1 commentaire

Interview exclusive de M.Ahmed Manai Par Tunis Tribune


manai ahmed b

Tunis Tribune : Vous faites partie des membres de la mission d’observation de la Ligue arabe. Comment se passe cette mission sur le terrain ?

Ahmed Manai : Cette mission a été décidée par le Conseil des ministres des affaires étrangères des pays de la ligue, dans le cadre d’une initiative arabe pour aider au règlement de la crise syrienne. Un protocole d’accord a été signé entre la Ligue et la Syrie pour l’envoi des observateurs dans ce pays. Ces derniers sont venus en Syrie et à l’issue de leur travail sur le terrain, ils ont produit un rapport qui devrait servir aux ministres arabes d’entamer une seconde phase dans le règlement de la crise.

Malgré les grandes difficultés, causées surtout par les vrais « décideurs de la ligue » et une campagne d’hostilité sans précédent contre la mission, les observateurs ont fait un très bon travail qui a été résumé dans un rapport de synthèse d’une grande honnêteté, présenté par le Chef de la mission, le général Al-Dabi, au conseil des M.A.E de la ligue. C’est alors que ces « décideurs » se sont rendu compte que le rapport n’allait pas dans le sens de leur plan, l’ont enterré et sont allés au Conseil de sécurité. On connaît la suite. Je renvoie vos lecteurs à ce rapport. Je dirais plus à la fin de cette mission et une fois libéré de mon serment.

Fait rare, la Tunisie, a pris une mesure radicale à l’encontre d’un autre pays arabe, en annonçant l’expulsion imminente de l’ambassadeur de Syrie à Tunis. Est-ce une bonne décision et comment la jugez-vous ?

Fait rare en effet dans la diplomatie tunisienne ! Je me souviens qu’en 1961, lors de la bataille de Bizerte, au cours de laquelle des centaines sinon des milliers de tunisiens ont été massacrés par l’armée française, la Tunisie n’a pas rompu ses relations diplomatiques avec la France mais s’est contentée de rappeler son ambassadeur à Paris. Les étudiants tunisiens en France ont été encouragés à reprendre leurs études dans ce pays.

L’ambassadeur syrien est en congé maladie et se trouve en Syrie depuis plus d’un an !

Il faut dire tout d’abord qu’il n’y a pas d’ambassadeur syrien à Tunis, ce dernier est en congé de maladie depuis plus d’un an, mais simplement un vice-chargé d’affaires. N’empêche que nous sommes en face d’un acte symbolique, bête et gratuit.

La décision de renvoyer l'ambassadeur Syrien vient de Ghannouchi et du Qatar

La décision de renvoyer l’ambassadeur Syrien vient de Ghannouchi et du Qatar

Emir-of-Qatar-Ghannouchi

En 1980, lors de l’affaire de Gafsa, dans laquelle l’Algérie était aussi impliquée que la Libye, la Tunisie n’a pris aucune mesure de rétorsion contre l’Algérie. Bien plus, son nom n’a presque jamais été cité par les médias officiels tunisiens. L’explication de ces deux positions est bien simple : aucun pays, si puissant soit-il, et encore moins dans le cas de la Tunisie, ne peut se permettre d’être entouré par des ennemis. L’objectif de toute diplomatie digne de ce nom est d’avoir le maximum d’amis et le minimum d’ennemis. Je renvoie vos lecteurs à la thèse de l’ami et universitaire Allemand, Werner Ruff, ayant pour titre « La politique étrangère d’un pays faible : l’exemple de la Tunisie » soutenue à la fin des années Soixante. Nos diplomates pourront y trouver ce qui manque à nos gouvernants actuels.

Alors qu’est ce que j’en pense ? C’est une décision irréfléchie, prise par des amateurs de la diplomatie et des relations internationales, inconscients du tort qu’ils font aux intérêts et à l’image d’un pays qui s’est longtemps distingué par sa diplomatie sage et équilibrée, ou alors, une décision dictée par plus forts qu’eux !

Curieusement aucune des puissances qui s’apprêtaient il y a quelques semaines à lancer leur aviation sur la Syrie, n’a eu recours à la rupture des leurs relations avec la Syrie.

Sur votre compte Facebook, vous avez déclaré hier-soir ceci : « La décision de renvoyer l’ambassadeur de la République Syrienne à Tunis ne vient pas du président mais de Ghannouchi et du Qatar ! C’est une honte… » ! Voulez-vous nous donner plus de précisions ?

Il suffit de rappeler la déclaration faite par M. Ghannouchi au mois de novembre 2011, je crois, dans laquelle il a « décidé « que la Tunisie allait renvoyer l’ambassadeur syrien et plus tard, « qu’il allait remettre les ambassades du Yémen et de la Syrie aux opposants des deux pays » ignorant sans doute les conventions internationales qui régissent les relations diplomatiques.

Ghannouchi est tout et décide de tout !

Il n’était alors que le chef d’un parti politique ayant gagné les élections. Heureusement que le gouvernement de l’époque avait tempéré son zèle. Maintenant il est tout et décide de tout !

Pourquoi le Qatar ? Parce que ce pays avait enjoint à tous les pays arabes sous sa tutelle, d’accompagner la réunion du Conseil de sécurité du 4/2 par une action concertée de rupture avec la Syrie. Il a donné aussi des consignes à certains médias pour chauffer un peu plus l’ambiance. Le CNT a recommandé à ses militants à l’étranger d’occuper les ambassades et consulats syriens et à ses groupes armés de se distinguer par des actions d’éclat comme celle qu’a connu la ville de Homs.

Cependant je ne vous cache que j’ai des amis ambassadeurs à la ligue qui m’ont confirmé certaines choses, entre autres l’alignement inconditionnel de la délégation tunisienne à la ligue arabe sur le Qatar.

Ne pensez-vous pas que le pouvoir actuel en Syrie doit passer la main et que le peuple Syrien a droit à choisir son destin et à vivre en toute liberté comme ils le réclament ?

Tous les Syriens que je connais, certains depuis 1981, appartiennent à l’opposition. Ils appartiennent maintenant, au CNT, au CNC ou des indépendants. Depuis 1991, nous avons mené ensemble de nombreux combats pour la liberté, la démocratie et le respect des droits humains, en Tunisie, en Syrie et ailleurs. Je regrette de constater que le long parcours militant de certains d’entre eux n’a pas fait d’eux les hommes politiques qu’exige la phase actuelle du combat.

Juste avant de venir en Syrie, j’ai fait le déplacement à Tunis pour rencontre Burhan Ghoulioune. Je n’ai pas pu le faire mais j’ai rencontré trois de ses collègues et je leur ai posé cette question simple ! Êtes-vous prêts à négocier ? Ils m’ont répondu tous en chœur : jamais ! Ils pensaient sans doute qu’ils allaient faire une entrée triomphale à Damas derrière les troupes de l’OTAN.

C’est tout sauf de la politique, parce qu’en politique la négociation est le fondement de toute solution des différents et des conflits, même armés.

Alors, bien sûr que le peuple syrien a droit de choisir son destin et à vivre en toute liberté comme il le réclame. Mais c’est vrai aussi que l’alternance doit se passer dans le calme, et pas dans le désordre et au rythme des attentats terroristes.

Pourtant le chef de la mission d’observation de la Ligue arabe, chargée de suivre l’évolution de la situation en Syrie, a fait état jeudi d’une « guerre » dans ce pays, où les violences continuent d’émailler le mouvement de contestation du régime en place. Il aussi dit avoir vu « quelques preuves de torture » en Syrie qui fait face à une « guerre ».

Le rapport du chef de la mission est exhaustif et très équilibré. Il a synthétisé les rapports journaliers d’une quinzaine d’équipes d’observateurs qui ont sillonné le pays durant quatre semaines. Mais, je ne crois pas qu’il y ait une guerre civile mais tout simplement des foyers de tension et de grande violence, cinq ou six au plus, qui ont été quelque peu délaissés par les autorités syriennes. Depuis une semaine, les autorités ont repris les choses en main dans les campagnes de Damas (le Rif de Damas) et les opérations de maintien de l’ordre continuent ailleurs. Juste une dernière remarque : ceux qui croient que le président syrien est isolé et n’a pas de soutien populaire se font des illusions. C’est pourquoi je le dis à tous les amis de l’opposition syrienne : révisez vos positions sinon vous serez complètement marginalisés.

* Werner Ruf: Der Burgibismus und die Außenpolitik des unabhängigen Tunesien (Le bourguibisme et la politique étrangère de la Tunisie indépendante). Bertelmann Universitätsverlag Bielefeld, 1967. 280 pp.

La soutenance de la thèse a eu lieu à l’niversité der Fribourg (Allemagne) en janvier 1967

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :