Poster un commentaire

Média: l’honneur perdu de la chaîne Al-Jazeera


Depuis les “printemps arabes”, la chaîne phare du Qatar a perdu son rôle de briseur de tabous pour devenir la voix des nouveaux régimes islamistes. Auparavant, la montre d’Aktham Suliman était toujours en avance. Il vivait à Berlin, mais il l’avait réglée sur l’heure de Doha, la capitale du Qatar. C’est aussi la ville d’Al-Jazeera, la chaîne d’information qui l’employait depuis 2002 comme correspondant en Allemagne. “L’heure de Doha était celle d’Al-Jazeera, résume-t-il. C’était un honneur de travailler pour cette chaîne.”

Mais, il y a un an et demi, Aktham Suliman, né à Damas et aujourd’hui âgé de 42 ans, a mis sa montre à l’heure allemande. Il était déçu par sa chaîne, car il avait l’impression de ne plus pouvoir travailler de façon objective. Aktham a donné sa démission en août 2012. “Avant le début du ‘printemps arabe’, nous étions une voix du changement, explique-t-il,. Aujourd’hui, Al-Jazeera fait de la propagande.” Et Aktham n’est pas le seul à se sentir amèrement déçu. Le réseau Al-Jazira souffre depuis quelque temps d’un exode des meilleurs membres de son personnel.

CHUTE D’AUDIENCE

Selon le site marocain Infomédiaire, une enquête d’audience commandée par la chaîne qatarie Al-Jazeera a révélé que le nombre de téléspectateurs au quotidien de la chaîne a chuté dans le monde arabe de 43 millions à 6 millions.

Des journalistes et présentateurs des grandes villes, de Paris à Londres, en passant par Moscou, Beyrouth ou Le Caire, ont claqué la porte, malgré des conditions de travail qui paraissent luxueuses. Actuellement, les investissements d’Al-Jazeera aux États-Unis sont estimés à quelque 375 millions d’euros. La chaîne ambitionne de toucher un public encore plus large sur le premier marché télévisé du monde. [Une chaîne francophone d’Al-Jazeera devrait également émettre de Londres en 2014.]

Elle compte plus de 3 000 collaborateurs et 65 bureaux de correspondants de par le monde. Mais on lui reproche de suivre la ligne politique du Qatar et de ne pas respecter l’indépendance de ses journalistes. Les chaînes occidentales n’échappent pas à ce genre d’accusations, certes. Mais, aujourd’hui, les critiques sont telles qu’Al Jazeera se situerait plutôt au niveau de Fox News – à la botte du très conservateur magnat des médias Rupert Murdoch, aux États-Unis – plutôt que de CNN. Al-Jazeera – dont le nom signifie “l’île”, en arabe – a été lancée en 1996 avec une ambition des plus noble : fournir des informations objectives dans un monde rigoureusement censuré. Le réseau a diffusé des messages de Ben Laden – et a déclenché une tempête de critiques aux États-Unis.

C’était le seul média arabe à inviter régulièrement des responsables politiques israéliens à des débats. Ses correspondants n’hésitaient pas à dire que le président de l’Irak Saddam Hussein était un “dictateur” et le dirigeant égyptien Hosni Moubarak une “mauviette”… Mais, depuis le “printemps arabe”, Al-Jazira passe sans vergogne de la pommade aux nouveaux maîtres [islamistes].

Aujourd’hui, lorsque les Égyptiens protestent – contre leur nouveau président, Mohamed Morsi, et la mainmise des Frères musulmans –, Al-Jazira les critique souvent comme le faisait auparavant la vieille chaîne de télévision pro-gouvernement. Selon Aktham Suliman, les responsables d’Al-Jazeera ont ordonné de présenter les décrets de Morsi comme des perles de sagesse. “Ce genre de méthode dictatoriale était impensable auparavant”, regrette-t-il. —Alexander Kühn, Christoph Reuter et Gregor Peter Schmitz  (Der Spiegel (extraits) Hambourg)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :