Poster un commentaire

L’Algérie révise sa politique de défense face aux menaces en Libye


Par ailleurs, une enquête menée par le ministère de la Défense nationale sur les causes de l’échec des armements russes dans la guerre contre la Libye révèle que le commandement de l’Organisation de l’alliance atlantique (OTAN) a obtenu avant le déclenchement des opérations militaires des informations précises de la part des dirigeants militaires et d’officiers libyens dissidents ayant permis de détruire 80 % du dispositif de défense aérienne libyenne dans les premières 48 heures de la guerre. Les informations obtenues par les forces de l’OTAN avaient trait, notamment, aux réseaux de communications libyens, aux méthodes de communication entre les unités militaires libyennes et le système d’alerte précoce, au mouvement des forces de défense aérienne libyenne et au positionnement des radars autour de Tripoli.

L’Algérie révise sa politique de défense face aux menaces en Libye  

09/09/2011

L’Algérie a décidé d’amender sa stratégie de défense nationale, et d’acquérir des équipements militaires modernes en vue de faire face à la nouvelle situation générée par la guerre en Libye, après l’effondrement des forces armées libyennes, et en présence de 982 km de frontières communes dans le Sahara entre les deux pays, rapporte le journal algérien elKhabar, dans son édition de ce vendredi.

Des informations obtenues par les services de sécurité algériens autour de la guerre en Libye révèlent que la mauvaise organisation des forces de Kadhafi a conduit à leur effondrement rapide. Par ailleurs, une enquête menée par le ministère de la Défense nationale sur les causes de l’échec des armements russes dans la guerre contre la Libye révèle que le commandement de l’Organisation de l’alliance atlantique (OTAN) a obtenu avant le déclenchement des opérations militaires des informations précises de la part des dirigeants militaires et d’officiers libyens dissidents ayant permis de détruire 80 % du dispositif de défense aérienne libyenne dans les premières 48 heures de la guerre. Les informations obtenues par les forces de l’OTAN avaient trait, notamment, aux réseaux de communications libyens, aux méthodes de communication entre les unités militaires libyennes et le système d’alerte précoce, au mouvement des forces de défense aérienne libyenne et au positionnement des radars autour de Tripoli.

L’effondrement rapide de l’armée libyenne et du dispositif de défense aérienne libyenne, notamment dans les environs de Tripoli a suscité l’étonnement des observateurs et des experts d’armement, et a suscité des interrogations quant à la performance des armements russes qui représentent plus de 80 % de l’arsenal militaire libyen. Malgré les moyens aériens et balistiques peu importants, les opérations de l’OTAN sont parvenues, selon l’analyse du journal algérien, à démanteler la sixième armée arabe la plus puissante, (les informations font état de la destruction du dispositif de défense aérienne libyenne en quatre jours seulement), ce qui donne lieu à de nombreuses interrogations, quant aux raisons de la défaite des forces de Kadhafi équipées par des armes russes modernes.

Depuis les premiers jours de la guerre, les frontières terrestres entre l’Algérie et la Libye se sont découvertes, et un nouvelle menace est apparue après moins de quatre semaines du début de la guerre, dans la mesure où des armes détenues par des individus se sont vite propagées dans de nombreuses régions de la Libye, d’une manière qui menacerait la sécurité de la région trouble du Sahel, ce qui a mis l’armée algérienne devant des responsabilités sérieuses et sans précédent, et a poussé le commandement de l’armée à changer la stratégie de défense et le déploiement des forces de l’armée sur le territoire national, qui s’est renforcé sur les frontières entre l’Algérie et la Libye.

Le ministère de la défense algérien a ainsi décidé de réviser sa stratégie de défense et à prendre possession de nouveaux équipements militaires pour les forces terrestres et de défense aérienne, en vue de couvrir les frontières sud-est avec la Libye qui s’étendent sur 982 km. Le ministère projette l’acquisition, lors des prochains marchés d’armements, de plus d’avions de reconnaissance, d’hélicoptères, de blindés…

Une commission au sein du ministère de la Défense algérien planche depuis des mois sur l’examen des résultats de la guerre en Libye, les causes de l’échec de certains dispositifs d’armements russes utilisés par l’armée libyenne et l’amélioration de la prestation de la défense aérienne algérienne. Les appareils de sécurité russe s’intéressent à l’enquête et cherchent à savoir les raisons de l’échec des armements employés par l’armée libyenne.

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/lalgerie-revise-sa-politique-de-defense-face-aux-menaces-en-libye/id-menu-957.html/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :