1 commentaire

L’islam : une passion française


L’islam : une passion française

J’ai cherché longtemps dans les dictionnaires et les encyclopédies les noms et les adjectifs qualificatifs pour décrire la passion française pour l’ISLAM. Hélas, la tâche était très rude. Incapable de trouver une expression percutante, implacable et irrépressible. Du coup, je me suis contenté à un regroupement de mots et de phrases pour contourner une telle besogne. Ça donné, in fine, les propos qui vont suivre :

Par Ben Hamida Ezzeddine, Professeur de Sciences économiques et sociales

New post on Tunis Tribune | PRESSE TUNISIENNE QUOTIDIENS JOURNAUX ACTUALITE TUNISIE     

L’islam : une passion française
by Candide

J’ai cherché longtemps dans les dictionnaires et les encyclopédies les noms et les adjectifs qualificatifs pour décrire la passion française pour l’ISLAM. Hélas, la tâche était très rude. Incapable de trouver une expression percutante, implacable et irrépressible. Du coup, je me suis contenté à un regroupement de mots et de phrases pour contourner une telle besogne. Ça donné, in fine, les propos qui vont suivre :

Une enquête réalisée par l’Institut Français d’Opinion publique (IFOP) –en gros un sondage par mois sur le même thème mais la problématique est posée sous forme d’une rhétorique différente- montre que 68% des français considèrent que les musulmans (plus de 6 millions de personnes toutes nationalités confondues, soit près de 10% de population totale) ne sont pas intégrés  et 42% des sondés pensent qu’ils (les musulmans) menaceraient l’identité nationale. En 2010, 39% des Français, contre 22% en 2001, s’opposent à l’édification des mosquées. Et 59% sont hostiles au port du foulard par les musulmanes dans la rue. –moi-même j’y suis d’ailleurs très réticent pour éviter ainsi la montée croissante de la stigmatisation et l’étiquetage sans réserve-.
En réalité, l’opinion publique française évolue en fonction de la rhétorique politique en la matière. De Gauche comme de Droite, les hommes politiques français ont considéré, pendant longtemps, l’Islam comme une « Différence » ! Aujourd’hui, sans complexe, l’Islam est présenté, par une très large fraction des leaders politiques et d’opinion, comme une «BARRIERE » à l’adhésion aux valeurs dela République.Labanalisation du discours sur les dangers de « l’islamisation » dela Républiquea alimenté ainsi un racisme ambiant et une islamophobie affichée sans état d’âme. D’ailleurs le nom « islamiste » est devenu dans l’esprit du ″français moyen″ quasiment synonyme de terroriste. Une confusion et un amalgame très bien entretenus par la classe politique et journalistique française.
En effet, le dénigrement, par certains hommes politiques et beaucoup de journalistes français sur les plateaux des télévisions  et/ou dans des publications,   parfois avec des diatribes hallucinantes, de l’Islam en utilisant hypocritement, pour rester dans le politiquement correct, les qualificatifs « Islamisme et islamiste» et critiquer ainsi,  la fraction radicale des « musulmans » montre la schizophrénie d’une frange de la classe politique française en quête de voix.  Le directeur de l’IRIS, Pascal Boniface, dont la rigueur de la pensée et le sérieux de ses analyses sont connues de tous, a montré dans son dernier ouvrage « Les intellectuels faussaires » -Un livre, tenez-vous bien, dont quatorze maisons d’éditions ont refusé la publication ! Il a fallu le courage de Jean-Claude Gawsewitch qui l’a sorti dans sa collection « Coup de gueule »- comment les « super stars médiatiques » (très majoritairement des juifs sionistes) de la politique internationale française profèrent, délibérément, jour après jour, des mensonges avérés et répétés contre l’Islam. L’Islam étant le mal, le nouveau «galeux d’où viendrait tout le mal» du monde moderne.
Pourquoi  autant de crispation, voire de schizophrénie quand on parle de l’islam en France ?
La France, où les droits de l’homme et du citoyen ont pris naissance, refusent donc à ses propres citoyens le droit d’édifier des moquées pour qu’ils puissent exercer dignement leur culte. En fait, il s’agit d’un refus implicite maquillé par des interminables tracasseries administratives alors même des églises imposantes bien érigées à Tunis, à Alger et Rabat dans les principales avenues de ces villes. Non seulement, les rues qui entourent le peu de moquées, bondent les vendredis de fidèles –ce qui est d’ailleurs inadmissible et de plus en plus intolérable- mais aussi même pour que les musulmans enterrent leurs morts, parfois, leurs prières se font dans des endroits improvisés pour ne pas dire devant des garages. Evidemment, le sacro-saint principe de séparation de l’Etat et de l’église est mis immédiatement en exergue par les autorités publiques –d’ailleurs, il s’agit d’un excellent principe car il protège en premier lieu les minorités-. En réalité, il s’agit d’un faux argument dans la mesure où le financement est assuré par les dons des fidèles ; le rôle de l’Etat se contente seulement  à attribuer les autorisations administratives (faisabilité du projet, sécurité, conformité aux règles en vigueurs). Le sacro-saint principe est, donc, bel et bien respecté.
Pire encore, même l’enseignement de l’arabe est amputé. En 2005, le Ministre de l’Education Nationale, l’actuel Premier Ministre François Fillon, avait supprimé, pour des considérations budgétaire a-t-il dit,  le CAPES Arabe tout en attribuant, au même temps, une aide de 320 millions d’euros au gouvernement marocain pour renforcer l’enseignement du français ! C’est curieux et intriguant, n’est-ce pas ?
Les musulmans de France, en partie, ont choisi cette vieille nation parce qu’ils partagent pleinement son Histoire avec ses phases de gloire et de regret. Et ils aspirent à un avenir commun avec leurs compatriotes français. Ils considèrent la citoyenneté française comme étant une véritable conscience morale. Une conscience qui « (…) prouve sa force par les sacrifices qu’exige l’abdication de l’individu au profit d’une communauté, (…) » (E. Renan, Qu’est-ce qu’une Nation ? Conférence faite àla Sorbonne en 1982).
Et pourtant, en attribuant aux musulmans le droit d’édifier quelques lieux de culte,la Francegagnerait en grandeur et ceci au moins sur 3 plans :
1/ Dépassionner le débat sur l’Islam pour mieux stimuler l’intégration – Contrairement à l’assimilation, l’intégration est un processus interactif de transmission et d’intériorisation de richesses culturelles, intellectuelles, etc.- et lutter ainsi efficacement contre la montée de l’extrême droite qui gangrène le débat politique et ampute la conceptualisation (réfléchir sur…) des vraies solutions aux problèmes qui secouentla France.
2/ Donner ainsi l’exemple au reste du monde et particulièrement aux européens que l’Islam est compatible avec les valeurs occidentales, qui sont d’ailleurs des valeurs universelles.
3/ Il en découlera de ces deux avantages un troisième est non le moindre : une place de choix dans le monde musulman en général et le monde arabe en particulier. Ces nations sauront reconnaître en effet àla Franceses vertus intégratrices : la multiplication des accords économiques, par ces temps de crise et de perte de rôle majeur dans le nouvel ordre mondiale qui s’érige, sera sans doute à la hauteur des attentes de l’hexagone.
Par Ben Hamida Ezzeddine, Professeur de Sciences économiques et sociales
[
Soyez des journalistes citoyens
Cette rubrique est aussi la vôtre. Si vous souhaitez vous exprimer ou revenir sur n’importe quel sujet, événement ou témoignage, vous pouvez le faire en nous faisant parvenir vos écrits en cliquant ici. Vous avez tout à fait le droit de garder l’anonymat ou de signer avec un pseudo.
Suivez-nous sur Facebook etRT@tunistribune sur Twitter
Vous êtes les meilleurs témoins de votre actualité. Envoyez-nous vos informations et vos liens préférés. ► Contactez-nous pour proposer articles, photos et vidéos ou signaler tout simplement une faute d’orthographe…

Un commentaire sur “L’islam : une passion française

  1. Ce que je trouve inadmissible et lâche en même temps c’est la campagne en France contre la religion de 5 milliards d’adeptes à travers le globe sans que les ténors du monde Arabo-islamique ne daignent lever le petit doigt.
    Je pense plus particulièrement au Roi d’Arabie qui se dit  » gardien des lieux Saints de l’Islam » de même que le jeune roi du Maroc qui se dit être descendant du prophète Mohamed (qlpssl).
    La France sous Sarko ne lésine pas sur les moyens pour « tenter » de dire des insanités , de dénigrer , de qualifier l’Islam comme étant une religion dépassée , comme une religion de gens sanguinaires et toute autre cochonnerie de cette espece , sans que quiconque parmi nos dirigeants ne daignent lever le petit doigt pour CRIER un HOLA !
    Et le mot ISLAMISME est devenu synonyme de criminel !
    Evidemment , vous pouvez me dire de les laisser « aboyer » , ils ne changeront rien à notre croyance… je le veux bien mais , je suis oûtré devant une réaction de ce genre parce qu’il y a absence de dignité , absence de NIF , absence de personnalité.

    Les ténors qui auraient pu mettre les pendules à l’heure , ne sont plus de ce monde , bien malheureusement .

    Devons-nous nous considérer orphelins pour autant ?
    Devons-nous tendre l’autre joue pour recevoir une autre gifle sans réagir ? Devons-nous accepter que nos soeurs en France , les Musulmanes et les Franco-Musulmanes doivent continuer à supporter les humiliations à cause de leur tenue vestimentaire ? à cause de leur croyance ?

    Je suis de ceux qui – par milliers – réagissent dans les forums mais , que pouvons-nous faire si des consignes strictes n’émanent pas officiellement, des autorités à charge, pour mettre un frein à cette campagne de dénigrement ?

    Lors de la campagne de l’abominable «  » identité nationale » déclenchée par le Hongrois devenu Président de l’héxagone, j’ai eu à entendre une intervention d’un ministre Français qui expliquait à l’auditoire ce qu’est l’islam . Les gens , bien évidemment , riaient sous cape alors que les mots débités par l’inculte politicard en costume-cravate, sonnaient faux.
    Comment, à 1500 km des lieux , pouvais-je réagir si ce n’est de me payer une forte tension ?

    Tant que je demeurerai en vie , et c’est tout ce que je peux faire , c’est de maudir les rois et Emirs qui ne défendent pas l’emblème vert de notre prophète.

    Comment voulez vous que le gardien des lieux Saints de l’islam prenne la défense et ragisse aux insultes quand ce même roi ( l’été dernier) , une fois arrivé au seuil de son chateau en France , a été indigné de voir que la porte de la cave de sa residence étrangère , a été forcée par des intrus et que quelques bouteilles d’alcool datant des années 1700 et 1800 lui ont été dérobées ?
    Comment voulez vous que le chef Qatari s’indigne quand lui même se fait l’honneur d’être le harki de service en complotant aux cotés de l’indu-occupant de nos terres Arabes de Palestine ?
    Comment voulez vous que le roitelet du Maroc «  » se bouge «  » alors que ses moments de repos il les passe aux côtés de Perez et le Tahan-Yahou à Ifrène et Marakech ?

    Non , le monde Arabo-islamique ne mérite pas des dirigeants de la sorte , des dirigeants qui pleurent avec l’agneau et mangent avec le loup.

    La comédie a assez duré.
    Du temps de Haouari Boumédiene, de Jamal Abdel nacer ( que Dieu les agrée dans son vaste paradis) l’Arabo-Musulman avait la tête haute .
    Ils étaient notre fierté.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :