1 commentaire

A Bagdad la Ligue arabe baisse le ton et sauve la face


Changer son fusil d’épaule tout en s’efforçant de ne pas perdre la face, c’était le défi qui attendait la Ligue arabe réunie jeudi 29 mars en sommet à Bagdad : les dirigeants arabes ont donc exhorté le gouvernement syrien ET l’opposition à un « dialogue sérieux » . Comme le note l’AFP, à l’exception de la Tunisie « ennahdaïsée » , aucun des 21 pays représentés – pas même le Qatar et l’Arabie Séoudite – n’a appelé à un départ du président Bachar al-Assad, et tous ont rejeté l’idée d’une intervention militaire, quelle que soient ses couleurs, en Syrie. La déclaration finale du sommet proclame que la Ligue arabe est « en faveur de l’unité et la stabilité de la Syrie et contre toute intervention militaire ».

Par Louis Denghien, le 30 mars 2012

A Bagdad la Ligue arabe baisse le ton et sauve la face

Par Louis Denghien, le 30 mars 2012

 

A Bagdad, le drapeau syrien flottait, malgré l’absence de représentants de Damas : un geste irakien qui laisse bien augurer de la nouvelle présidence de la Ligue arabe

Changer son fusil d’épaule tout en s’efforçant de ne pas perdre la face, c’était le défi qui attendait la Ligue arabe réunie jeudi 29 mars en sommet à Bagdad : les dirigeants arabes ont donc exhorté le gouvernement syrien ET l’opposition à un « dialogue sérieux » . Comme le note l’AFP, à l’exception de la Tunisie « ennahdaïsée » , aucun  des 21 pays représentés – pas même le Qatar et l’Arabie Séoudite – n’a appelé à un départ du président Bachar al-Assad, et tous ont rejeté l’idée d’une intervention militaire, quelle que soient ses couleurs, en Syrie. La déclaration finale du sommet proclame que la Ligue arabe est « en faveur de l’unité et la stabilité de la Syrie et contre toute intervention militaire ».

Des résidus de « qatarisation »

Évidemment, la Ligue arabe ne pouvait se déjuger totalement par rapport à son attitude anti-Bachar récente : la déclaration condamne aussi « les violations des droits de l’homme contre les civils » et les dirigeants arabes considèrent que « le massacre de Bab Amr commis par les forces militaires et de sécurité syriennes comme des crimes contre l’humanité« , reprenant ainsi la terminologie du Haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Navi Pillay. On peut penser qu’il s’agit là d’un lot de consolation pour le Qatar et l’Arabie Séoudite, mais les termes demeurent quand même pour le moins polémiques. Et injustes dans la mesure où le gouvernement syrien s’est efforcé, à Bab Amr, de faciliter l’évacuation des non combattants, et que ses forces ont pilonné et combattu, non pas des femmes et des enfants, mais des combattants utilisant la population comme un bouclier humain.

Pour le reste, les mots et les principes contenus dans la déclaration finale nous semblent sceller la défaite du Qatar et du CNS, autrement dit des radicaux qui ne sont vraiment plus, tant dans l’espace arabo-musulman que dans le reste du monde, les arbitres et les incontournables qu’ils pouvaient paraître être, ne serait-ce que deux mois plus tôt. C’est tellement vrai que Doha et Ryad avaient ostensiblement pris leur distance avec la sommet de Bagdad, n’ y envoyant que des subalternes et non les chefs de leur diplomatie. C’est aussi que ce sommet marquait symboliquement le début de la présidence irakienne de la Ligue arabe, après un an de leadership qatari. Et l’Irak n’a pas, c’est le moins qu’on puisse dire, le même regard sur la crise syrienne que l’émirat et le royaume wahhabites. La défaite de l’ASL et des groupes armés, encore meurtriers mais plus en situation de faire basculer le cours des événements, le double véto russe et chinois et aussi, il faut le souligner ici, la résistance de Bachar, de son régime et d’une majorité des Syriens ont eu raison, au bout d’une année terrible, de la formidable coalition géostratégique et médiatique qui pensait pouvoir casser la Syrie telle qu’elle est. Certes, l’axe occidental ne renoncera pas facilement à son rêve de « remodelage » du monde arabe et d’isolement de l’Iran, mais une phase s’est incontestablement achevée, sur la défaire des Clinton/Cameron/Juppé/Erdogan/Séoud/al-Thani.

La nouvelle approche irakienne

 

Le défi posé à Nouri al-Maliki : réintégrer la Syrie sans perdre le Qatar et l’Arabie Séoudite

Bachar al-Assad, justement, dans un message adressé jeudi aux dirigeants du groupe des BRICS à New Delhi, a rappelé à ses alliés que la Syrie a répondu favorablement au plan de paix arabe et à la mission de Kofi Annan et qu’elle « n’épargnera aucun effort » pour assurer le succès de celle-ci. Toutefois, précise Bachar, « pour faire réussir la mission d’Annan, il faut faire tarir les sources de terrorisme visant la Syrie et en provenance de pays qui ont annoncé avoir financé et armé les groupes terroristes« . Tout le monde aura reconnu le Qatar et l’Arabie Séoudite qui ont crié leur volonté d’armer – ou plutôt de continuer à armer – l’ASL et les divers groupes activistes encore à l’oeuvre en Syrie. Là encore, on notera qu’à l’occasion du sommet de Bagdad le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a fermement condamné cette position qataro-séoudienne : « D’après notre expérience en Irak, armer les deux camps en conflit va conduire à une guerre régionale et internationale par procuration en Syrie« . En outre, ajoute al-Maliki, une telle initiative « préparera le terrain pour une intervention armée étrangère en Syrie, ce qui porterait atteinte à la souveraineté d’un pays arabe frère« . Et certes, en tant qu’Irakien Nouri al-Maliki sait de quoi il parle. Son argumentation annonce sans doute l’approche du dossier syrien que l’Irak entend privilégier à la tête de la Ligue arabe : ne pas heurter de front les extrémistes pro-islamistes et pro-atlantistes que sont le Qatar et l’Arabie Séoudite, mais opposer à leurs menées les arguments de la modération, du réalisme et de l’indépendance arabe. C’est sans doute en effet, la meilleure façon de les marginaliser au sein du monde et de la Ligue arabes.

« Brillant second » des pétro-monarques, le président tunisien sous influence islamiste Moncef Marzouki  s’est singularisé à Bagdad par sa très vive condamnation du régime syrien – « on doit y mettre fin » -, demandant le départ de Bachar, mais son discours a dû sonner quelque peu déphasé, ou démodé. Toute la mission – et le pari – de la présidence irakienne sera de contenir ces maximalistes tout en réintégrant la Syrie, ce pays ayant fait savoir qu’elle ne se considérerait liée par aucune décision d’une organisation qui l’a suspendue l’automne dernier. Un test délicat pour l’Irak nouvellement libéré de ses faux-libérateurs américains et toujours ravagé par le terrorisme islamiste dont certains, au sein même de la Ligue arabe, encouragent l’implantation en Syrie.

 

 

Un commentaire sur “A Bagdad la Ligue arabe baisse le ton et sauve la face

  1. Merci pour cet article non partisan, clair et limpide, et qui dénote du sérieux dans l’analyse.
    J’espère que la nation Arabe a réellement récupéré l’Irak dans son giron
    Le temps nous le dira

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :