4 Commentaires

Trois enfants perdus – et meurtriers – de l’internationale djihadiste


Le parcours « ordinaire » de trois djihadistes étrangers en Syrie

Vu l’actualité en cours, la télévision syrienne prolonge ses programmes très particuliers d’aveux de terroristes capturés. Ce 15 mai, l’ »émission » – longue de 10 minutes – a été particulièrement intéressante car mettant en scène cette fois des volontaires étrangers, un Libyen et deux Tunisiens. Ces jeunes hommes ont reconnu s’être infiltrés en Syrie depuis la frontière turque pour y lancer des attaques en coordination avec al-Qaïda et l’ASL. Voyons ce qu’ils ont dit, par ordre d’entrée en scène.

Fahed Abdel Karim Saleh al-Freites, né le 20 juillet 1991 à Benghazi en Libye, a confirmé avoir participé à « la révolution libyenne » et adhéré à la brigade de Bou Salim conduite par Abou Dajaneh, l’un des éléments d’al-Qaïda.  Il a souligné avoir suivi les nouvelles des révolutions arabes diffusées par les télévisions, dont la syrienne, soulignant qu’à l’écoute des programmes d’information d’al-Jazeera et d’autres chaînes religieuses, il s’était persuadé que le régime syrien est un régime athée – « kafer » – et qui tuait son peuple, et qu’il fallait donc, en tant que musulman, le combattre.

Il a ajouté les précisions suivantes : « L’un de mes amis, dénommé Mohammad et appartenant à al-Qaïda, m’a contacté pour aller en Syrie et combattre avec les musulmans là-bas contre le régime syrien. Après je me suis rendu à Istanbul en Turquie et j’y ai contacté avec une personne dénommée Abi Mohammad pour entrer ensuite illégalement en Syrie ».

Trois enfants perdus - et meurtriers - de l'internationale djihadiste

Trois enfants perdus – et meurtriers – de l’internationale djihadiste

Al-Freites a indiqué qu’il est arrivé, en voiture, à Lattaquié et y est resté deux semaines : « Là-bas j’ai rencontré Abi Mohammad qui m’avait dit qu’il est l’un des éléments de l’armée libre (ASL) et qu’il serait le lien entre nous et l’organisation d’al-Qaïda ».


Oussama Mukhtar Hazli, né le 11 juin 1990 à Sousse en Tunisie en 1990, a déclaré lui aussi avoir participé à « la révolution en Libye », soulignant qu’il y avait des associations implantées sur la frontière entre la Libye et la Tunisie, qui assurent l’entrée des volontaires tunisiens vers la Libye.

Et lui aussi a indiqué avoir suivi ce qui se déroule en Syrie. « C’est pourquoi, explique-t-il,  j’ai souhaité participer à la révolution dans ce pays. Ensuite j’ai regagné la Libye pour y travailler et là mon ami, Rida, m’a contacté pour aller avec lui en Syrie ». Le jeune homme précise que le chômage a influé sur sa décision. Il poursuit : « Après, j’ai pris la route de la Turquie où j’ai contacté  Abi (ou Abou) Ahmad qui avait une relation avec une personne dénommée Abou Talha, lequel dirige un groupe djihadiste en Syrie qui a des liens avec al-Qaïda ».

Le Tunisien précise qu’il est entré en Syrie, caché dans un camion, à travers le secteur montagneux du Hatay pour se rendre ensuite dans la ville de Lattaquié « où Abi Ahmad  devait nous conduire à Abi Talha ou à l’armée libre, qui eux nous conduiraient à Idleb ».

-Majdi Ben al-Ayachi al-Iyari, né le 23 décembre 1985 à Benzert en Tunisie, revendique aussi sa participation à la révolution libyenne et son impatience ultérieure de se rendre en Syrie pour participer à « sa révolution ». Son « chemin de Damas » ? Déjà influencé par la présentation de la situation syrienne par la chaîne islamiste Safa Wissal, il est allé un jour prier dans la mosquée d’al-Nour située à proximité de sa maison et « après la prière le cheikh Aba Issa qui donnait des conférences dans les mosquées a parlé de la nécessaire solidarité avec la Syrie qui connaît une situation tragique ». « Après la fin de ladite conférence j’ai dit au cheikh Aba Issa que j’étais disposé à aller en Syrie pour rejoindre à l’armée libre. Ensuite cheikh Aba Issa a contacté Abou Ahmad (voir le témoignage de Hazli, l’autre Tunisien) puis m’a demandé d’aller en Turquie pour le rencontrer dans le but d’entrer en Syrie« . La rencontre s’est faite à Antioche, et l’efficace Abou Ahmad a assuré le passage d’al-Iyari en Syrie avec une voiture. Dont les deux hommes ont changé, une fois du côté syrien de la frontière.

Al-Iyari a poursuivi son récit : « Je me suis rendu dans une une maison de Lattaquié où se trouvaient d’autres personnes venues de Tunisie, Mohammad al-Yaaqoubi, Mohammad Ben Thabet et Suheil al-Saqasli ». Puis « Abou Ahmad est arrivé à la maison et, après avoir demandé si nous avions une expérience militaire, nous a demandé de rejoindre dès le lendemain une brigade des Moudjahids pour combattre avec elle ». Al-Iyari précise que cette brigade était baptisée « Bou Salim« , et dirigée par un certain Abou Dajaneh, présenté comme « un émir d’al-Qaïda« . Le jeune homme précise qu’il a passé 20 jours à s’ »entrainer » avec les brigadistes.

Sur la forme et le fond de ces aveux…

Sur le procédé des aveux télévisés, qui pourra choquer des consciences occidentales, redisons que le gouvernement syrien, confronté en continu depuis plus d’un an à une intense propagande internationale non seulement hostile mais très souvent malhonnête, utilise les moyens qui sont à sa disposition. et qu’avec ces aveux, il cible d’abord l’opinion syrienne. Et puis ces aveux sont de toute façon éclairants : l’identité des « terroristes » est clairement établie, et leurs parcours riche en détails plausibles. Bien sûr, on pourra toujours dire que la référence continuelle à al-Qaïda sert les intérêts et la communication du gouvernement, mais l’implication de la nébuleuse djihadiste est désormais reconnue par nombres d’analystes et observateurs, à commencer par l’état-major américain. Ensuite, al-Qaïda ou pas al-Qaïda, ces trois jeunes étrangers se considèrent comme des djihadistes en guerre contre un régime kafer, impie et ennemi de l’Islam. Le rôle d’al-Jazeera et de certains imams radicaux dans ce bourrage de crâne n’a rien de vraiment étonnant non plus.

On peut, à la lumière de ces aveux télévisés et d’autres informations de terrain, se poser la question de savoir la part que représentent aujourd’hui ces « brigades internationales » de l’Islam sunnite radical dans les effectifs de la rébellion dite syrienne…
Ci-dessous le lien sur les aveux : Merci à Cécilia et Mohamed.

Lu sur Info Syrie Par Louis Denghien (avec Cécilia et Mohamed), le 16 mai 2012

4 commentaires sur “Trois enfants perdus – et meurtriers – de l’internationale djihadiste

  1. Si vos sources proviennent du site  » infosyrie  » qui est un site de propagande financé par le régime : http://syrianfacts.wordpress.com/2012/02/21/infosyrie-un-relais-de-propagande-finance-par-le-regime-syrien/
    Je connais bien la chaîne syrienne, a chaque fois ils mentent.

    • Mes informations sont puisées à diverses sources, y compris infosyrie, et concernant ce sujet particulièrement je viens d’avoir un entretien avec les parents d’un de ces djihadistes.. que je publie très bientôt.

  2. quelle honte d’utiliser des infos provenant d’un site qui appartient à un type de l’extrême droite française (faire whois sur infosyrie.fr pour vérifier ce que je dis, ensuite vérifier qui est chatillon), l’extrême-droite raciste et colonialiste dont certains de ces membres sont accusés d’avoir torturé des Algériens. Mais qu’est-ce que vous avez à défendre ce dictateur, allez voir comment Israël l’a défendu auprès du congrès américain en mars 2011 ! Conseils aux visiteurs de ce site : si vous voulez écouter un autre son de cloche que Al Jazeera, pas la peine d’aller lire infosyrie, si vous êtes arabe ou que vous comprenez l’arabe regardez la propagande de la télé syrienne d’état, c’est tellement grossier et à pisser de rire (pourtant ça devrait faire pleurer) qu’on n’a pas besoin de médias hostiles…

  3. Je pourrais lire des heures sur ton blog, j’aime beaucoup !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :