détenus dans les prisons de l’occupation sioniste, en grève de la faim depuis une centaine de jours, ont adressé un message de félicitations au peuple palestinien et au peuple jordanien, tout en espérant que cette occasion soit une véritable fête de leur libération.

Leur santé se dégrade et les mauvaises surprises pourront arriver à tout moment, disent-ils dans leur message. En écrivant ce rapport, nous venons d’apprendre que les détenus jordaniens dans les prisons israéliennes mettraient fin à leur action ; les occupants sionistes auraient cédé à leurs revendications. Une belle fête, si cela est vérifié.

La joie malgré tout

Le captif Mohammed Farihat parle au correspondant du Centre Palestinien d’Information (CPI) de la manière dont les détenus ont passé la fête de l’Aïd dans sa prison du Néguev. Les détenus ont crié « Allah akbar, Allah est grand », dès qu’ils ont entendu l’annonce de la fin du mois béni de Ramadan, et ils se sont échangés les félicitations propre à cette occasion.

Le lendemain, dès le petit matin, les détenus ont pris une douche. Ils ont porté les vêtements adéquats à la fête et pour faire la prière de l’Aïd. Ils se sont mis en rond puis se sont adressé les félicitations les uns aux autres et à partager la petite quantité de desserts qu’ils avaient pu conserver pour cette rare occasion.

Retour à la routine

Une fois la fête terminée, tout un chacun est parti dans son coin retrouver sa tristesse, sa solitude et ses souvenirs de la fête de jadis, à l’extérieur, à l’air de la liberté.

Mardi 13 Août 2013

Livre: Les médecins israéliens et la torture, par Issam Younis, traduit de l’arabe par Ahmed Manai

ISBN: 978-9938-05-500-9

2 commentaires sur “Palestine: la joie de l’Aïd kidnappée par les bourreaux israéliens

  1. Méchants sionistes ! Ces prisonniers seraient donc plus heureux en Egypte, en Syrie ou en Jordanie ? où une grande partie seraient purement et simplement mis à mort…
    Habituez-vous les juifs sont de retour chez eux après avoir été maltraités/chassés des pays arabes…

    • Un prisonnier est un prisonnier quelque soit la prison et le pays où il est emprisonné. Pour ce qui est de l’histoire et notamment celle des juifs dans les pays arabes, la manière et les raisons qui ont présidé à leur départ et même celles, plus vieilles, qui les ont fait venir dans ces pays, à travers l’histoire, je crois franchement qu’il vous faut revoir votre copie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :