2 Commentaires

Pas de guerre, pas de pleurs !


En fait, les conditions semblaient en faveur d’un engagement lourd de la Turquie dans le début du processus de changement de régime en Syrie. La Turquie était désireuse d’avoir son mot à dire dans la Syrie post-al-Assad et la politique occidentale a encouragé la position de la Turquie. Puis tout a changé, mais la Turquie n’a pas changé sa position alors que les enjeux s’élevaient. La Turquie a soutenu l’Armée syrienne libre presque comme son mandataire, non seulement parce qu’elle rêvait de faire de la Syrie post-al-Assad son arrière-cour, mais aussi parce que la Turquie est obsédée par le contrôle des Kurdes dans toute la région. [1]

Pas de guerre, pas de pleurs ! (Hürriyet)

 

Nuray Mert:12 octobre 2012

> « La Turquie n’est pas loin de la guerre … préparez la guerre si vous souhaitez la paix », a déclaré le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan comme si la Turquie était poussée vers la guerre en dépit de ses efforts pacifiques. En fait, ce n’est pas vrai, la Turquie s’est poussée elle-même à se rapprocher de la guerre en raison de sa politique syrienne. Non, ce n’est pas seulement le résultat d’erreurs de calcul du gouvernement concernant le processus syrien. Il est vrai que le gouvernement n’a pas pu comprendre la complexité de la situation, ni s’agissant de la Syrie ni de la politique régionale et mondiale en général, mais plus important encore, la Turquie a ses propres calculs concernant le changement de régime en Syrie.

> En fait, les conditions semblaient en faveur d’un engagement lourd de la Turquie dans le début du processus de changement de régime en Syrie. La Turquie était désireuse d’avoir son mot à dire dans la Syrie post-al-Assad et la politique occidentale a encouragé la position de la Turquie. Puis tout a changé, mais la Turquie n’a pas changé sa position alors que les enjeux s’élevaient. La Turquie a soutenu l’Armée syrienne libre presque comme son mandataire, non seulement parce qu’elle rêvait de faire de la Syrie post-al-Assad son arrière-cour, mais aussi parce que la Turquie est obsédée par le contrôle des Kurdes dans toute la région. [1]

> Maintenant, le gouvernement utilise le prétexte d’un tir de mortier syrien qui a tué cinq civils dans la ville frontalière d’Akcakale [2] afin d’intensifier la crise. Le gouvernement n’évite pas de nouvelles tensions, bien au contraire il utilise la tension pour ses propres calculs politiques. L’adoption par le Parlement turc d’une motion autorisant le gouvernement à s’engager dans des opérations militaires au-delà de ses frontières [3] est une étape inquiétante vers de nouveaux affrontements. Il a s’agit en effet d’un événement tragique, mais l’atmosphère politique en Turquie n’amène personne à douter sérieusement de la responsabilité de la politique gouvernementale qui encourage l’Armée syrienne libre à utiliser la frontière turque comme un refuge de sureté. Si la Turquie avait été préoccupée par des affrontements à la frontière pour des raisons de sécurité, elle aurait également dû avertir l’Armée syrienne libre de maintenir les affrontements éloignés de la frontière turque. En oubliant de mettre en garde l’Armée syrienne libre, la Turquie encourage les militants par tous les moyens.

> D’ailleurs, personne n’est prêt à discuter de l’empressement possible du gouvernement turc d’utiliser la motion pour commencer le contrôle militaire des régions kurdes du nord de la Syrie. Lorsque les Kurdes syriens ont pris le contrôle des régions à majorité kurde de la Syrie, les analystes pro-gouvernementaux ont ouvertement suggéré au gouvernement de donner plus de soutien à l’Armée syrienne libre afin d’arrêter les Kurdes.

> Il semble que la Turquie envisage d’utiliser n’importe quelle excuse [4] pour contrôler militairement le nord de la Syrie, non pas pour se prévenir du régime de Bachar al-Assad, mais dans le but de dissuader les Kurdes d’accéder à l’autonomie dans le nord. C’est pourquoi le MHP nationaliste a ardemment soutenu la motion au Parlement. Par conséquent, une fois de plus nous avons besoin de voir que la question kurde est la clé pour l’avenir d’une Turquie pacifique et démocratique, à partir du moment où la guerre à domicile nous amène à proximité de la guerre à l’étranger. La Turquie se dirige vers des turbulences au niveau national et international. Afin d’arrêter que la Turquie ne glisse vers une politique autoritaire de la « guerre à domicile et la guerre à l’étranger, » nous devrons nous opposer par tous les moyens. Pas de guerre, pas de pleurs !

> Source : No war, no cry !

> [1] Le parlement turc vient de prolonger une nouvelle fois pour un an son accord au gouvernement à mener des opérations militaires transfrontalières en Irak tel qu’il le fait depuis 2007.

> [3] Cette autorisation est valable pour une durée d’un an.

> [4] Dernière excuse en date l’interception surréaliste d’un jet civil syrien en provenance de Moscou au prétexte qu’il aurait contenu du matériel militaire, allégation qui a été catégoriquement démentie par l’organisme russe titulaire du monopole des exportations militaires (BTC) cité par le quotidien russe Kommersant

> [2] A en croire un éditorial du journal turc Yurt Gazetesi, ce tir de mortier pourrait être une provocation :

Provocation sanglante

> Merdan Yanardağ & Omer Ödemiş – Yurt Gazetesi
Samedi 6 Octobre 2012

> Il a été confirmé que le village syrien d’Ayn El Isa était sous le contrôle des rebelles depuis 10 jours quand des obus de mortier ont été tirés sur la ville turque d’Akcakale et tué 5 civils turcs.

> On pense que des groupes terroristes (en collaboration avec le gouvernement de l’AKP) voulant attirer la Turquie dans une guerre avec la Syrie ont organisé l’attaque au mortier qui a eu lieu.

> Les informations fournies par des sources syriennes ont confirmé l’absence de soldats de l’armée syrienne arabe dans la zone où les obus de mortier ont été tirés.
Les photos prises et les nouvelles rapportées par les journalistes turcs qui ont visité la région après l’événement l’ont confirmé.

> Des officiels du Ministère syrien de la Défense ont déclaré dans un communiqué à notre journal :

> « Il est un fait connu que la portée des mortiers est faible. Cette portée varie entre 1,5 à 3 kilomètres.

> Il serait impossible que les obus de mortier tombés à Akcakale aient été tirés d’ailleurs que le village d’Ayn El Isa. Il est un fait connu que ce village a été occupé par des terroristes armés soutenus par le gouvernement turc.

> L’armée syrienne arabe n’a rien à voir avec ce bombardement. »

> Des experts militaires turcs confirment le point de vue des autorités syriennes.
Les experts que nous avons interrogés (leurs noms ne seront pas révélés en raison de leur sécurité) ont déclaré que la portée effective des obus de mortier est de 3 km et ceci augmente la probabilité qu’ils aient été tirés à partir du village d’Ayn El Isa ou dans un endroit très proche de ce village.

2 commentaires sur “Pas de guerre, pas de pleurs !

  1. Ceci est un point de vue mais , ce qui est regrettable de dire, c’est que le pays d’Attaturk – sans se rendre compte – glisse vers un embroglio où il laissera bien des plumes.
    Il est à dire que selon le GMO dont je rappelle que la planification émane du sinistreTexan Bush, la Turquie est une pièce maîtresse figurant dans la liste des pays à déstabiliser.
    Ce , à quoi nous assistons maintenant , c’est que la Turquie creuse sa propre tombe même .
    L’histoire des Kurdes regroupés au nord de la Syrie , ne plaide nullement de se séparer de la « famille Arabo-Musulmane » pour pourchasser les Kurdes dans un territoire voisin.
    Viserait-il le leadership régional puis du monde du croissant ?

    Nous avons vu la guerre Iran-Irak . Le vainqueur de cette guerre devait inévitablement être défait par l’imprialo-sionisme pour assurer la sécurité de l’état factice qui occupe la Palestine.
    L’Irak écarté , après l’assassinat de Sadam , c’est au tour – maintenant – de l’Iran qu’on accable de tous les mots pour le mettre à l’index.
    Suivit l’agression contre la Lybie voulue et planifiée essentiellement par le nain Français d’origine Hongroise sous prétexte d’absence de liberté donc, se porter au secours du peuple Lybien alors que ce pays vivait nettement mieux sous Kaddafi que sous les milices actuelles.
    La Tunisie a constitué – sans le savoir – un encouragement au peuple du Nil dont le président était au service de l’occident tout en laissant entrevoir des larmes de crocodile vis à vis de la Palestine. C’est ce qu’on appelle pleurer avec l’agneau et manger avec le loup.
    La citadelle Damas constitue un handicap.
    C’est ne pas connaître le courage du Chamy que de croire qu’El-Assad pourra facilement tomber comme un fruit trop mûr.
    Mais là, où le bat-blesse , c’est que les valets de l’impérialo-sionisme sont malheureusement dans nos rangs.
    Penser que l’Arabie Tayhoudite et le Qatar enverraient et aideraient en armement, finance et appui politique c’était un pas qu’on ne pouvait imaginer.
    Ces 2 valets , craignant de perdre leur trone , se lancent au service de ceux qui projettent de morceler les pays Arabes , les pays Arabo-Musulmans pour mieux les avoir à porté de la main.
    Juste une remarque à ajouter.
    Les mouvements Islamiques nés du printemps Arabe : Tunisie, Maroc, Egypte ont reçu l’aval de l’oncle Sam pour…naître, mais…à la seule condition de ne plus parler de l’affaire Palestinienne.

    En conclusion :
    L’objectif ou plutôt « leur » objectif est d’affaiblir au maximum les pays Arabo-Musulmans avec l’appui de roitelets et Emirs se disant Arabo-Musulmans.
    Assurer la survie pour l’éternité des rescapés du nazisme sur le dos de nos frères qui ne leur restent que leurs yeux pour pleurer.
    Triste sort !

  2. Je partage votre analyse sans la moindre réserve! Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :